Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 06:15

  Arts et Spectacles - Françoise Fabian,  l'Hussein-Déenne

 

francoise-fabian-2.jpg

 

 Si je cite Françoise Fabian, c'est avant tout parce que c'était la petite fille de ma « proprio » qui vivait en haut de la rue Charcot, tout prés de la rue Parnet. A part cela, elle a fait une carrière fort honorable.jugez en par vous même. 

De son vrai nom Michèle Cortes de Leone y Fabianera, Françoise Fabian est née le 10 mai 1932 à Hussein-Dey, elle a des origines espagnoles (Catalogne) par son père et polonaises par sa mère. Elle commence sa formation artistique au Conservatoire de Musique d'Alger, où elle apprend le piano et l'harmonie.

Arrivée en France au début des années cinquante, elle s'inscrit au Conservatoire d'art dramatique, où elle a comme camarades de promotion Jean-Paul Belmondo et Jean-Pierre Marielle. Si elle débute sur les planches en 1954 dans Le Pirate, l'actrice est en 1956 à l'affiche de pas moins de cinq longs-métrages, de Mémoires d'un flic - son tout premier film - à Michel Strogoff.

Mais Françoise Fabian, mariée au réalisateur Jacques Becker jusqu'à la mort de celui-ci en 1960, devra attendre que la libération des moeurs gagne le grand écran pour trouver des rôles à sa mesure.

En 1963, elle épouse Marcel Bozzuffi (1963-1988), avec qui elle restera jusqu'à son décès.

Pensionnaire de la maison de passe de Mme Anaïs dans Belle de jour de Luis Bunuel, jeune veuve vertueuse, mais dévorée par la passion, dans Raphaël ou le débauché de Deville, elle trouve un de ses plus grands rôles dans Ma nuit chez Maud d'Eric Rohmer, en 1969. L'actrice y incarne une femme éprise de liberté, dont le charme et l'éloquence font vaciller les convictions du sage et fidèle Jean-Louis Trintignant.

Non dénuée de fantaisie, comme elle le prouve notamment en 1973 dans La Bonne année, comédie de Lelouch avec Lino Ventura, et plus tard dans La Bûche, Françoise Fabian rencontre un grand succès en interprétant le rôle-titre d'un classique de l'érotisme à la française, Madame Claude, et en participant à la très populaire série télévisée Les Dames de la côte. Mariée durant 25 ans au comédien Marcel Bozzuffi, l'actrice à la beauté altière enchaînera dans les années 70 les productions italiennes d'inégale qualité. A partir de la décennie suivante, elle confèrera élégance et mystère aux personnages de mère que lui confieront des esthètes tels que Demy 

Filmographie 

·      1955 : Bon voyage de Louis Felix

·      1956 : Mémoires d'un flic de Pierre Foucaud 

·      1956 : Le Feu aux poudres de Henri Decoin 

·      1956 : Cette sacrée gamine de Michel Boisrond 

·      1956 : Le Couturier de ces dames de Jean Boyer  

·      1956 : Michel Strogoff de Carmine Gallone   

·      1957 : Ce sacré Amédée de Louis Felix 

·      1957 : L'Aventurière des Champs-Élysées de Roger Blanc  

·      1958 : Chaque jour a son secret de Claude Boissol  

·      1960 : La Brune que voilà de Robert Lamoureux  

·      1963 : Maigret voit rouge de Gilles Grangier  

·      1965 : L'Aigle de Florence de Riccardo Freda  

·      1966 : Le Voleur de Louis Malle  

·      1966 : Belle de jour de Luis Bunuel  

·      1969 : L'Américain de Marcel Bozzuffi 

·      1969 : Le Spécialiste de Sergio Corbucci  

·      1969 : Ma nuit chez Maud de Eric Rohmer  

·      1970 : Etes-vous fiancée a un marin grec ou a un pilote de ligne? de       Jean Aurel  

·      1970 : Out 1 - Noli me tangere de Jacques Rivette  

·      1971 : Raphaël ou le débauché de Michel Deville  

·      1971 : Out 1: Spectre de Jacques Rivette  

·      1972 : Torino nera de Carlo Lizzani  

·      1972 : Au rendez-vous de la mort joyeuse de Luis Bunuel  

·      1973 : Les Voraces de Sergio Gobbi  

·      1973 : Projection privée de François Leterrier  

·      1973 : Salut l'artiste de Yves Robert  

·      1973 : Un condé La Bonne année de Claude Lelouch 

·      1974 : Perché si uccide un magistrato? de Damiano Damiani  

·      1974 : Un Condé de Yves Boisset  

·      1975 : En descendant les marches d'antan de Mauro Bolognini  

·      1977 : Madame Claude de Just Jaeckin  

·      1977 : Les Fougères bleues de Françoise Sagan  

§       1982 : Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ de Jean Yanne  

·      1983 : Le Cercle des passions de Claude d'Anna  

·      1983 : L'Ami de Vincent de Pierre Granier-Deferre  

·      1983 : Benvenuta de André Delvaux  

·      1984 : Partir, revenir de Claude Lelouch  

·      1986 : Faubourg Saint-Martin de Jean-Claude Guiguet 

·      1988 : Trois places pour le 26 de Jacques Demy  

·      1988 : L'Ami retrouvé de Jerry Schatzberg  

·      1990 : Plaisir d'amour de Nelly Kaplan  

·      1993 : Femmes un jour de fête de Salvatore Maira  

·      1997 : Secret défense de Jacques Rivette  

·      1999 : La Lettre de Manoel De Oliveira  

·      1999 : La Bûche de Danièle Thompson  

·      2003 : 5 x 2 de François Ozon 

   Distinctions  

Françoise Fabian est Commandeur des Arts et Lettres, Officier de la Légion d'Honneur et Chevalier de l'Ordre National du Mérite.

Sources : sites divers sur Internet

 Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Couturier 23/04/2010 12:36



Merci pour ces images qui nous rapellent de bons souvenirs...on en souhaiterait davantages. Je suis moi-même d'Hussein-dey ; du quartier Trottier. Il m'est arrivée de croiser Françoise Fabian
quand on se promenait sur le trottoir de la place à la st. Jean...café Sintès ou celui d'après dont je me souviens plus du nom et où marceau ( mon oncle ) allait souvent...il était très connu
pour avoir perdu ses deux jambes lors de la bataille de Cassino à la libération.Un Hussein-Déen...amical salut !



Le Pèlerin 24/04/2010 23:49



Bonsoir Couturier


C'était la fille de ma proprio au quartier Trottier


Je ne l'ai personnellement pas connue....Beaucoup de PN ne l'apprécient pas car pensent ils
..." Elle avait nié un moment être PN...Y a -t-il une honte à être PN


De nombreux Africains ont laissé leurs vies ou une partie d’eux  mêmes au service de la France qui s’est souvent montrée ingrate avec eux


Un bien long débat


Merci pour l’intérêt que vous portez à mes blogs


Cordialement,.....
Amitiés PN

Le Pèlerin