Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 avril 2006 2 18 /04 /avril /2006 23:48

 

   

Santé. Causes et séquelles des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou accidents ischémiques transitoires. 

AVG : 120 000 Français sous tension   

 

   

 

Mon père en est mort alors que je n'avais pas onze ans.....J'ai pensé qy'il était bon de parler de ce fléau, ne serait-ce que pour mieux la combattre en anticipant...

Mon père en effet n'a pas été le seul à faire face à cette situation...Chirac, Sharon, Bel­mondo. .. Trois hommes qui ont en commun d'avoir été victimes d'un Accident Vasculaire Cérébral (AVC). Mais en réalité, il serait plus exact de parler d'AVC au pluriel. Car il en existe deux formes bien distinc­tes. Explications. Commençons par le plus commun, l'Accident Vasculaire Ischémique qui représente 80 % de la totalité des AVC. Il s'agit en fait d'un infarctus cérébral, le terme « ischémie » traduisant le fait que l'organe, ici le cerveau, est privé du sang nécessaire à ses be­soins en oxygène. Cet AVC se manifeste donc par une interruption de l'irrigation sanguine, provoquée par une thrombose artérielle c'est-à-dire la présence de bouchons ou de caillots dans les artères cérébra­les ou carotidiennes. Privées de sang et donc d'oxygène, les cel­lules du cerveau meurent. C'est seulement dans cette forme d'AVC qu'il est possible dans les trois heures après l'accident, d'administrer un traitement qui dissoudra le caillot sanguin. La rupture d'un Vaisseau à l’intérieur du cerveau provoque, elle, une hémorragie cérébrale. L'ir­ruption du sang dans le tissu cé­rébral entraîne une souffrance des cellules nerveuses, voire leur destruction. Dans l'un comme dans l'autre cas, pour le cerveau, le grand responsable d'une atta­que cérébrale c'est l'hyperten­sion artérielle dont souffrent plus de 7 millions de Français. 

 

 

UNE VRAIE URGENCÈ MÉDICALE   

Infarctus ou hémorragie, une partie du cerveau est en danger. Selon le siège de l'AVC, les con­séquences peuvent en être dra­matiques: paralysie plus ou moins importante d'un ou plu­sieurs membres, troubles de la sensibilité, de la vision, du MW gage, de la mémoire et de l'équi­libre." 

N'oublions pas que dans le mois qui suit l'accident, un patient sur cinq décède. Deux sur trois en gardent des séquelles et enfin, une personne sur trois va devenir dé­pendante... 

Évoquons aussi le cas des acci­dents ischémiques transitoires (AIT). Provoqués par un trouble passager de la circulation céré­brale, ils durent de quelques se­condes à quelques heures, ils peu­vent entraîner des pertes de con­naissances, une paralysie plus ou moins limitée, un trouble de la parole ou de la vision. L'AIT, lui aussi, constitue une vraie urgence médicale. Et une vigilance réelle, car l'AIT multi­plie par 50 le risque de faire un AVC. 

Rappelons que l'accident vascu­laire cérébral frappe chaque an­née 120 000 Français. Deux patients sur trois garderont des séquelles toute leur vie. Un sur quatre ne reprendra jamais d'activité professionnelle. 

Ce n'est pourtant pas une fatalité, car ces accidents peuvent être prévenus. 

Notamment en contrôlant ses principaux facteurs de risque : hypertension artérielle, diabète, tabagisme, hypercholestérolé­mie, consommation excessive d'alcool, sédentarité... 

Source La Dépêche du avril 2006 

Information relayée par 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires