Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 avril 2006 3 19 /04 /avril /2006 23:51

 

   

 

  Jeudi 6 mai 2004 - Lodève - Lunas   

Départ 9h15 Arrivée 15h45     

6h30      24 km / 178 km  

 

    

 

 Nous avons discuté jusqu’à 9h15 au mas des Saulières…C‘était encore très intéressant. Nous avons quitté le mas pour retourner sur  Lodève.  

Ci-dessus Le retour sur Lodève

 

 

 Visites de Saint Fulcran

A Lodève nous avons visité la cathédrale Saint Fulcran et ses magnifiques vitraux, son très joli petit cloître. J’en profitais pour faire brûler un cierge en souvenir de tous mes proches vivants ou morts. Je me souviens de la grand rue parée de coquilles St Jacques…Nous avons fait quelques courses et avons repris le chemin vers 10h15 

Nous avons monté, monté à n’en plus voir la fin…je me souviens d’un ruisseau fort accidenté (il devait être en crue quelques jours avant) qui n’en finissait pas …et cela en guise d’hors d’œuvre. 

La grimpette et la gargue apés Lodève Ouf...!

Naturellement Henry était devant suivi de Rainer….On n’en finissait pas de monter lacets après lacets et Lodève semblait pourtant toujours encore proche. Enfin nous atteignions Benagues ….mon guide n’était pas très fiable et je ne pouvais guère me fier à ses informations…Ainsi donc nous fourvoyions avec Rainer aux environs de Benagues finalement nous retrouvions notre chemin . 

Nous étions aux portes d’un village (tout prés de Lunas pensais-je alors,  là ou j‘avais réservé). 

Là soudain une voiture 205 s’arrêta, me demanda si j’étais Henri et à mon affirmative me demanda de monter …je trouvais la requête fort sympathique et ne sus refuser devant une telle requête de l’Aubergiste de « Lunas ». 

Il y avait déjà dans la voiture deux Pèlerins, une Française, Murielle et un Australien Greg.…et plus tard Rainer….qui était à l’origine de cette méprise…. 

Apparemment l’épouse de notre aubergiste était étonnée devant un tel afflux de Pèlerins…je l’avertissais de l’arrivée imminente de Henry qui aurait du déjà être là et de Régis et Max qui devaient traîner quelque part… 

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir 45 mn plus tard qu’en fait nous étions à Joncels un petit lieu charmant avec des aubergistes sympathiques (L’épouse de l’aubergiste était lituanienne…elle trottait sans cesse…Je suis sur que notre patron avait fait une affaire). 

Je décommandais rapidement à Lunas et nous avons passé la soirée à Joncels. Henry quant à lui était bien là bas à Lunas. 

Ce fut donc à Joncels que j’ai découvert Murielle une femme fauchée qui marchait sur le chemin depuis fort longtemps et qui en était à son troisième St Jacques…Ce soir là, je lui offris le repas du soir. Elle me dédommagea en me faisant un massage des pieds dont je me souviendrai… Nous passâmes une nuit fort confortable. 

     Joncels

Le lendemain notre ami l’aubergiste nous reconduisit à Lunas ou nous retrouvions Henri Régis et Max… 

 

  Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires