Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 23:24

Pourquoi Bouteflika fait-il son "autocritique" ?


Que léguera Bouteflika à l’Histoire de l’Algérie si dans quelques mois, pour quelque raison que ce soit, il ne soit plus en charge de la fonction présidentielle ? Les paragraphes qui précèdent fournissent une partie de la réponse.
Il existe plusieurs raisons qui lui ont fait aborder dans son discours le thème de la corruption et celui de l’échec économique.
En légitimant la corruption par le recours au symbole du pot de miel, utilisé 30 ans plus tôt par Boumediene (sic!), il essaie d’anticiper et de rendre caduques les probables enquêtes qui ne manqueraient pas d’être ouvertes, sur son implication personnelle et celle de son clan dans le pillage de l’Algérie (dont l’affaire Orascom n’est qu’un infime volet). Dans ce cas, rien de mieux que de culpabiliser ‘tout le monde’ et espérer que cette question disparaisse des velléités d’une Cour des Comptes opportunément réinstallée.
Mais il fait là une erreur de fond : il y a dans ce pays suffisamment de patriotes honnêtes parmi les civils et les militaires, les politiques et les fonctionnaires qui seront indifférents à ses calculs.
En semblant donner en pâture Temmar à la vindicte médiatique, il cible autre chose que cet ami qui lui est cher (avec Chekib Khellil et Zerhouni) : pour rien au monde il ne le renverrait comme un vulgaire incompétent ! D’ailleurs si c’était le cas, pourquoi ne l’aurait-il pas immédiatement déchargé de ses fonctions ? Pourquoi attendre ? En vérité il poursuit 2 objectifs. Le premier est d’éviter tout inventaire sur sa gestion (pleine de suspicions) qui a amené le pays à l’impasse dans laquelle il se trouve aujourd’hui ce qui pourrait l`empêcher de briguer un éventuel 3e mandat. Il parle déjà de `nouvelle stratégie pour l`Algérie` comme si de rien n`était ! Son autocritique, espère-t-il, sera suffisante pour ne donner aucune prise aux critiques sur son bilan catastrophique et pour faire oublier qu`il a maintenu coûte que coûte, 10 ans durant, des ministres à des postes-clés de l’économie, tous notoirement incompétents mais tous issus de sa région à seule fin de brader les actifs de l’Algérie. Mais maintenant que ses objectifs sont atteints, il n’hésitera pas à nommer un remplaçant factice à Temmar et qui ne soit pas de l’Ouest, histoire de noyer le poisson.
La deuxième raison est accessoirement (ou principalement) de couper la branche sur laquelle s’appuierait Ouyahia pour prétendre lui succéder dans quelques mois. En ne faisant que répéter ‘j’approuve le programme du Président Bouteflika’ y compris quand il n’était plus au gouvernement, Ouyahia se trouve la première victime (et non Temmar) du cynisme de Bouteflika et de son autocritique. La déclaration de ce dernier en effet prive Ouyahia de toute référence à un bilan économique positif de son action en tant que Premier Ministre pour légitimer demain sa candidature à la magistrature suprême. Il ne peut en cela aller à l’encontre du verdict de Bouteflika ! D`ailleurs il ne dit rien ! Monsieur Ouyahia, circulez, y a rien à espérer !
Débarrassé de Ouyahia qu’il sait tout à la fois plus intelligent, plus intègre mais trop complaisant pour prétendre diriger le pays, Bouteflika cherchera-t-il à placer quelqu’un d’autre ou se prépare-t-il tout simplement, après avoir été en charge de la fonction présidentielle, s’être enrichi à la russe (avec son clan) à aspirer à devenir un Président ?
La réponse n’est pas dans le marc de votre café …..

Source : http://www.algerie-dz.com



Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires