Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 avril 2006 6 08 /04 /avril /2006 23:30

 

  Samedi 18 octobre 2003

Cerceda - La Xuntia - Santiago Départ 7h10 - Arrivée 11h30 - 22.7 km / 1159 km Plus j'avançais, plus il me tardait de ne pas arriver  

   

Je suis parti de nuit. ..Les jours avaient de plus en plus de difficulté à se lever...Moi aussi, d'ailleurs car ma tendinite se faisait de plus en plus pressante et j'aurai toutes les peines du monde à terminer ces 23 km qui me séparaient de Santiago. 

Au départ je pris un bois en pleine nuit.Je profitais de la présence d'un Pèlerin qui filait pleine nuit au travers des bois. Je lui filais le train. 

En fait je ne voyais de lui que sa pile qui zigzaguait au milieu des sapins. Cela me permettait d'avancer sans mal en attendant le lever du soleil. 

Au hasard du chemin bien balisé d'ailleurs, je trouvais le moyen de me tromper et, prés d'Arca, je  tombais dans sur bois d'eucalyptus, où je cueillais mes 3 premiers cèpes. Cèpes que je conservais et que je dégusterai d'ailleurs à St Jean de Luz (car ils étaient alors encore fermes), chez mon fils Philippe 3 jours plus tard. 

Je traversais Amenal puis Lavacolla. Chemin faisant je trouvais Serge de Varilhes et Antoine d'Auterive avec qui je fis le reste du chemin jusqu'à Santiago. 

Plus j'avançais, plus il me tardait de ne pas arriver,car il me semblait que c'était la fin d?une belle aventure. 

Je passais devant Monte do Gozo un refuge à caractère touristique que je laissais sans regret. J'arrivais dans les faubourgs de Santiago et je ralentissais de plus en plus. J'étais de pus en plus sollicité et l'objet de commentaires, de photos, d'interviews de la part de touristes présents sur les lieux. J'avais pris tellement de temps que je me louperai la messe des Pèlerins du jour. 

Au panneau Santiago la pluie qui menaçait depuis un moment se mit à tomber de façon soudaine et violente. Je me réfugiais sous un semi remorque. Il faut dire que la pluie est une donnée de Santiago. Sans elle, l'architecture de la cité aurait été complètement différente. Pas d'arcades si caractéristiques de la citée? J'arrivais enfin place Cervantès, La cathédrale était là, toute proche. Je prenais les escaliers qui menaient à la basilique.Je n'en finissais plus de monter ces marche ?.Je n'étais plus pressé pour la première fois depuis que j'ai quitté Toulouse. 

La messe des Pèlerins était terminée. Il me faudra y revenir demain. Arrivé sous les arcades je vis sortir deux Pèlerines avec qui j'avais fait un bout de chemin lors de la dernière étape ; elles pleuraient d'émotion. J'entrais dans la basilique très ému. 

J'apposais la paume de la main sur l'empreinte de la main sculptée dans un pilier. Je rejoignais l?Office du pèlerin pour récupérer ma « Compostella »

Je me mis à déambuler dans la cité si agréable. Je m'arrêtais dans un restaurant où je pris à nouveau un repas poisson et vin blanc, ce vin blanc avec lequel je me familiarisais de plus en plus. 

Puis je me rendis au refuge du Séminaire (Seminario Menor de Belvis).

 Nota: vous aurez les photos demain car mes fichiers sont trop volumineux me causant ainsi des pénalités 

 

 

 

 Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires