Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 avril 2006 3 12 /04 /avril /2006 23:34

 

 

 

Ce n’est pas la première fois qu’ils regardent au delà de l’Atlantique…

Airbus volera sans les Anglais...

 

 

  

 

 

 

Cette recomposition du secteur des satellites intervient à un moment où EADS connaît les plus grandes manœuvres depuis sa création en 2000. Les groupes Lagardère et Daimler-Chrysler viennent en effet d'annoncer la vente de 7,5 % de leurs actions franchissant à la baisse respectivement les seuils de 7,5 et 22,5 %. Ce désengagement annoncé des ac­tionnaires historiques a semble-t-il donner des idées aux Anglais de BAE qui ont annoncé à la surprise générale la vente de leurs 20 % dans Airbus, filiale commune avec EADS. « Si nous nous attendions à cette décision, le timing a été une surprise pour nous tous» a commenté, hier à Colomiers, Gustav Humbert, le président d'Airbus. L'avionneur eu­ropéen le sera donc un peu moins dans quel­ques mois en s'affranchissant des Britanni­ques qui décident de vendre leurs parts au plus haut du cycle de l'aéronautique. Question d'opportunité de marché... Ce n'est pas une mauvaise nouvelle pour EADS qui pourra dé­sormais consolider 100 % des bénéfices de la plus rentable de ses filiales. «Ça résoudra aussi l'éternel problème de rivalité entre BAE et EADS qui étaient tous deux candidats aux mêmes appels d'offre dans la défense» glisse un proche du dossier. Il faudra tout de même que le groupe de Noël Forgeard débourse au moins 3,5 mil­liards d'euros.

 

EADS bénéficie en effet d'un droit de préemption en vertu d'un accord avec BAE. Sur le plan industriel, la Grande Breta­gne est un centre de compétence voilure pour l'ensemble de la famille Airbus. «Rien ne chan­gera puisque depuis l'intégration d'Airbus, tous les sites industriels appartiennent à EADS» précise un porte-parole de l'avionneur.

 

La Caisse des dépôts, bras armé du patrio­tisme économique du Premier ministre, a an­noncé, hier, qu'elle prendrait 2,25 % des 7,5 % d'EADS cédés par Lagardère afin de faire jeu égal avec les Allemands. Mais ces passes d'ar­mes se déroulent alors qu'Airbus est sous le feu des critiques de plusieurs clients notam­ment le loueur ILFC qui demandent une pro­fonde amélioration du futur A350 au niveau du fuselage. Le patron de Singapore Airlines s'est rallié à cette vision poussant Gustav Hum­bert à promettre «un dialogue intensifié avec les compagnies aériennes» sur le sujet des longs-courriers. L'A340 doit en effet faire face à la concurrence féroce que lui livre le Boeing 777 alors que le futur 787, lancé il est vrai un an et demi plus tôt que FA350, totalise 345 commandes contre 182 commandes et in­tentions pour le futur Airbus.              

 

 

 

      Information relayée par

 

      Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires