Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 05:57

Algérie - Sénégal - Quitte ou double ! Toute l’Algérie devant la Télé ce soir

Le sélectionneur national s’est voulu rassurant lors de ses récentes sorties médiatiques.
Il a laissé entendre que le challenge de la double qualification reste toujours à la portée de ses capés. Est-ce une stratégie de communication pour alléger le fardeau qui pèse lourdement sur les épaules de ses poulains ou croit-il vraiment à ce qu’il dit ? «Ce sera un match difficile face à une équipe expérimentée, mais la victoire ne doit pas nous échapper.
Les deux équipes jouent pour la première place, synonyme de passage au second tour, d’où l’importance capitale de cette rencontre», souligne Rabah Saadane, qui s’attend en son for intérieur à une victoire. Les joueurs, de leur côté, se disent aussi prêts à faire le maximum pour empocher les trois points de la partie.
Un impératif pour détrôner le Sénégal qui occupe la première position avec 8 points contre 6 pour son poursuivant immédiat, l’Algérie. La confrontation de demain soir est, à ce titre, décisive pour bien entamer le sprint final de cette première phase des éliminatoires jumelées de la CAN et de la Coupe du monde (CM) 2010. La dernière journée étant prévue pour le 12 octobre prochain. Seuls les 12 têtes de groupes et les 8 meilleurs seconds se disputeront les 5 tickets qualificatifs au Mondial de l’Afrique du Sud en 2010.  Mais le grand public de l’EN, qui n’a pas fini de manger son pain noir depuis la phase finale du Mondial de Mexico en 1986, ne se laisse pas conter. Il réclame des preuves sur le terrain pour se faire de bonnes raisons d’espérer. Les inconditionnels des Verts, ils seront certainement très nombreux à soutenir leur équipe face aux Lions de la Teranga, entretiennent encore le rêve d’une troisième présence dans le gotha mondial de la discipline. L’explication entre l’EN algérienne et son homologue sénégalaise, programmée pour la soirée de demain au stade Mustapha Tchaker de Blida, suscite évidemment un grand intérêt parmi le large public. Les commentaires et les pronostics vont bon train depuis une semaine déjà. Le douzième homme de ce match déterminant se surpasse déjà pour permettre aux Fennecs de faire le nécessaire afin de garder leurs chances intactes à la double participation aux phases finales CAN-CM. Occupant le 90ème rang au classement de la FIFA, la sélection algérienne, à l’image du Championnat national, a beaucoup perdu de son prestige au cours de ces quinze dernières années. L’équipe A d’Algérie éprouve beaucoup de mal à se faire respecter en Afrique où, jadis, elle comptait parmi les ténors. Il faut reconnaître que toutes les équipes africaines, sans exception aucune, ont énormément progressé au cours de cette même période. Elles comptent de grandes stars dans les championnats européens et disposent, toutes, de pépinières et de véritables fabriques de nouveaux talents. Pour retrouver son lustre d’antan, le football algérien doit s’inspirer de cet exemple et renouer avec la performance à travers sa présence régulière dans les grand-messes internationales.
La victoire, demain, face au Sénégal est une option indispensable pour cette qualification.
Mais pour pérenniser la victoire et lui donner un prolongement au-delà de cette édition de la CAN et de la CM, il faut de la  bonne gestion qui passe, à son tour, par une meilleure organisation des championnats nationaux à tous les niveaux. La lutte sans merci contre la corruption et la violence dans les enceintes sportives, la répression du faux en écritures comptables, la définition d’un statut juridique clair pour tous les clubs, l’encouragement de la formation en agissant sur le système public de subvention du sport, et la récompense exclusive de l’exploit et du travail bien fait, sont autant de points qu’évoquent souvent les professionnels. La tutelle, le mouvement associatif et le grand public ont, tous, un petit rôle à jouer dans cette grande réforme.
Notre équipe nationale attend toujours le dernier moment pour jouer à quitte ou double.
Ça passe ou ça casse. L’essentiel n’est pas là.
Il faut à tout prix instaurer le professionnalisme, le vrai, comme partout ailleurs pour permettre à la discipline de se moderniser d’elle-même.

Source La Tribune

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires