Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 avril 2006 6 22 /04 /avril /2006 23:09

Une semaine sans ma femme !



LUNDI

Seul à la maison. Ma femme est partie pour la semaine. Génial !
Je sens qu'on va vivre des instants inoubliables, le chien et moi.
Je me suis concocté un emploi du temps réglé comme du papier à musique.

Je sais exactement à quelle heure je vais me lever et le temps que je passerai dans la salle de bains ou dans la cuisine, à préparer le déjeuner.
J'ai également compté les heures qu'il me faudra pour liquider la vaisselle, le ménage, les promenades du chien, les courses et la cuisine.
Et là, surprise : il me restera plein de temps libre !
Pourquoi les femmes se font-elles une montagne de toutes ces tâches alors qu'elles peuvent être expédiées si rapidement ?
Tout est une question d'organisation. Pour le souper, le chien et moi avons un steak chacun.
J'ai disposé une jolie nappe, une bougie et un bouquet de roses pour faire plus intime.
Le chien a mangé de la mousse de canard en hors-d’œuvre et aussi en plat principal, mais accompagnée d'une farandole de petits légumes. Et, comme dessert, des biscuits.
Moi, je me suis octroyé du vin et un cigare.
Cela faisait des lustres que je ne m'étais pas senti aussi bien.

MARDI

Je dois revoir mon emploi du temps : apparemment, quelques aménagements s'imposent.
J'ai expliqué au chien que, bien entendu, ce n'est pas tous les jours fête; il ne doit donc pas s'attendre à des hors-d’œuvre et à un service dans trois bols différents, vu que le préposé à la vaisselle, c'est moi !
En prenant mon déjeuner, j'ai noté les inconvénients du jus d'orange pressé : ça vous oblige à nettoyer chaque fois le presse-agrumes.
A moins d'en prévoir suffisamment pour deux jours, et dans ce cas, vous avez moitié moins de vaisselle.
Ma femme a insisté pour que je passe l'aspirateur tous les jours. Pas question ! Une fois tous les deux jours suffira amplement.
Il n'y a qu'a enfiler des pantoufles et à nettoyer les pattes du chien...
A part ça, je suis en pleine forme.

MERCREDI

J'ai le sentiment que le ménage prend plus de temps que prévu.
Il va falloir affiner ma stratégie. D'abord, acheter des repas tout préparés.
Cela me fera gagner quelques minutes en cuisine.
La préparation du souper ne devrait jamais être plus longue que sa consommation.
En revanche, la chambre reste un problème. Il faut s'extraire des couvertures, aérer et enfin faire le lit. Trop compliqué !
D'ailleurs, je ne vois pas l'intérêt de faire le lit tous les jours dans la mesure ou on se recouche le soir même. Pour le chien, fini les préparations culinaires élaborées. Au menu : pâtée en boite. Il boude, mais tant pis. Si je peux me contenter de plats cuisinés, pourquoi pas lui ?

JEUDI

Plus de jus d'orange ! Comment un fruit d'aspect si anodin peut-il provoquer une telle pagaille ?
Désormais, j'achèterai du jus en bouteille.

Découverte no 1 : j'ai réussi à m'extirper du lit en défaisant à peine les couvertures.
Comme ça, il n'y a plus qu'a les retaper un peu.
Bien sûr, cela nécessite un certain entraînement et on a intérêt à ne pas trop gigoter pendant la nuit.
J'ai un peu mal au dos, mais une bonne douche chaude et il n'y paraîtra plus.
J'ai cessé de me raser tous les jours. Je gagne ainsi de précieuses minutes.

Découverte no 2 : changer d'assiette à chaque repas est une hérésie.
Les vaisselles à répétition commencent à m'énerver. Le chien, lui aussi, peut manger dans le même bol.
Ce n'est qu'un animal après tout !

Note: je suis parvenu à la conclusion que le passage de l'aspirateur ne s'imposait qu'une fois par semaine... maximum.
Saucisses au dîner et au souper.

VENDREDI

Terminé le jus de fruit en bouteille ! Trop lourd à porter.
J'ai observé un curieux phénomène : les saucisses sont excellentes le matin, un peu moins bonnes le midi et carrément infectes le soir.
Si un homme en mange plus de deux jours de suite, elles risquent même de lui occasionner de légères nausées.
Le chien a eu des croquettes. C'est tout aussi nutritif et le bol reste propre.
J'ai découvert qu'on pouvait boire la soupe directement à la casserole. Elle a exactement le même goût.
Plus de bol, plus de louche ! Désormais j'ai moins l'impression d'être réincarné en lave-vaisselle.
J'ai cessé de passer le balai dans la cuisine. Cela me tapait autant sur les nerfs que de faire le lit.
Note : laisser tomber les conserves. Ca salit l'ouvre-boites.

SAMEDI

A quoi bon se déshabiller le soir pour se rhabiller le lendemain matin ?
Je préfère occuper ce temps à me reposer un peu. Pas la peine non plus d'utiliser les couvertures :
comme ça, le lit reste impeccable.
Le chien a laissé des miettes partout. Il s'est fait gronder. Je ne suis pas sa bonne !
Etrange : c'est exactement la réflexion que ma femme me fait parfois.
Aujourd'hui, rasage. Mais je n'en ai vraiment pas envie. Je suis à bout de nerfs.
Pour le déjeuner, proscrire ce qui doit être déballé, ouvert, coupé en tranches, étalé, cuit ou passé au mélangeur.
Toutes ces corvées m'exaspèrent. Pour le dîner, manger à même l'emballage. Sans assiette, ni couverts, ni nappe, ni rien de toutes ces choses superflues.
Mes gencives sont un peu sensibles. Peut-être parce que je ne mange pas de fruits :
ils sont trop lourds à transporter. C'est sans doute un début de scorbut.
Ma femme a appelé dans l'après-midi pour savoir si j'avais fait les vitres et la lessive.
Je suis parti d'un éclat de rire hystérique. Comme si j'avais le temps !
Malaise dans la baignoire : le siphon est bouché par des spaghettis.
Ce n'est pas si grave, puisque, de toute façon, je ne me douche plus.

Note : Le chien et moi mangeons ensemble, directement au frigo.
Il faut faire vite pour ne pas laisser la porte ouverte trop longtemps.

DIMANCHE

Le chien et moi sommes restés au lit, à regarder la télévision.
Nous avons salivé tous deux en voyant des gens faire des agapes.
Nous sommes épuises et grognons autant l'un que l'autre.
Ce matin, j'ai mangé quelque chose dans son bol. Aucun de nous deux n'a aimé.
Je devrais vraiment me laver. Me raser. Me peigner. Lui préparer sa pâtée. Le sortir. Faire la vaisselle. Ranger. Penser aux courses. Et tout le reste... Mais, je n'en ai vraiment pas la force.
J'ai l'impression d'avoir des problèmes d'équilibre et de vision. Le chien ne remue même plus la queue.
Seul l'instinct de conservation nous à permis de nous traîner jusqu'au restaurant, où nous avons passé plus d'une heure à manger des tas de bonnes choses dans de multiples assiettes... avant d'aller à l'hôtel.
La chambre est propre, bien rangée et douillette. J'ai trouvé la solution idéale..
Je me demande si ma femme y a jamais pensé.

Un conseil si vous devez vous absenter, Mesdames...

réservez deux places au chenil...

Auteur inconnu

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires