Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 mars 2006 3 29 /03 /mars /2006 23:15

 

Sport et Santé

   

Comme tout dans la vie, le sport doit être pratique avec modération et respect,.... pour un corps sain. Le sport pratique et d’une façon permanente et équilibrée, peut protéger des maux et améliorer les défenses immunitaires. Mais on force notre organisme et on dépasse certaines limites on le rend plus vulnérables aux infections.

Sport et santé: une question de dosage  

 
En stimulant le système immunitaire, la pratique modérée de la course à pied, de la marche rapide ou du vélo pendant la saison hivernale peut protéger du rhume et de la grippe. A l'inverse, en fatigant l'organisme, trop de sport nous rend plus vulnérables aux infections, estiment les chercheurs.

"Les experts s'accordent à dire que 30 minutes d'exercice trois ou quatre fois par semaine, sont bénéfiques pour l'organisme", explique Michael Flynn, qui étudie les effets de l'exercice physique sur le système immunitaire à l'université Purdue dans l'Indiana.

"Une étude souligne que courir 16 km environ par semaine améliore les défenses immunitaires, mais qu'une course de 32 km, en revanche, augmente le risque d'infection".

"Il est prouvé que l'intensité d'un exercice prolongé supprime certains aspects du système immunitaire", ajoute Michael Flynn. "Mais si quelqu'un ne fait que des exercices de fitness, il résiste mieux aux maladies".

Ingrid Ozols Perdue, dermatologue de 50 ans qui court une dizaine de kilomètres par semaine, soulève des poids, fait du vélo, de la gymnastique Pilates et même occasionnellement du kickboxing en est convaincue, elle qui attribue sa bonne santé au régime sportif intensif qu'elle s'impose.

Pour David Nieman, directeur du Laboratoire de performance humaine à l'Université de Boone (Caroline du nord), et ancien président de la société internationale d'exercice immunologique, cette étude souligne que l'exercice modéré augmente la mise en circulation de cellules immunitaires, notamment celles provenant de la moelle épinière, des poumons et de la rate. Il permet un nettoyage de l'organisme en quelque sorte.

"Au bout du compte, les effets s'additionnent. C'est comme une femme de ménage qui viendrait chez vous une demi-heure par jour. Au bout d'un mois, votre maison a l'air beaucoup plus propre. Mais pour obtenir ce résultat, il faut que l'exercice soit pratiqué environ cinq fois par semaine", a ajouté David Nieman. En revanche, "un athlète qui court 100 km par semaine, multiplie par deux son risque d'être malade, comparé à celui qui court moins".

David Nieman recommande donc aux athlètes de haut niveau, les marathoniens notamment, qui s'entraînent à l'extérieur pendant l'hiver, de prendre certaines précautions: éviter le stress et les troubles du sommeil, manger équilibré, et se méfier des sources de contamination possible: ses propres mains qu'il faut laver fréquemment, et l'air confiné, dans les maisons ou dans les voitures.

En général, si les symptômes se situent au-dessus du cou, éternuements ou nez qui coule, notamment, il est possible de s'entraîner. En revanche c'est contre-indiqué en cas de fièvre, de frissons et de mal de tête. Flynn estime même qu'un athlète ne doit pas s'entraîner s'il présente un symptôme quelconque. "Le problème, ajoute-t-il, c'est que je n'en connais pas un qui suive ce conseil".

Information relayée par Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires