Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 23:45

 

Samedi 11 octobre 2003 Villar de Mazarife - Astorga

Départ 8h00 -Arrivée 16h00 -  32.2 km / 895.1 km 

Le Pont d'Orbigo  

 

Nous avons repris notre chemin au départ de Villar de Mazarife. 

Après 2h30 de marche, nous avons traversé Villavante, avant d'arriver à Hospital de Orbigo. 

Le chemin traversant un plateau désertique n'avait pas d'attraits particuliers.

Par contre l'accès à Hospital de Orbigo se faisait par le fameux Pont roman d'Orbigo, un des plus célèbres sites du chemin de Compostelle. 

Le pont comportant vingt arches et mesurant 204 mètres était chargé d'histoire. 

C'est prés d'un petit village que fût construit un hôpital destiné initialement aux Pèlerins que se développa Hospital de Orbigo et ce dès le douzième siècle. 

Après avoir traversé le bourg nous avons repris le chemin en direction d'Astorga. 

Cette portion avait une végétation très variée, alternant cultures maraîchères, chênaies et plantations de peupliers tout au long du chemin jusqu'à Astorga.

Astorga est une ville chargée d'histoire. On peut y visiter : 

- Le Couvent San Francisco, 

- L'Eglise San Bartolomé, 

- La Plaza de Espana, 

- L'Ergastule romain (monument national et ancienne prison aux      esclaves) 

- La rue Pio Gullon qui mène vers la cathédrale, 

- L'Eglise Santa Marta, 

- La Chapelle San Esteban, 

- L'hôpital de San Juan

- La cathédrale d'Astorga, gothique à l?intérieur et baroque à l'extérieur. 

 

Ci-dessous El Acebo un charmant pett village sur le chemin

 

 

 

Ci dessus El Acebo un charmant petit village avant Astorga 

Ci dessous le Pont d'Orbigo

 

 

 

 

Ci dessus La Cruz de Santo Toribio prés d'Astorga

 

 

Ci-dessus La Cathédrale d'Astorga

Ci-dessous Le Palais épiscopal à Astorga

 

 

 A Astorga nous avons retrouvé les Suisses. 

Nous avons mangé ensemble. Nous avons profité de la présence d?un fax au restaurant pour envoyer un message à la patronne du refuge de Castrojeriz car nous ne désespérions pas de récupérer les chaussures à Gérard. 

Nous avons bien dîné . Tout allait à prés bien si ce n'était une petite douleur persistante à la cheville gauche. 

Nous avons passé une nuit assez reposante.

Le Pèlerin  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires