Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 23:39

Les supputations et la polémique peuvent commencer

L’Algérie fêtera-t-elle l’Aïd le 1er octobre ?


En attendant de connaître la date de Aïd El-Fitr dans deux semaines, place au doute et à la polémique bien connus puisque nous y avons droit chaque année.

Devenue presque une tradition, au grand dam des musulmans du monde entier, la polémique du jour de l’Aïd-el-Fitr a fait son lit à l’amorce même du premier jour de jeûne. Parti en rangs dispersés, le monde musulman a, comme à l’accoutumée, mis à nu toutes ses divergences en décidant de jeûner en trois vagues distinctes.
La Libye de Kadhafi a ouvert le bal en décrétant le Ramadhan une journée avant le reste des musulmans. En effet, la Libye a jeûné le dimanche 31 août, suivi, une journée plus tard, d’une grande majorité de pays musulmans, à l’image de l’Arabie Saoudite, l’Algérie, la France, ou encore l’Égypte, et la disparité des rangs ne s’arrête pas là puisqu’une troisième vague a suivi, à l’exemple du Maroc et du Pakistan qui ont commencé à observer le carême le 2 septembre. À la lumière de ce départ cafouillé, on présage une fin du Ramadhan identique. “Pourquoi tu veux que ça change”, s’emporte Zoubir, quinquagénaire et loin d’être un fana de la religion. Pour lui et pour beaucoup d’Algériens, à chaque Ramadhan, c’est la même litanie. “On rêve de jeûner tous ensemble comme une seule nation de l’islam, unie dans sa foi”, regrette Majid, étudiant en informatique. “Regarde les chrétiens, ils fêtent Noël en même temps et nous, on n’est pas fichu de célébrer l’Aïd en même temps que nos frères musulmans”, ajoute-t-il entre deux clics sur un site dédié à l’islam.
Rappelons que sur un plan strictement national, la polémique avait fait rage l’année dernière concernant la date de l’Aïd, mettant un peu plus les nerfs des Algériens à contribution. Entre déclarations, affirmations et calculs, les Algériens se sont perdus en conjecture en s’adonnant, à contrecœur, au jeu des spéculations. Vendredi pour l’astrophysicien Bonatero, l’ex-du Craag, samedi pour l’association Sirus des astronomes amateurs. Cependant, la bonne nouvelle pour le monde musulman vient des déclarations de l’astronome omanais, le docteur Sabbih Ben Rahmane Essaâdi, qui a daté le premier jour de l’Aïd-el-Fitr le 1er octobre prochain. Se basant sur des calculs liés aux mouvements conjugués de la Terre, du Soleil et de la Lune, ainsi que de l’influence des autres planètes sur le mouvement de la Lune, le docteur Essaâdi affirme que la naissance du croissant de choual coïncidera avec le 29 septembre prochain et plus précisément à 12h 28mn 13s d’où l’observation du croissant le jour suivant.
L’astronome omanais essayera, par ailleurs, de mettre les divergences entre les pays musulmans sur le dos d’une explication scientifique, ce qui contredit l’opinion générale qui veut que le désaccord des musulmans sur le début et la fin du Ramadhan trouve sa raison dans les méandres de la politique. Certains pays combinent l’observation du croissant avec d'autres moyens, comme des calculs astronomiques, des télescopes ou même le recours à un avion. Mais l'observation rituelle du croissant de lune reste la référence. Le début du mois diffère ainsi selon les pays, la Lune n'apparaissant pas au même moment partout et étant parfois difficile à discerner. Mais les divergences peuvent aussi avoir une portée politique, affirme l'analyste Diaa Rachwane, du Centre d'études stratégiques d'Al-Ahram, au Caire.
D'après lui, certains pays déplacent des querelles politiques sur le terrain religieux, comme la Libye l'a fait à maintes reprises pour se démarquer de l'Arabie Saoudite, avec qui elle entretient des relations houleuses. C'est aussi l'occasion, explique M. Rachwane, pour l'Iran d'affirmer son identité chiite face aux pays sunnites, ou pour des chiites de se démarquer de leurs compatriotes sunnites.
Le mufti d'Égypte, Ali Gomaa, avait appelé les pays musulmans il y a quelques années à unifier leur position sur le début du jeûne. Ces divergences de dates exaspèrent au plus haut point les musulmans du monde entier et plus particulièrement les Algériens qui estiment que loin de la façade de l’union sacrée autour d’une date pour un événement, qui est considéré comme l’un des plus importants dans le calendrier musulman, transparaissent les querelles et les dissensions entre des régimes arabes qui prennent toutes leurs pleines mesures à l’approche du mois du Ramadhan.
En Algérie, c’est l’autorité religieuse qui fixe le début et la fin du jeûne en fonction de l'apparition du croissant lunaire qui suit la nouvelle lune, décelée à l'œil nu, pour la première fois après le coucher du soleil, comme tient à le souligner Abdelkader, universitaire. “On doit se conformer aux décisions communautaires et toutes ces dissensions font partie de la fitna qui gangrène le monde musulman”, argumentera-t-il. Les avis restent pourtant partagés et nombre de personnes estiment que pour mettre le holà à cette surenchère, le mieux est de suivre La Mecque. D’autres, par contre, estiment que la politique ne doit pas prendre le pas sur la religion et qu’il faut se conformer à la charia islamique.

Source Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires