Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 23:09

 

Jeudi 9 octobre 2003 - Sahagun - Mansilla de las Mulas - Départ 8h00 - Arrivée 17h00 - 37.7 km / 822.8 km

Marche avec des gazelles..et trois repas pour deux

  J'avais encore perdu Gérard..Au café j'ai fait le tour mais ne l'ai pas vu.Je me suis arrêté pour cirer les souliers de marche;Ne le voyant pas,  j'ai demandé le chemin.Je m'arrêtais sur le chemin. Alors j'ai activé car Gérard était certainement devant. Je le récupérais quelques instants après. 

Les premiers kilomètres désespérément plats n'offraient que peu d'intérêt. 

Apres une heure de marche environ,  nous avons pris le chemin de droite menant à Calzada del Coto puis à Calzadilla de los Hermanillos, l'autre n'étant paraissait-il pas très agréable..car empruntant principalement un parcours essentiellement  goudronné.  La portion jusqu'à Calzadilla de Los Hermanillos n'est pas aussi désagréable que ce dont on nous avait parlé. C'est en fait une ancienne voie romaine. 

Nous nous y sommes arrêtes afin de prendre un petit déjeuner dans un bar. J'ai pris un chocolat et trois madeleines. Nous avons également rencontré une charmante demoiselle de 24 ans, une sage femme partie en Guinée pour 2 ans;Elle  avait énormément marché ...entre autres, le désert du Golan?.Elle marchait très bien.J'allais lui demander ses coordonnées quand elle nous a semés, au train ..Elle s'arrêtait à Religios. Et comme Gérard se traînait et avait de nouveau mal à sa cheville. On ne reverra plus la charmante demoiselle. 

Les cinq derniers kilomètres furent assez pénibles.Enfin vers 17h00 nous  étions à Mansilla de las Mulas,  un bourg modeste du 10ème siècle. Nous nous rendions à la Maison du Pèlerin au centre du bourg où nous faisions  également nos provisions de route. J'effectuais mes mouvements habituels, prenais une douche tiède, presque froide. 

Cette étape somme toute banale nous avait toutefois mis en appétit. 

Nous nous rendions au restaurant et commandions 3 repas pour deux. 

La serveuse attend toujours le troisième convive... 

Le soir, une bande de jeunes fit la fête une grande partie de la nuit. Le vin et les spaghettis semblaient faire bon ménage. Mais le refuge était spacieux et nous avons pu dormir correctement. 

Nous nous interrogions quant à l'étape du lendemain. De toutes façons nous visions d'aller au moins jusqu'à Leon.  

Le Pèlerin 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires