Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 00:05

Les Américains fêtent Thanksgiving
L’Algérie en quête d’identité

 


Thanksgiving a été fêté pour la première fois en 1621 autour d’un festin pour rendre grâce à Dieu pour les récoltes abondantes dont Il les a gratifiés.

La nation américaine s’est construite autour d’événements souvent dramatiques (extermination des Indiens, esclavage, guerre de Sécession...) qui, paradoxalement, ont forgé son identité. Ils ont fait d’elle la première puissance industrielle et militaire du monde. L’amour de la nation n’est pas un vain mot aux Etats-Unis. Le respect de l’emblème et de l’hymne national figure pratiquement dans le domaine du sacré. Ces deux éléments constitutifs de l’identité nationale algérienne ont tout récemment fait l’objet de houleux débats dans la société algérienne.
Le ministère de l’Education nationale s’en était emparé et il fut question d’imposer la levée des couleurs au sein des établissements scolaires. Pour faire renaître cette fibre patriotique qui semble s’éteindre dans le cœur des Algériens sans nul doute.
La jeunesse au pays du million et demi de chahids, est envahie, d’un total désamour envers sa patrie. Après le «hittisme», c’est un autre phénomène, plus violent certainement qui apparaît, la «harga», partir, fuir à tout prix dans des embarcations de la mort qui, dans le meilleur des cas, mènent à des camps de rétention.
L’exemple américain n’est-il pas dans ce cas à méditer? Même le billet vert, le dollar, est frappé de la célèbre devise: «In God we trust». Ce qui veut dire: «En Dieu nous croyons.» Les Américains célèbrent aujourd’hui Thanksgiving dans cette tradition qui consiste à rendre grâce à Dieu pour l’abondance des récoltes dont Il leur a fait don. Cela remonte à plus de quatre siècles. C’était en 1621, lorsque des pèlerins anglais fêtèrent avec des Indiens de la tribu Wampanoag, cet événement pour remercier le Créateur de ses bienfaits. George Washington, au même titre que d’autres présidents des Etats-Unis, promulgua une proclamation pour célébrer Thanksgiving. C’est Abraham Lincoln qui, en 1863, proclama cette journée Fête nationale. Elle a lieu désormais le dernier jeudi de novembre. Une dinde est «graciée» tous les ans par le président pour finir le reste de ses jours dans un zoo pour enfants. L’occasion permet surtout de célébrer cette journée en famille et avec des amis.
On exprime à cette occasion sa reconnaissance à la liberté ainsi qu’à la nourriture et aux biens dont on a été pourvu par Le Tout-Puissant. Les Américains célèbrent Thanksgiving, cette année, dans le sillage d’une élection présidentielle mémorable et historique.
Les Algériens s’apprêtent à fêter l’Aïd El Kebir au même titre que la communauté musulmane. Le sacrifice du mouton étant une fête religieuse qui repose sur le mythe du sacrifice d’Abraham, a pris un caractère économique qui dépasse l’entendement au même titre que d’autres fêtes religieuses qui, au lieu de jouer un rôle de socialisation et d’unification de la nation (le Ramadhan, l’Aïd...), ont institué un individualisme forcené où il est surtout question d’ostentation, d’étaler ses richesses sans vergogne. En ce sens, l’exemple américain est sérieusement à méditer.

 

Source Expression

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires