Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 07:10

NA Hussein Dey - Ces jeunes en or


Les Hussein-déens ont réussi jeudi un véritable exploit en allant damer le pion à cette coriace formation chélifienne difficile à manier at home. Cela fait plusieurs saisons déjà que le NAHD
n’a pu imposer sa loi à l’ASO dans la mesure où il revenait toujours bredouille de sa virée à Chlef. Jeudi dernier, la bande à Benzekri, qui a vaincu le signe indien, est en train de passer du rôle de simple outsider à celui d’un prétendant à une place sur le podium. Si l’on règlait nos montres et on remonte le temps juste deux mois, personne n’aurait parié sur un tel début des Sang et Or. Situation financière inquiétante, préparation perturbée par l’affaire de l’AGE et supporters inquiets... personne ne donnait en effet cher de la peau des Nahdistes, surtout après le départ de certains cadres. Finalement, le NAHD ne s’est pas débrouillé si mal que ça en renouant avec le succès à l’extérieur tout en gagnant ses derbys en cette entame du championnat. En plus, l’équipe se retrouve à la première place au classement en compagnie de la JSMB. Trois victoires, un nul et une défaite en dehors de ses bases, des résultats impressionnants comme certains l’avaient prédit. Pour une jeune équipe partiellement relookée, le Nasria semble sur le bon chemin. Lorsque le président du NAHD avait déclaré au lendemain de son élection à la tête du club qu’il compte redorer le blason de l’école husseindéenne, on le prenait pour un charlatan, alors que d’autres avaient pensé qu’il allait se casser les dents au bout de quelques journées. En attendant la confirmation, l’équipe continue son bonhomme de chemin sans faire trop de bruit…
Venu principalement pour revenir avec un bon résultat, le NAHD a eu plus qu’il en voulait jeudi en battant l’ASO contre toute attente. Une victoire qui s’est dessinée en seconde période grâce surtout à l’entraîneur Nour Benzekri. Ce dernier a réussi parfaitement sa mi-temps dans la mesure où il a su démontrer son savoir-faire. De retour des vestiaires, les consignes du staff technique ont été bien appliquées puisque les joueurs husseindéens ont pris d’assaut le camp adverse, et avec un peu plus d’audace en attaque, l’addition aurait pu être plus salée. Les coéquipiers du talentueux Derrardja ont manqué d’inspiration à l’approche des buts. C’est là que Benzekri décide d’apporter quelques changements afin de booster sa formation et lui donner ainsi un nouveau souffle. En effet, il procéda aux changements en incorporant les deux attaquants Ibrahima Camara et Rabah Hafid. Ces derniers étaient un véritable poison pour la défense chélifienne et ont fait suer Zaoui et consorts. D’ailleurs, Camara ne tarda pas à trouver la faille suite à une erreur du capitaine de l’ASO qui a glissé au moment où il interceptait le ballon. Quelques minutes plus tard, bien précisément six, l’international guinéen revient à la charge et aggrave la marque. L’arbitre a même privé Hafid d’un troisième but très valable pour une position de hors-jeu, vue uniquement par le premier assistant. En somme, le succès ramené de Chlef contre l’un des ténors de l’élite est dû au bon coaching de l’entraîneur du NAHD. D’ailleurs, le public de l’ASO s’en est pris violemment à l’entraîneur Hadj Mansour qui, en plus d’avoir perdu la bataille tactique, est sorti sous les projectiles et les insultes…

 

Source Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires