Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 00:15

 

Bouteflika, une partie de son parcours


Bonjour,
J'ai trouvé intéressant de poster ce texte qui illustre une partie de ce que est le président Bouteflika. Pour ou contre cette façon de le voir, à vous d'en juger!

Début de citation

  

 

 

Né le 2 mars 1937, à Oujda, au Maroc, Abdelaziz Bouteflika a adhéré très tôt au combat pour la cause nationale. Après avoir terminé ses études secondaires, en 1956, il rejoint l'Armée de Libération Nationale (ALN).

Si Abdelkader El-Mali dans les maquis de la Wilaya V historique :

Âgé à peine de 21 ans, il se retrouve chargé d'une double mission de contrôleur général de la wilaya V en 1957 et 1958. Officier en zone 4 et en zone 7 de la Wilaya V, il est ensuite attaché au PC de la wilaya V, puis, successivement, au PC du «COM Ouest», au PC de l'état- major «Ouest» et au PC de l'état- major général de l'ALN. En 1960, le Commandant Abdelaziz Bouteflika est affecté aux frontières méridionales du pays pour commander le «front du Mali » dont la création entrait dans le cadre des mesures visant à faire échec aux entreprises de division du pays de la part de la puissance coloniale; ce qui lui vaudra le nom de guerre de Si Abdelkader El Mali.

Aux prémisses d’une carrière politique prometteuse

En 1961, il entre clandestinement en France dans le cadre d'une mission de contact avec les leaders historiques de la Révolution détenus à Aulnoy.
En 1962, Abdelaziz Bouteflika est député à 1'Assemblée Constituante et devient, à 25 ans, ministre de la jeunesse, des sports et du tourisme du premier gouvernement de l'Algérie indépendante. Il est également membre de l’assemblée législative en 1963, avant d'être nommé, la même année, ministre des affaires étrangères
En 1964 il est élu par le congrès du front de Libération Nationale en qualité de membre de comité central et membre du bureau politique.
Abdelaziz Bouteflika prend une part active au réajustement révolutionnaire de juin 1965 qui verra l'instauration du Conseil de la Révolution - dont il est membre - sous la présidence de Houari Boumediène.

Abdelaziz Bouteflika, un fin diplomate

Après ce virage politique, il sera reconduit dans les fonctions de ministre des Affaires étrangères où il animera, jusqu'en 1979, une action diplomatique qui vaudra à l’Algérie un prestige, un rayonnement et une influence qui l’établiront comme un des leaders du tiers monde, et, à ce titre, comme interlocuteur recherché des grandes puissances.
C’est lui qui définira ainsi la ligne directrice dont la diplomatie algérienne ne se départira plus par la suite. Elle s’articulera autour de deux principes majeurs : respect du droit international et soutien aux causes justes à travers le monde.
A ce titre, Abdelaziz Bouteflika se distinguera singulièrement, pendant plus d'une décennie, par une politique étrangère qui mène aux grands succès de la diplomatie algérienne.
Il jouera un rôle dans le renforcement et l'unification des rangs arabes lors du sommet de Khartoum de 1967.
Lors de la guerre d'octobre 1973 contre Israël.
Dans la reconnaissance internationale des frontières de l'Algérie et l'instauration de relations de bon voisinage et de fraternité avec les pays limitrophes.
La mise en 'échec de l'embargo contre l'Algérie suite à la nationalisation des hydrocarbures.
Abdelaziz Bouteflika joue également un rôle important dans la consolidation des organisations du Tiers-monde et le renforcement de leur unité d'action.
A ce titre, on citera entre autres actions qu’il a menées avec brio :
- Son action lors de la conférence des 77 et du sommet africain, tenus respectivement en 1967 et 1968 à Alger.
- Il contribuera, dans une mesure qui reste encore à saisir, à faire l'Algérie un des leaders du mouvement des non-alignés.
- Il a été et demeure un fervent et infatigable défenseur des processus de décolonisation dans le monde.
- Sous son règne sur la diplomatie, l'Algérie est devenue le porte-parole du tiers-monde et particulièrement dans sa revendication pour un nouvel ordre économique international.
Par ailleurs, au cours de cette période-phare de l’Algérie, il sera élu à l'unanimité Président de la 29ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, en 1974.
Abdelaziz Bouteflika obtient la mise au ban par la communauté internationale du régime sud-africain de l'Apartheid.
Il fera également admettre, malgré les oppositions tous azimuts, le leader de l'Organisation de Libération de la Palestine, feu Yasser Arafat, qui prononcera un discours devant l'Assemblée Générale.
En 1975, Abdelaziz Bouteflika présidera la 7ème session extraordinaire consacrée à l'énergie et aux matières premières dont l'Algérie était l'un des initiateurs.
En 1975 également, Abdelaziz Bouteflika brillera par son talent dans la consécration d’un accord de paix entre Saddam Hussein de l’Irak et le du Chah d’Iran. Cet accord de paix, conclu à Alger, empêchera une guerre fratricide et imminente entre les deux pays.


Début de la traversée du désert

A la mort du Président Boumediene, en 1978, et en tant que plus proche compagnon du défunt, il prononce une oraison funèbre mémorable. Ce sera prémonitoire, puisqu’il devient, dès lors, la principale cible de la politique de «déboumédiènisation». Ce qui le contraindra à un exil de plus de 6 années.

 

 

 

Première tentative de se réconcilier avec les siens

Bouteflika esquissera un premier retour en Algérie, en janvier 1987. Il signera la «motion des 18» consécutive aux événements sanglants d'octobre 1988. Il prend part au congrès du FLN en 1989, et il sera élu membre du comité central.
Après l’arrêt du processus électoral, moult propositions lui seront faites pour le faire revenir aux affaires. Elles seront toutes vaines. Il a été pressenti pour occuper les fonctions de ministre conseiller du Haut Comité d'Etat, instance présidentielle transitoire mise en place entre 1992 et 1994. Ensuite, on lui proposera de devenir représentant permanent auprès de l'ONU. Abdelaziz Bouteflika les déclinera toutes, au même titre d’ailleurs que celle de 1994, relative à sa promotion aux fonctions de chef de l’Etat dans le cadre des modalités et des mécanismes de la transition.
Quatre années se sont écoulées avant qu’il ne décide enfin, en décembre l998, de se présenter, en tant que candidat indépendant, à l'élection présidentielle anticipée d’avril 1999. il sera élu haut la main Président de la République le 15 Avril 1999.

Abdelaziz Bouteflika président de la République

Fraîchement installée au Palais d’El-Mouardia, le président donne le ton en réaffirmant sa détermination à rétablir la sécurité, la paix et la stabilité, ses chevaux de bataille dans une campagne électorale des plus tumultueuses.
Sans perdre de temps et faisant preuve d’une efficacité redoutable sur le terrain, il lance un processus législatif de concorde civile, consacré, le 16 septembre 1999, par un référendum qui recueille plus de 98% de suffrages favorables.

Les grands travaux de Bouteflika

Au plan interne

Le rétablissement progressif de la sécurité permet au Président Bouteflika d’entamer, sur le plan intérieur, un vaste programme de refondation de l’Etat algérien, à travers la réforme des structures et des missions de l’Etat, du système judiciaire, du système éducatif ainsi qu’un train de mesures économiques audacieuses, comportant notamment une réforme du système bancaire destinée à rendre l’économie algérienne plus performante, ce qui permettra à l’Algérie d’entrer dans l’économie de marché, de renouer avec la croissance et de réaliser des taux de croissance particulièrement élevés.

Reconnaissance de Tamazight comme langue nationale et officielle

Le Président de la République décide également, durant son premier mandat, de la constitutionnalisation de Tamazight et sa consécration en tant que langue nationale.
Il entame, durant son nouveau mandat en cours, un processus laborieux et courageux, constitutionnalisation de la langue Amazigh comme deuxième langue officielle de la République.

Au plan international


Sous l’impulsion du Président Bouteflika, l'Algérie se réapproprie son rôle de leader. Elle joue un rôle actif sans cesse plus important au niveau continental dans le cadre de l’Union Africaine et du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD), dont le chef de l’Etat est l’un des initiateurs.
Au niveau africain toujours, le président Bouteflika n’a pas cessé d’œuvrer à la paix entre l’Ethiopie et l’Erythrée. La signature, à Alger, en 2002 des accords de paix entre ces deux pays, sous les applaudissements de la communauté internationale avec à sa tête la secrétaire d’Etat américaine aux Affaires étrangères Mme Madeleine Albright présente à la cérémonie et l’Union européenne, sera une reconnaissance de plus pour le rôle clé joué par ce faiseur de paix dans la réconciliation interafricaine.
Au niveau méditerranéen, ensuite, l'Algérie a conclu sous la houlette du chef de l’Etat un Accord d’Association avec l’Union Européenne, le 22 avril 2001.
L’Algérie est devenue aussi un partenaire incontournable du G8, en prenant régulièrement part à ses Sommets, depuis l'an 2000. Tout comme c’est grâce à lui que l’Algérie a été reconnue comme partenaire-clé de l’organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) dans les affaires de sécurité dans le bassin méditerranéen, ainsi que son corollaire la lutte antiterroriste, notamment dans la région sahélo-saharienne. L’Algérie joue un rôle moteur dans le plan Pan-Sahel visant à assurer la paix et la sécurité et la lutte contre le terrorisme dans cette sous-région.
Parallèlement, le Président Bouteflika n’a de cesse de fournir des efforts pour rendre possible la poursuite de la construction de l'Union du Maghreb Arabe, sans pour autant se départir du sacro-saint principe du droit des peuples à l’autodétermination, notamment la cause sahraouie.
Au plan arabe, le sommet d’Alger de mars 2005, sera un tournant historique pour la Ligue Arabe dans son processus de modernisation et d’adaptation aux défis qui guettent le monde arabe. Le génie du président réussira à imposer une réforme dans les structures et les mentalités figées qui ont grevé le fonctionnement de cette organisation.
Avec sa reconduction pour un second mandat présidentiel, et fort des acquis indiscutables de son premier mandat, Abdelaziz Bouteflika convie le peuple algérien à un référendum sur son « projet de paix la réconciliation nationale », dont la tenue est prévue le 29 septembre prochain, et ce, afin de tourner définitivement la page noire du terrorisme en Algérie et de libérer toutes les énergies saines et productives du pays pour relever les défis du 3e millénaire.
Au passage, il convient de signaler les avancées réalisées par l’Algérie depuis peu grâce à la révision du code la famille, l’institutionnalisation de la lutte contre la corruption et la poursuite des réformes engagées.
Ceci n’est que l’ébauche d’une carrière vaste et riche d’un homme qui ne s’est jamais départi de son engagement pour la paix. Son action antérieure et son engagement actuel au plan interne et dans les principaux forums mondiaux, sont toujours articulés autour des adjectifs Paix et Réconciliation.
Des nations entières sont témoins de l’apport de cet homme à ce noble et juste combat planétaire. L’action de cet homme s’inscrit dans les jours et années à venir.

 

 

 

Fin de citation  
Source : www.algerieconfidentiel.com  

 

Information relayée par Le Pèlerin

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires