Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 00:00

Malgré son rôle économique et social avéré : La femme rurale algérienne marginalisée


 

 

Les femmes en milieu rural bénéficient rarement des différents dispositifs étatiques. Tel est le constat établi par les nombreuses associations activant dans ces zones et les représentantes de cette catégorie de la population.
« Le problème des femmes rurales c’est qu’elles ne bénéficient pas des dispositifs de l’Etat pour de nombreuses raisons. Souvent, parce qu’elles ne sont pas au courant de leur existence. Et même quand elles sont au courant, elles ne peuvent pas y prétendre pour des problèmes de mobilité, d’éloignement, d’analphabétisme et les procédures compliquées », a souligné à ce propos Mme Baya Zitoune, présidente de l’Association femme et développement rural, en marge des activités organisées dans le cadre de la Journée mondiale de la femme rurale, organisée hier au siège de l’Institut national de vulgarisation agricole. La femme rurale est, selon elle, victime « d’une marginalisation de fait ». Pour remédier à cette situation, Mme Zitoune préconise d’accompagner ces femmes et de leur faire parvenir l’information concernant les dispositifs auxquels elles ouvrent droit.
Elle relève au passage que son association va lancer une campagne de sensibilisation dans quatre wilayas pour informer les femmes rurales sur les dispositifs de l’Etat. Mme Zitoune reconnaît néanmoins que les associations ont elles-mêmes besoin d’encadrement et leurs membres de formation afin que leurs actions soient plus efficaces sur le terrain. Mme Fatna Allout, présidente de l’Association de promotion de la femme rurale de la wilaya de Djelfa, fera savoir pour sa part que la situation socioéconomique de la femme rurale est loin d’être reluisante, car elle est privée de ses droits les plus élémentaires même si de petites améliorations sont constatées : « Elles n’ont pas droit à l’éducation ni à la santé. Elles sont souvent mariées très précocement. Le plus haut taux de mortalité maternelle est enregistré dans les régions rurales faute de prise en charge adéquate pour les parturientes. » La gent féminine dans les zones rurales reste soumise aux pressions familiales qui représentent le principal obstacle à son épanouissement.
« Il nous arrive de proposer à des femmes des cours d’alphabétisation, mais elles se heurtent au refus catégorique de leur mari, père ou frère », note-t-elle, dépitée. Et de se désoler du sort réservé aux femmes rurales qui, rappelle-t-elle, ont bravé le colonialisme, le terrorisme et les difficiles conditions de vie en milieu rural et contribuent souvent au revenu du ménage. Selon Mme Fatiha Djahiche, conseillère au ministère, chargée du développement rural, près de 6300 projets touchant plus de 2,5 millions de ménages ont été enregistrés dans le cadre du programme de développement rural intégré, a-t-on appris mercredi auprès du ministère de l’Agriculture et du Développement rural.
Mme Djahiche a précisé que sur les 1541 communes du pays, 979 sont considérées comme rurales, alors que le reste a un taux de ruralité qui varie de 0 à 40% : « Les ménages ruraux représentent une population de quelque 13 millions d’habitants. »

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires