Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 06:37

Algérie - Bouteflika l'a décidé hier : La prime de scolarité grimpe à 3.000 dinars

http://www.lequotidien-oran.com/files/spacer.gifLa prime de scolarité revue à la hausse. De 2.000 DA, elle sera relevée à 3.000 DA et devra bénéficier à 3 millions d'enfants scolarisés. C'est le président de la République qui a décidé, hier, lors de l'audition du ministre de l'Education, M. Benbouzid, de cette augmentation, intervenue à la veille de la rentrée scolaire.
Les enfants issues de familles démunies auront 1.000 DA de plus pour l'achat des fournitures scolaires. Cette décision entre en vigueur à compter de cette année scolaire 2008-2009.
Autre décision prise par le chef de l'Etat afin d'initier l'école aux nouvelles technologies, celle de la généralisation de l'enseignement de l'informatique et des nouvelles technologies. Il a instruit le gouvernement à veiller, dans le cadre du programme quinquennal 2009-2014, à doter l'éducation nationale des ressources et des moyens destinés à généraliser réellement l'enseignement de l'informatique et des nouvelles technologies de l'information, à tous les paliers de la scolarité, y compris au cycle primaire. «Nous devons gagner la bataille de la réhabilitation des filières scientifiques qui doivent prédominer dans le cycle secondaire si nous voulons réellement assécher la déperdition scolaire et le chômage des diplômés à tous les niveaux. L'Algérie, qui entend construire une véritable société de l'information et des nouvelles technologies pour rattraper ses retards en ce domaine, doit aussi pouvoir compter sur l'école pour gagner cette bataille», a indiqué le chef de l'Etat.
En présentant un état des lieux du secteur et la progression de la réforme de l'éducation nationale ainsi que les préparatifs de la rentrée scolaire 2008-2009, le ministre de l'Education a axé son exposé sur les progrès enregistrés dans ce domaine et qui se sont caractérisés par une révision de 185 programmes dont 134 qui viennent d'être allégés pour les trois cycles d'enseignement. Une réduction de volume horaire qui varie entre 3 heures par semaine dans le primaire, et une heure au niveau de certaines filières du cycle secondaire.
Il y a aussi la vacation unique généralisée dans le cycle primaire, accompagnée d'une réduction de la séance de cours à 45 minutes, et de la libération du jeudi pour les élèves, tout en consacrant cette journée à la formation des enseignants.
La réforme de l'éducation nationale se reflète également par le taux de scolarisation des enfants âgés de 6 ans qui a atteint 97 % en 2007, soit le seuil des pays avancés, alors qu'il n'était que de 43 % en 1966. Le taux de réussite au baccalauréat qui était de 34,4 % en 2001, puis de 51,1 % en 2006, a atteint 55,4 % cette année. Ce taux est en réalité désormais proche des résultats de certains pays avancés lorsque l'on tient compte du fait que le baccalauréat algérien est délivré sans rachat sur les notes et sans session de rattrapage. Pour les manuels scolaires, 151 titres ont été profondément révisés sous le contrôle de commissions spécialisées installées au niveau de l'Institut national de recherche en éducation. La distribution de ces manuels scolaires est désormais normalisée grâce à d'importants tirages régis par l'Etat (60 millions d'unités pour cette année et près de 220 millions depuis le lancement de la réforme), aux distributions organisées dans les établissements scolaires, ainsi qu'à la mise en vente des manuels à travers 465 librairies agréées, réparties sur le territoire national, a indiqué le ministre.
Evoquant la formation des enseignants, le premier responsable du secteur a fait savoir que depuis septembre 2003, il y a eu mise en place du nouveau modèle de formation des enseignants. Ainsi, ceux du primaire suivent un cycle de formation de 3 années après le baccalauréat, ceux du moyen un cycle de 4 années après le baccalauréat, et ceux du cycle secondaire suivent cinq années de cours après le baccalauréat.
Les efforts engagés durant les 4 premières années du plan quinquennal 2005-2009 ont permis la réalisation de 301 lycées, 861 CEM, 1.200 écoles primaires, 1.748 cantines, 833 demi-pensions et 112 internats.
Après cette présentation du secteur, le président de la République a relevé que «les pas déjà franchis sur la voie de la réforme de l'éducation nationale nous ont permis, au cours de cette décennie, de rattraper sensiblement les retards accumulés pendant les années de crise de la décennie écoulée, et d'améliorer aussi le niveau dans tous les domaines, qu'il s'agisse de la formation des enseignants, ou des programmes ou enfin des résultats aux examens pédagogiques».
«Il reste, a poursuivi le chef de l'Etat, que tous ces progrès en appellent nécessairement d'autres, car l'école demeure la pierre angulaire du développement et de l'avenir du pays». Trois défis à relever, selon le président. «L'éducation, le civisme et l'esprit de citoyenneté, trois missions dans lesquelles l'école doit s'investir encore davantage».

Source Le Quotidien d’Oran

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires