Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 06:51

Les Algériens et l'élection US


 http://www.lequotidien-oran.com/files/spacer.gifTout autant que le reste du monde, l'Algérie était braquée mardi sur les écrans des télévisions étrangères pour suivre les élections présidentielles américaines. Et sans même se poser les questions de fond, elle soutenait instinctivement le candidat Barack Obama. Probablement parce qu'il est noir et parce qu'il a des origines musulmanes, Obama devait sortir gagnant de cette bataille qui a tenu en haleine la planète entière. Il est vrai que depuis quelques jours, les Algériens sont branchés ailleurs ou plutôt par ce qui se passe chez eux. Ils ont eu droit à un discours du président de la République qui leur a annoncé qu'il révise la Constitution en recourant au parlement. En tant que peuple dit souverain, ils n'ont même pas eu cette chance d'être consultés pour qu'ils puissent émettre un avis sur ce qui les concerne au plus haut niveau.
En soutenant Obama, ils se sont peut-être projetés à travers cette Amérique féroce qui s'est pliée légalement et conformément à sa constitution, au changement radical de ses moeurs. Il est vrai que le monde, notamment celui arabe et musulman, s'avance trop sur ce que va faire Obama en faisant plus dans l'affectif que dans le pragmatisme pur, dur et très souvent destructeur auquel les Américains l'ont habitué. Mais il n'est pas interdit de penser qu'un président américain noir est plus sensible aux droits des damnés de la terre qu'un président blanc comme Bush. Les Algériens, s'ils ont un premier voeu à faire, c'est de voir leurs compatriotes détenus depuis de longues années à Guantanamo, libres au nom du respect des droits de l'Homme. Comme a eu à le souligner Maître Ksentini, Bush les a «gratifiés» d'une dernière infamie, celle d'avoir accepté que la Cour fédérale de Washington leur ouvre à partir d'aujourd'hui un procès en recourant à la procédure «habeas corpus», un principe fondateur du droit anglo-saxon. Ce qui signifie que les six Algériens de nationalité bosniaque ne comparaîtront pas devant le juge pour prouver leur innocence mais pour, juste, qu'il leur soit vérifié si comme disent les juristes, «le président (Ndlr: Bush) peut, légalement, décider qu'il a une base suffisante pour les détenir». C'est donc un cadeau empoisonné que Bush, dans ses derniers instants à la Maison-Blanche, a offert à nos compatriotes et à bien d'autres qui croupissent comme eux dans le camp de Guantanamo.
Les Algériens, tout autant que les autres arabes et musulmans, pourraient aussi espérer qu'il leur soit permis de voyager à travers le monde sans être obligés de se cacher ou de raser les murs des aéroports, comme dirait notre charmant chroniqueur.
Entre autres rêves, les Algériens ont surtout le droit de rêver qu'un jour ils seront dirigés par des gouvernants jeunes, intelligents, démocrates, respectueux des libertés individuelles et collectives et constructeurs d'un réel Etat de droit comme l'est l'Amérique pour ses Blancs. Le rêve américain doit être permis parce que Obama réalise, même si c'est à un siècle près, celui fait par son compatriote Martin Luther King. A la seule différence que jusque-là, on n'a pas entendu un politique digne de ces caractéristiques clamer à la face de l'Algérie «I have a dream.»

Source 20 Minutes.fr

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires