Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 23:30

   

 Mardi 14 octobre 2003 Vega de Valgarce / Triacastela, via   O Cebreiro 

33.9 km / 1023. 3 kmDépart 7h45 Arrivée 17h15

 

    Ci -dessus l'église de O Cebreiro

A droite un toit de chaume à O Cebreiro

 

 

 

Partis de Véga encore la nuit nous avons attaqué le col assez encaissé. Le chemin était couvert de feuilles. La pente était assez raide jusqu'au Cebreiro. 

 

votre Serviteur au Cebreiro

Nous avons traversé Ruitelan, Las Herrerias, La Faba La Laguna, autant de villages aussi agréables les uns que les autres au milieu d'un paysage et d'une végétation magnifiques. 

A la borne 152 (avant Santiago), nous passions de la province de Léon à celle de Galice. 

A la borne 151, à plus de 1300 m d'altitude, et après 3h30 de marche,  nous atteignions un site exceptionnel : O Cebreiro, un village hors du temps, à la dimension des efforts consentis par les Pèlerins dans leur périple.

Je prenais quelques photos tant le site était magnifique. Une vallée majestueuse et profonde, une magnifique mer de nuages au loin, une vue lointaine sur les vallées avoisinantes.

Je descendais quelques mètres et trouvais un  café où je m'attablais.

Le Tenancière du café vendait en fait un peu de tout. Cela faisait longtemps (et ce depuis Toulouse) que je cherchais une veste avec de nombreuses poches sur la poitrine . Il me fallut venir le trouver ici au Cebreiro. De plus, j'y ai pris un petit déjeuner fort copieux. 

La descente était plutôt fraîche au départ car nous étions sur le versant à l'ombre. Nous redescendions de 200 à 300m puis prenions un nouveau col au sommet duquel je vis une statue magnifique statue d'un pèlerin dont je pris une photo. Nous trouvions ensuite de nombreux troupeaux de bovidés mais aussi des chevaux et des porcs.

Sur la fin de notre périple leur odorat se faisait de plus en plus tenace.

C?est la saison des châtaignes (je n'en ai jamais vues d?aussi grosses).  Les villages sont toujours fort agréables et très bien entretenus  (J'ai pensé qu'ils devaient  être fortement subventionnés). 

Toutefois,  prés de Triacastela, cela se dégradait et l'élevage intense des porcs dans la région se faisait particulièrement sentir. 

 

Nous rencontrions deux Suissesses avec un âne qui avait déjà 3 mois de voyage avec un autre couple suisse. Quant à elles, elles étaient sur le chemin du retour ?.Elles essayaient d'accélérer le pas mais l'âne ne semblait en faire qu'à sa tête. De plus, il fallait le faire brouter régulièrement. A mon avis elles n'étaient pas encore arrivées (comme j'apprenais plus tard que d'énormes chutes de neige avaient eu lieu . J'ai eu une pensée émue pour ces 2 jeunes filles bien courageuses. Peut être à Noël en Suisse....).  

                                                                                                                                           Nous traversions Linares, puis franchissions le col Alto de San Roque, Hospital, Padornelo et le col Alto de Polo à 1337m d'altitude. Le comte à rebours avait désormais commencé. Nous descendions sur la vallée et arrivions au km 130 à Triacastela. Le refuge se situait à l'entrée du bourg. Il était assez agréable et assez confortable. serons nous en mesure de faire 48 km à nouveau demain? Nous sommes allés le soir au restaurant comme d'habitude.

  Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires