Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 09:46

Transport. La mobilisation est grande chez les employés de Tisséo qui réclament une prime pour compenser la hausse du carburant. Demain matin, les bus risquent de rester aux dépôts.




« À plus dans le bus ! ». La formule devenue à la mode chez les jeunes ne pourra guère s'appliquer demain matin dans le Grand Toulouse. Car les bus risquent de ne guère être nombreux dans l'agglomération suite à un mouvement de grève de l'intersyndicale CGT, CFTC, CFDT, FO et Sud-Transport pour cette journée de lundi. Un conflit social motivé par la hausse du prix du carburant dont souffrent les employés de Tisséo (pour venir au travail) comme tout un chacun. Leurs syndicats, précédant l'annonce par le gouvernement de l'éventualité de la prise en charge par les employeurs d'une partie du surcoût du carburant, ont déposé un préavis de grève début juillet (lire ci-dessous). Estimant que la direction refusait de négocier la prime demandée, les syndicats ont décidé la grève pour ce lundi.

service minimum

La nouvelle réglementation du droit de grève dans le secteur des transports, qui impose aux salariés d'annoncer à l'avance leur intention afin que l' employeur puisse prévoir un service minimum, permet d'avoir une idée de la mobilisation des salariés et des perturbations à venir (lire ci-dessous).
La mobilisation est forte, selon les syndicats. « Près de 80 % des conducteurs ont signé leur intention de grève dès vendredi » annonce Frank Delperier, du syndicat Sud-Transport, alors qu'ils avaient vendredi et samedi pour le faire.
Autre son de cloche du côté de la dire ction de Tisséo : « Compte tenu du fait que tous les syndicats appellent à la grève (sauf la CGC), on s'attendait à une plus forte proportion d'intentions de grève, cela tourne autour de 50 % de grévistes chez les conducteurs ».
Reste que « de fortes perturbations sont à prévoir sur les bus, le matin jusqu'à 10 heures et le soir après 20 heures », selon la direction de Tisséo, qui annonce que plusieurs lignes seront sans service ou avec un service limité. Le métro, les transports scolaires et la navette du centre seront épargnés.
Le blocage d'un ou des deux dépôts de bus (Atlanta et Langlade) est aussi possible, ce qui perturberait durablement le service du matin.
« Pas la peine de songer aller au boulot en bus le matin » résumait vendredi un syndicaliste.

«Carburant trop cher»

C'est sans doute le premier conflit social, dans la région, lié à la hausse du prix du carburant. Pour les syndicats de l'intersyndicale, cette fois-ci tous réunis (exceptée la CGC), la pression sur les prix de l'essence et du diesel à la pompe (+ de 20% depuis le début de l'année) est devenue insupportable. La prime qu'ils réclament, d'un montant de 50 € par mois, serait, selon eux, censée compenser le coût du carburant utilisé pour leurs trajets domicile-travail.
«Devant le refus de la direction de simplement négocier le principe d'une telle prime», expliquent les représentants de l'intersyndicale, «nous avons demandé, jeudi dernier, la réouverture de la négociation salariale ( l'accord signé prévoit une hausse des salaires calqué sur l'inflation pour 2008-NDLR). On ne nous a proposé qu'une avance sur ce qu'on nous doit . Ça ne nous intéresse pas».
Le gouvernement a annoncé une prise en charge d'une partie de la hausse du carburant pour leurs salariés et une rencontre entre syndicats patronaux et de salariés doit avoir lieu à ce sujet le 15 septembre pour définir les modalités de la prime transport. Mais l'intersyndicale de Tisséo avait déjà déposé son préavis de grève dès le début de cet été.

Premier conflit pour Stéphane Coppey

C'est sans doute le premier conflit social, dans la région, lié à la hausse du prix du carburant. Pour les syndicats de l'intersyndicale, cette fois-ci tous réunis (exceptée la CGC), la pression sur les prix de l'essence et du diesel à la pompe (+ de 20% depuis le début de l'année) est devenue insupportable. La prime qu'ils réclament, d'un montant de 50 € par mois, serait, selon eux, censée compenser le coût du carburant utilisé pour leurs trajets domicile-travail.
«Devant le refus de la direction de simplement négocier le principe d'une telle prime», expliquent les représentants de l'intersyndicale, «nous avons demandé, jeudi dernier, la réouverture de la négociation salariale ( l'accord signé prévoit une hausse des salaires calqué sur l'inflation pour 2008-NDLR). On ne nous a proposé qu'une avance sur ce qu'on nous doit . Ça ne nous intéresse pas».
Le gouvernement a annoncé une prise en charge d'une partie de la hausse du carburant pour leurs salariés et une rencontre entre syndicats patronaux et de salariés doit avoir lieu à ce sujet le 15 septembre pour définir les modalités de la prime transport. Mais l'intersyndicale de Tisséo avait déjà déposé son préavis de grève dès le début de cet été.
Le nouveau président de la régie publique des transports, le Vert Stéphane Coppey affrontera demain son premier vrai conflit social.
Face à l'appel à la grève de l'intersyndicale CGT, CFTC, CFDT, FO et Sud-Transport (seuls les cadres de la CGC n'ont pas suivi), le président de Tisséo explique: «La question du coût du transport domicile travail fait actuellement l'objet de discussions au niveau national : ces discussions doivent se conclure au 15 septembre. Si des dispositions concernent les salariés de Tisséo (qui bénéficient de la gratuité des transports en commun), elles seront bien sûr appliquées.
La négociation sur les salaires qui s'est tenue en 2008 a abouti à un accord très favorable pour les salariés, signé par l'ensemble des organisations syndicales, avec une revalorisation de la valeur du point égale à 1% au 1er janvier, 1,2% au 1er juillet, et une dernière augmentation du point se calera sur l'augmentation moyenne annuelle de l'indice des prix INSEE».

Source La Dépêche du Midi
 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires