Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 12:34

Rugby - Toulouse en mode diesel

Sauveur du Stade face à Bath, Skrela a encore livré un gros match


Vainqueur in extremis de Bath lors de la première journée dimanche dernier au Stadium (18-16), le Stade Toulousain a décroché sa deuxième victoire en Coupe d'Europe, vendredi soir sur la pelouse de Glasgow (22-16). Longtemps accrochés par les Ecossais, les hommes de Guy Novès ont fait la différence au retour des vestiaires sans toutefois réussir à arracher le point de bonus off
ensif

.
Rien ne sera offert à Toulouse dans cette Coupe d'Europe. Si la poule 5 n'a peut-être pas la même densité que le groupe 1 (Munster, Clermont, Sale et Montauban), le Stade Toulousain n'aura pas la vie facile jusqu'aux quarts de finale, destination envisagée après sa victoire à Glasgow lors de la deuxième journée de la H-Cup. L'étape forcée à Dublin de Kelleher pour comparaître devant la commission de discipline de l'ERC (le Néo-Zélandais a été blanchi) à la veille de cette rencontre et le forfait de dernière minute de Florian Fritz, victime d'un lumbago, ne figurent certes qu'au rayon des anecdotes mais illustrent cette intransigeance du haut niveau proposée aux Toulousains, eux qui n'ont eu que cinq jours de récupération entre leurs deux premières levées européennes.
Pas étonnant dès lors de voir les hommes de Guy Novès peiner en début de match sur la pelouse du modeste Firhill Arena, là même où Biarritz avait abandonné ses illusions européennes la saison dernière. La domination territoriale de Glasgow permet ainsi à Barclay, alerté en fond d'alignement sur une touche dans les 22 toulousains, de mettre les champions de France à la faute et offrir à Dan Parks, pour son retour après une blessure au genou, l'ouverture du score (5e, 3-0). Sonné sur cette première charge adverse, Servat est déjà obligé de céder sa place à Vernet-Basualdo (15e), changement prématuré qui n'est pas pour rassurer une mêlée toulousaine déjà chahutée et sanctionnée par une deuxième pénalité de Parks (14e, 6-0). Les Haut-Garonnais font le dos rond et échappent à une sanction plus lourde encore alors que Médard, après avoir oublié le ballon en couverture, réussit tout de même à gêner Evans qui commet un en-avant juste devant la ligne toulousaine (17e).

Skrela sonne la charge

Il faut attendre plus de 20 minutes pour voir les arrières toulousains lancer du jeu à la main depuis leur 22 sans que cette action n'aille plus loin que la ligne des 40 mètres de Glasgow, la faute à un en-avant d'Albacete. Mais la force d'une grande équipe - et le Stade Toulousain, comparé au Real Madrid par les Ecossais, en est une - est de savoir concrétiser la moindre erreur adverse. Un ballon perdu en mêlée par Glasgow met Skrela sur orbite, lequel élimine deux adversaires pour marquer le premier essai des Rouge et Noir entre les poteaux (25e, 6-7). Alors qu'une faute de main de Perugini à un mètre de la ligne écossaise empêche les avants toulousains d'enfoncer le clou (28e), les Britanniques reprennent l'avantage sur un fait de jeu inhabituel. Pelous au soin, M. Lewis demande tout de même, en français dans le texte, à Toulouse de jouer une touche dans ses 22. Privé de son deuxième ligne, le Stade perd le ballon, poussant Skrela à se mettre à la faute dont profite Parks sur pénalité (32e, 9-7).
Si un ballon arraché dans les bras d'un Ecossais par Skrela donne au Stade Toulousain une dernière occasion de reprendre l'avantage avant la pause sans que Médard, servi en bout de ligne par Jauzion, n'en profite en raison d'un en-avant coupable (37e), les champions de France attendront la seconde période pour faire la différence. Kunavore sanctionne d'abord la domination des avants toulousains d'un drop (43e, 9-10). Puis Kelleher, pour son neuvième match d'affilée, prouve qu'il a encore des cannes en s'arrachant suite au beau travail de Kunavore et Médard, relayé par Albacete, pour aplatir dans l'en-but adverse (44e, 9-15).
Dominés physiquement, les Ecossais laissent Jauzion, bien servi par une belle inspiration de Poitrenaud, auteur d'un match plein pour son retour à la compétition, inscrire un troisième essai avant l'heure de jeu (52e, 9-22). Désireux d'aller chercher un point de bonus offensif pour effacer le point offert le week-end dernier à Bath, Toulouse maintient sa pression mais ne parvient plus à trouver l'en-but écossais. A l'inverse, les hommes de Sean Lineen sauvent l'honneur en fin de match par Fa'atau (76e), essai qui offre à Glasgow le point de bonus défensif (16-22). Espérons qu'à l'heure de faire les comptes, les Toulousains ne s'en mordent pas les doigts.

Source sports.fr

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires