Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 05:36

Quand l'incivisme tue en Algérie


Seize écoliers ont été blessés hier à Oum El Bouaghi suite au renversement de l’autocar qui les transportait à l’école. Dieu merci, les gosses s’en sont sortis avec des blessures légères, ce qui n’est sans doute pas suffisant pour leur épargner des séquelles psychologiques pas toujours faciles à guérir.
La veille, une personne trouve la mort et quatre autres sont blessées dans un autre accident de la route à Ghardaïa lorsque le véhicule qui les transportait s’était renversé après avoir raté un virage. Jeudi dernier, un bus transportant des voyageurs percute un arbre à Aïn Témouchent, faisant 8 morts et 21 blessés. Le même jour, quatre autres personnes d’une même famille périssent dans un autre accident à Bouira causé par la collision de deux véhicules légers. Deux jours auparavant, la wilaya de Mascara comptabilisait un nouveau drame routier qui s’est soldé par 7 morts et 32 blessés.
Du nord au sud et de l’est à l’ouest du pays, les jours semblent donc se suivre et se ressembler sans rupture ni trêve, ouvrant à la mort la voie prioritaire, celle qui débouche sur un drame national dont la macabre comptabilité s’enrichit quotidiennement de chiffres synonymes d’une malédiction que personne ne semble en mesure d’arrêter.
Des morts partout et à tout instant, des morts de tout âge et le triste record qui consolide l’Algérie dans sa non moins triste position sur le podium des pays les plus touchés par les accidents. Et ce ne sont sans doute pas les 100 morts et 194 blessés recensés par la Protection civile pour la seule première quinzaine du mois de Ramadhan qui vont nous déclasser et nous extirper de ce malheureux gotha.
Une «belle» réputation qui n’incommode apparemment pas. Du moins, qui n’incommode pas ceux de plus en plus nombreux sur nos routes qui prennent un malin plaisir à montrer et démontrer que l’incivisme est bel et bien devenu une culture nationale et qu’il est apte et prêt à sévir quand bon lui semble. Ne le traînent-ils pas d’ailleurs comme une seconde nature et ne l’affichent-ils pas comme une fierté ? Même lorsque cet incivisme tue. Car, si le ridicule ne tue pas, l’incivisme, en revanche, peut tuer, surtout lorsqu’on en use au volant d’un véhicule au mépris de la vie des autres. Mais l’incivisme, qu’il tue ou qu’il ne tue pas, doit bel et bien avoir son antidote qui n’est sans doute pas entre les mains de toutes ces victimes qui viennent alourdir plusieurs fois par jour le déjà trop lourd et insoutenable bilan des accidents de la route. L’antidote est dans les lois et l’effet répressif et dissuasif qu’elles peuvent exercer.
Plus de contrôle et plus de répressions pour moins d’accidents. D’autant que, comme le soulignait hier le premier responsable de ce pays lors d’une réunion consacré au secteur des transports, «les améliorations sensibles apportées au réseau routier et le durcissement des sanctions prévues par la législation pour les infractions au code de la route ne semblent pas avoir donné d’effet».

Source La Tribune

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires