Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 23:38

Sellal à Médéa : «Faire des Hauts-Plateaux une nouvelle Mitidja»


Dans une visite de travail et d’inspection qui l’a conduit, avant-hier, à la wilaya de Médéa, le ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal, s’est montré plutôt satisfait du rythme des travaux des huit projets lancés dans cette région. Ces projets, selon les propos du ministre, tendent en premier lieu à promouvoir le secteur agricole de cette région, ainsi que l’amélioration les conditions de vie des habitants de cette région.
Au cours d’une conférence de presse improvisée lors d’une halte à la plaine de Beni Slimane, le ministre a annoncé que son département lancera, dans les prochains mois, une opération d’appel d’offres pour la construction de cinq nouveaux barrages à travers tout le territoire national. Tous ces projets, entrant dans le cadre du prochain plan quinquennal, se situent dans les Hauts-Plateaux et sont destinés principalement à promouvoir le  secteur de l’agriculture, et ce, pour faire de cette région une nouvelle Mitidja. Sur sa lancée, M. Sellal a précisé que le projet du barrage de Beni Slimane est le premier parmi cette série de projets. «Les études ont été finalisées. Les travaux débuteront au cours de l’année prochaine», a-t-il souligné, avant d’ajouter que cette action vise avant tout à gagner du temps.
Le ministre des Ressources en eau a, en outre, présenté un tout nouveau système de lutte contre les inondations situé dans la localité de Ksar El-Boukhari.    
Sur place, les responsables locaux, à leur tête le premier gradé des garde-forestiers ont posé au ministre la problématique du vol des eaux sur la principale conduite d’adduction d’eau potable alimentant la ville de Ksar El-Boukhari à partir du champ de captage de Berrine, de la wilaya de Djelfa.
Selon les mêmes plaignants, les pertes causées par ce phénomène sont estimées à plus de 3 000 m3 par jour. Pour remédier à ce problème, M. Sellal a ordonné au premier responsable de son secteur dans la wilaya de Médéa à procéder immédiatement à la régularisation des cas de branchements illicites, afin de réduire les pertes enregistrées et de préserver les ouvrages hydrauliques de cette région.
Dans la même localité, le cortège ministériel s’est dirigé ensuite vers un projet pilote de réservoirs souterrains, destiné principalement au secteur agricole. Sur place, le ministre nous a indiqué que ce dernier a été réalisé «sur la base d’un don chinois». Ce système ingénieux, selon le même intervenant, est une première en Algérie. Très séduit par ce tout nouveau concept, le ministre a invité les cadres de son département à profiter de l’expérience chinoise pour la généraliser ensuite à travers tout le territoire national.
Dans le même ordre d’idées, le ministre a appelé les agriculteurs a adopté le système du goutte-à-goutte pour économiser, un tant soit peu, les ressources en eau. D’autre part, M. Sellal a précisé que son département a enclenché la deuxième phase des réformes engagées dans son secteur. La première, rappelons-le, se résumait à travers la construction des barrages dans les grandes villes. La seconde, consiste à «apporter de l’eau aux zones les plus reculées et les plus enclavées du pays», a-t-il dit, avant d’ajouter que les bons résultats enregistrés dans les grandes villes, «avec la mise en exploitation de nouvelles structures hydrauliques et une meilleure organisation de la gestion des ressources hydriques, vont nous permettre d’orienter nos préocupations vers d’autres régions du pays, où les habitants souffrent encore du manque d’eau».
Abordant un autre point, plus précisément celui de l’irrigation, le premier responsable de ce secteur a précisé aux journalistes qui l’accompagnaient que «dans le cadre de la petite et moyenne hydraulique, nous sommes à 875 000 ha à travers tout le territoire national. En 1999, nous étions à 369 000 ha seulement», a-t-il dit.
La délégation ministérielle a, également, visité plusieurs autres projets de petits barrages implantés dans les quatre coins de la wilaya de Médéa, notamment, ceux  de Chellalet El-Adhaoura, Mezghena, Aïn-Boucif et Azziz.
Notons que ces projets, qui sont en train d’être réalisés, constituent pour les habitants de cette région, surtout pour les agriculteurs, une bouffée d’oxygène. En effet, ces derniers ont depuis toujours souffert de l’absence de l’eau.

Source La Nouvelle République

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires