Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 23:00

 

Mercredi 15 octobre 2003

Triacastela / Sarria

Départ 7h10 Arrivé 13h00 20.5 km / 1043.8 km

Ah cette tendinite !  

   

Le chemin vers Sarria

Je me levais assez tôt et fit mes mouvements dans la salle de bains comme cela m'arrivait souvent (en cuisine parfois) alors que tout le monde dormait. Ma cheville me faisait souffrir et l'idée que je devrais m'arrêter si prés du but me faisait frémir.  

Après le déjeuner, je décidais de prendre les devants à petite vitesse.  

Je devais prendre le chemin le plus court, j'ai finalement pris le chemin le plus long par Samos.J'ai fait beaucoup de goudron ignorant  

volontairement le chemin qui alternait çà et là. Ma cheville me faisait de plus en plus mal et je ne pourrai pas  faire 40 km aujourd'hui. 

 

J'ai traversé Real puis Samos. A Samos je passais devant l'imposant  Monastère San Julian à proximité duquel sont enterrés de nombreux Pèlerins.  

Je m'arrêtais à l?église et visitais le cloître. Le style était classique.  

Le bourg semblait  un peu rupin et je ne m'y attardais guère.  

Je repris mon chemin en direction de Sarria.  Le relief s'était quelque peu accentué et montées et descentes se succédaient. Toutefois cette portion n'était pas des plus plaisante. Le guide me conseillait la voie nord par Montan,plus agréable .Ce sera pour la prochaine fois.  

A Sarria, je décidais de m'arrêter . Gérard était sûrement devant.Tant pis...Le paysage était toujours agréable. 

 

 

 

 

 

 

 

Sarria vue générale

Sarria

J'atteignais enfin Sarria.Je rencontrais enfin un pèlerin espagnol qui cherchait l'auberge. Je le suivais, Il était 13h00 L'auberge était fermée. Je prenais 2 « bocadillos » et 1 bière dans un café tout proche.  

A 13h30 l4auberge ouvrait. Je m'enfilais dans un duvet et m'?endormais jusqu'à 16h00 ?. 

Je prenais une douche et sortais visiter la ville. Je trouvais le centre médical. J'y rencontrais une doctoresse qui me décelait une tendinite. Elle me prescrivait une pommade  anti inflammatoire pour traiter ma cheville deux fois par jour, et des cachets à prendre trois fois par jour. Cela me permettrait me précisa-t-elle de rejoindre Santiago sans trop de difficulté. Elle me conseilla toutefois d?aller voir mon médecin dès mon retour à Toulouse. 

 

A Sarria on peut visiter :  

L'Eglise moderne Santa Maria

L'Hôpital San Antonio devenu palais de justice, 

L'Eglise San  Salvador (le sauveur) fondée en l?an 1094, mais rénovée au 14ème siècle que je visitais. 

La Tour et ses murailles octogonales (restes de l'ancienne forteresse des Seigneurs de Sarria). 

Le Couvent de la Magdalena 

La Chapelle Sainte Lazare

Je visitais longuement la ville assez vivante et commerçante. 

J'y effectuais quelques provisions de route et rejoignais l'auberge où 

Je dînais.  

A 20h15 j'étais au lit . On verrait le lendemain ce que je pourrais faire

 

Le Pèlerin  

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires