Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 23:00

Gène de la fidélité chez l'être humain

Depuis des années, des chercheurs sont sur la piste du gène de la fidélité amoureuse. Chez le campagnol des prairies, la réponse est connue depuis 1993 : des scientifiques américains ont montré que la fidélité conjugale dépend chez le mâle de la vasopressine, une hormone capable d'agir notamment au niveau du cerveau. Et chez l'homme, une telle hormone a-t-elle un impact, se sont demandés des chercheurs suédois et américains ?
Sans cacher la complexité de la question de la fidélité chez l'être humain, Hasse Walum, Lars Westberg et leurs collègues estiment dans les Comptes rendus de l'Académie des sciences américaine que la piste génétique mérite néanmoins d'être suivie.
Certes, les aléas de la vie humaine, les hasards des rencontres, les tabous sociaux ou religieux plus ou moins forts conditionnent les comportements amoureux humains. Mais rien n'empêche de supposer que tout cela puisse être modulé par des facteurs génétiques.
Les chercheurs ont donc comparé le gène du récepteur à la vasopressine chez 900 hommes qui vivaient de façon maritale depuis au moins 5 ans et étaient parents d'un enfant adolescent. Ces volontaires ont de surcroît accepté de répondre à un questionnaire dé*taillé sur leur vie de couple. Ils ont ainsi pu établir une corrélation entre certaines formes du gène de la vasopressine et le comportement conjugal. Ainsi, la forme du gène dite 334 est deux fois plus fréquente chez ceux ayant traversé de sérieuses difficultés conjugales. Elle est aussi deux fois plus fréquente parmi ceux qui ne s'étaient pas mariés.

Le mécanisme du jeu
es réponses des compagnes sur la qualité de la relation de couple (fréquence des marques d'affection et temps passé à des activités communes) révèlent que les plus mauvais scores sont associés aux hommes présentant la forme 334 du gène du récepteur à la vasopressine. Par souci du respect de l'intimité, ils n'ont pas interrogé les hommes sur leurs éventuelles relations extraconjugales…
«Cette étude d'envergure est bien menée, précise Catherine Belzung qui dirige l'équipe Inserm imagerie et cerveau à Tours. Même si l'on ignore encore le mécanisme en jeu, cette nouvelle piste paraît intéressante.» Les auteurs supposent que cette forme génétique devrait être plus fréquente chez des célibataires endurcis. «Notre travail suggère déjà que les mécanismes cérébraux liés au comportement d'appariement chez l'homme semblent similaires à ceux, déjà très étudiés, du campagnol, précise Lars Westberg au Figaro. Notre objectif maintenant est de reproduire ces résultats et de tester chez l'homme l'effet d'injections intranasales de vasopressine.»
Aucun sens de la monogamie
Des chercheurs américains et canadiens en 2004 dans Nature avaient montré qu'un petit changement au niveau du gène du récepteur de la vasopressine pouvait modifier radicalement le comportement sexuel des campagnols. Ils se sont intéressés à deux sortes de campagnols. Les premiers, Microtus pennsylvanicus, n'ont a priori aucun sens de la monogamie. Les seconds, Mochrogaster, sont eux d'une constance à toute épreuve. La clé de cette différence majeure tient à une hormone, la vasopressine. Pour savoir si la différence de comportement sexuel n'est liée qu'au récepteur de ce gène, ils l'ont modifié chez les polygames, de manière à ce que son taux augmente dans certaines parties du cerveau.
Le résultat ne s'est pas fait attendre : M. pennsylvanicus (le don Juan) s'est transformé tout de suite en un rongeur dévoué et fidèle regagnant son terrier tous les soirs.
Source le Figaro
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires