Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 mars 2006 1 27 /03 /mars /2006 23:00

 

Le Mystère des Moines de Tibhirine

 

 

 

Dix ans après l'enlèvement des Moines de Tibhirine en Algérie, des doutes persistent sur l'identité des ravisseurs et les conditions de leur séquestration et de leur assassinat.

 

Les sept religieux français avaient été enlevés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 dans leur monastère isolé Notre Dame de l'Atlas, au sud d'Alger, ceinturé de maquis contrôlés par les groupes armés islamistes et où les tueries étaient alors fréquentes. Pour l'avocat des parties civiles, Me Patrick Baudouin cette affaire n'a pas été élucidée. Le parquet de Paris a ouvert le 10 février 2004 une information judiciaire contre X après une plainte déposée par la famille d'un des religieux et par Armand Vielleux, l'ancien procureur de l'Ordre des Cisterciens auquel ils appartenaient.

 

Le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière a délivré une commission rogatoire à laquelle les autorités algériennes « ont dit être prêtes à répondre ». La plainte fait suite à des révélations de militaires algériens en rupture de ban qui ont remis en cause la version officielle, acceptée par l'Église, sur la disparition des moines, et qui désigne comme seuls coupables les islamistes armés. Le Groupe Islamique Armé (GIA), alors dirigé par Djamel Zitouni, avait revendiqué le 26 avril 1996 l'enlèvement et proposait d'échanger les moines contre ses militants détenus. Le 23 mai, le GIA annonçait avoir décapité les captifs en accusant le gouvernement français d'avoir « trahi » les négociations.

 

Adjudant alors en poste au Centre de recherche et d'investigation à Blida, à mi-chemin entre Tibhirine et Alger, Abdelkader Tigha affirme qu'après leur enlèvement, les moines avaient été conduits dans cette caserne. Quel était l'objectif de la manipulation ? Tigha dit vouloir réserver ses réponses au juge, mais pour lui, il s'agissait notamment pour les services de discréditer totalement les islamistes aux yeux de l'opinion internationale.

 

Je joins plusieurs liens de sites qui parlent de ce sujet….Certes on efface tout et on recommence, mais il faut garder une trace du passé ne serait-ce que pour ne pas refaire les mêmes des erreurs dans le futur…

 

http://www.algeria-watch.org/francais.htm

 

http://www.abbayeoka.com/tibhirine.htm

 

http://www.ada.asso.dz/Histoire/Figures/Tibhirine/tibhirine.htm

 

 Le Pèlerin

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires