Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 23:14

 

  

  Aurons nous un jour le TGV à Toulouse ?

  

 

 Oui, il faut poursuivre le projet de ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse… Le conseil d'administration de Réseau Ferré de France l'a décidé hier soir sur la base de l'étude réalisée par ses soins et du débat public mené en 2005. Le TGV Paris Toulouse via Bordeaux en trois heures a donc franchi une nouvelle étape. Importante ? Incontestablement. Décisive ? L'avenir le dira.

Car ce train est loin d'être sur les rails. 

Sur le papier, un calendrier pour espérer existe depuis hier : 

-2008: fin des études préliminaires pour aboutir à un plan de financement, au choix du tracé dans un fuseau large d'un kilomètre, des emplacements des gares et à un avant-projet sommaire. 

-2008-2011 : acquisition des terrains, études des ouvrages, déclaration d'utilité publique, appels d'offres.-2011-2016 : travaux. Tout cela reste virtuel. 

Deux lignes parallèles  

 

Politiquement, rien n'est acquis. Les élus aquitains, hors Lot-et-Garonne, maintiennent la priorité pour une ligne Bordeaux Dax Hendaye (Le débat public s'ouvrira cet été). En posant, hier à Bordeaux, la première pierre du pont ferroviaire, le ministre des Transports, Dominique Perben, a déclaré : « Les lignes à grande vitesse Bordeaux Toulouse et Bordeaux Espagne peuvent avancer en parallèle sur un calendrier rapproché ». Ces propos inquiètent les élus midi-pyrénéens : « Le ministre semble indiquer que les deux projets pourraient débuter après la ligne Tours Bordeaux (2016). S'il devait en être ainsi, le gouvernement reviendrait sur ses engagements, pris à Toulouse pour Paris Toulouse en 2016 » observe Martin Malvy, président de région. 

La LGV Bordeaux Toulouse conservera-t-elle une année d'avance sur Bordeaux Hendaye ? Duel ou duo ? Avec cette position, le ministre n'éteint pas la bisbille Aquitaine/Midi-Pyrénées. En validant le fuseau Toulouse-Agen et en demandant d'étudier la suite du tracé en même temps que Bordeaux Hendaye, il accrédite en revanche la préférence pour 54 kilomètres de tracé commun aux deux lignes entre Bordeaux et le Lot-et-Garonne via le sud de la Gironde. Ce serait un moyen de se réconcilier, de diminuer la facture. Sauf que l'opposition à la LGV à cet endroit est très forte. 

Plus ennuyeux encore que les bisbilles politiques sera la quête des financements. « Ce sera difficile, mais nous pouvons recourir à un partenariat public-privé » explique Dominique Perben.

 

L'État, que l'on sait désargenté, doit financer d'autres LGV à commencer par Tours Bordeaux. Pour la réalisation de cette ligne, indispensable aux desseins des Midi-Pyrénéens comme des Basques, dirait Monsieur de La Palice, les collectivités locales sont appelées à participer à hauteur de 25 % du coût. Soit 1,7 milliard au bas mot. Sur cette base, les élus de Midi-Pyrénées et Lot-et-Garonne devraient donc trouver 750 M€ pour Bordeaux Toulouse et Aquitains et Espagnols autant pour Bordeaux Hendaye. « La ligne Sud Europe Atlantique est un projet global » conclut Dominique Perben. Une façon de ramener tout le monde autour de la même table pour parler gros sous. Car là est bien l'essentiel. Et l'introuvable ? 

   Affaire à suivre 

 

 

        Information « La Dépêche » 

        Relayée par  

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires