Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 23:01

Lundi sans voiture à Toulouse: un premier test réussi


Mobilité. La première journée sans voiture en centre ville s'est déroulée sans incident, hier, sur un périmètre réduit. L'idée de piétonnisation fait son chemin. Pour et contre.
Des piétons, des vélos, des cyclopousses, des véhicules de livraison (avant dix heures), et la navette électrique. L'hypercentre était sans voiture hier de 9 à 16 heures. Un test grandeur nature inédit en semaine à Toulouse.
Faisons un rêve. Hier, place du Capitole et dans toutes les petites rues autour flottait un étrange parfum de liberté et un drôle de silence. Seulement déchiré, de temps à autre, par le passage d'un scooter. Une impression d'espace aussi dans les artères étroites de la vieille cité historique, tout à coup moins polluées aux hydrocarbures.
Hier, de 9 à 16 heures, c'était la première journée de semaine sans voiture. Un test grandeur nature. Les terrasses étaient pleines ce midi. Un vrai lundi au soleil d'automne, les Toulousaines étaient souriantes et les Toulousains beaux parleurs.
On se prenait à rêver, pourquoi pas, d'une journée sans voiture tous les jours. Cette piétonnisation évoquée par la nouvelle équipe de l'hôtel de ville dans sa campagne du printemps dernier.

Et si on piétonnisait ?

« Nous, les commerçants de la rue des Lois, on réclame depuis des années un aménagement type rue du Taur, des trottoirs plus larges, on attend encore. Et pourquoi pas la piétonnisation maintenant qu'on a le métro, les vélOtoulouse et les cyclopousses, les gens roulent trop vite dans cette petite rue, en vingt ans j'ai vu deux enfants renversés par des voitures », lance un restaurateur libanais de la rue, « moi, aujourd'hui j'ai eu autant de monde sinon plus que d'habitude : la semaine sans voiture, c'est mieux que le week-end, il y a des gens qui travaillent ».
Le son de cloche est parfois différent : au Florida, place du Capitole, terrasse à moitié remplie ce midi, on proteste : « Avec le soleil qu'il fait, on aurait dû avoir beaucoup plus de monde. Des gens n'ont pas pu accéder au parking du Capitole ». À côté, pizzeria Marzano, on constate : « C'est un lundi comme les autres, ni plus ni moins, plutôt calme ».
La douzaine de policiers municipaux mobilisés aux barrages filtrants, n'a pas eu à beaucoup gendarmer, hier de 9 à 16 heures. Les automobilistes abonnés du Capitole étaient autorisés à gagner le parc souterrain, les professionnels et les riverains munis d'une autorisation aussi. Livraisons jusqu'à 10 heures. « Seuls quelques automobilistes pas au courant sont repartis en râlant ».
Arlette Fontaine, de la boutique Lacoste place Occitane, pourtant hors périmètre interdit, regrettait hier : « Des automobilistes n'ont pas osé venir en ville aujourd'hui ». Sans doute. Mais difficile à quantifier.
Et le cœur de Toulouse est si joli, sans auto.

Pierre Cohen : «D'abord dresser le bilan de cette journée»

Alors, Monsieur le Maire, cette journée sans voiture ? Et si on la rééditait pour voir ? Et si on piétonnisait le périmètre réduit qui a servi de test hier ? Pierre Cohen, interrogé par nos soins en marge du conseil d'agglomération du Grand Toulouse, hier, reste très prudent : « Il faut d'abord faire un bilan de cette journée. »
Pas question pour l'instant de brûler les étapes. On doit réfléchir à un plan global de circulation dans l'hyper centre, en corrélation avec les nouveaux transports collectifs envisagés. Mais le périmètre testé hier présente l'avantage de préserver les grands flux de circulation des boulevards, des quais de Garonne et l'accès aux parcs autos payants (hormis celui du Capitole), aux marchés Victor Hugo et des Carmes, ou encore aux places Wilson et Saint-Georges. Le test pourrait être renouvelé, accompagné d'une concertation des riverains et des commerçants. Restera la question du parking du Capitole (900 places, 500 abonnés) dont la concession a été renouvelée pour 26 ans à Vinci Park par la municipalité précédente.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires