Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 23:15

 

Lundi 13 octobre 2003 -  Molinaseca - Vega de Valgarce

Départ 6h45 Arrivée 20h  48.2 km / 989.4 km  

Après l’étape de la veille, 48 km qui l’eut cru ?   

Cette longue étape traversait toute la plaine del Bierzo ou coulaient de nombreuses rivières au milieu de verdure. Puis, le relief se fera plus pressant.  

Nous sommes partis de  Molinaseca de nuit, nous sommes arrivés  à Ponferrada, ville très étendue 2è ville de la région après Léon, au confluent des rios Boeza et Sil.

Le centre urbain était magnifique et très achalandé. 

 

Le Château des Templiers Monument national

 

Ci dessus Les environs de Ponferrada

Ci dessous Villafrance del Bierzo

 

 

 

A Ponferrada, nous sommes passés devant l’imposant Château des Templiers qui nous apparut soudain comme dans un conte de fées. 

 

De la ville nous retiendrons: 

-  L’Hostal de la Reina,  un hôpital fondé par les rois catholiques, prés du pont Mascaron. 

-   L’imposant château des Templiers, construit au 13è siècle, classé monument national, long de 162 m sur une largeur de 91. 

Sur le chemin de Camponaraya, j’ai accosté une jeune allemande Christiane 32 ans. Christiane faisait du yoga.... Cela ne lui soignait pas sa condition physique car elle avait mal au genou droit ainsi qu’au pied gauche. Elle m’a demandé mon age ; elle me donnait 40 ans elle exagérait certainement...., mais cela fait toujours plaisir.  Nous avons évoqué Munich..... Elle n’aimait pas la fête de la bière... ! 

Finalement elle n’en pouvait plus et devait marcher plus doucement alors je l’ai laissée un peu frustré…  Elle était si mignonne. Auparavant nous avions rencontré deux Pèlerines qui n’avançaient pas nous ne sommes pas éternisés car elles ne causaient guère. 

Je me souviens de Cacabelos, de Pieros puis de Villafranca del Bierzo. A l’entrée de la ville se trouve l’église de Santiago, dotée d’un magnifique portail du 12è siècle et d’une architecture d’un roman très pur. La ville est réputée pour ses « cochonnailles » souvent très épicées. .. Les piments de la région sont réputés... ses truites péchées dans le torrent et frites dans la graisses de porc, le vin rouge ou blanc est parait-il excellent car soleil et eau abondante font bon ménage pour donner un nectar délicieux. 

Après Villafranca del Bierzo, nous avons  commencé à nous élever légèrement ….C’était un peu la steppe; la terre était de moins en moins travaillée... sauf prés des villages cela ressemblait aux Pyrénées. Nous avons grimpé vers Trabadelo sans toutefois être fatigués. Nous avons traversé deux autres villages, La Portela de Valcarce et Ambasmestas, trois villages aussi mignons les uns que les autres, mais chacun avait son originalité. Ils sont tés bien entretenus, au milieu d’une verdure des plus agréables… Nous sommes arrivés à Vega de Valcares sans trop de fatigue …Il faut dire qu’il avait fait un temps idéal pour la marche... tout juste frais ...et il n’avait pas plu. Nous nous sommes arrêtés au refuge municipal de la ville. Il était assez bien équipé et nous avons pu nous y reposer, avant de nous restaurer comme d’habitude dans un restaurant de Pèlerins ou nous avons fort bien mangé. Toutefois il se faisait tard car la journée avait été longue. 

 

Le Pèlerin 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires