Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 00:05

Destitution du maire de Berriane - Le RCD crie au scandale

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) ne s’est pas laissé gagner par le farniente une fois son rejet de la révision constitutionnelle exprimé. Depuis, il s’est montré immensément entreprenant à en traquer les manifestations autoritaires. Cinq de ses députés durent, au courant de la semaine passée, en subir à Ghardaïa.
Sofiane Aït Iflis - Alger Le Soir) - Le parti a, en effet, informé hier à travers un communiqué de presse qu’une délégation de cinq de ses députés s’est rendue à Ghardaïa pour s’enquérir des tenants et des aboutissants de la destitution jugée illégale du P/APC de Berriane et que, sur place, elle a fait l’objet d’un terrible ostracisme politicoadministratif de la part des autorités locales. «La wilaya de Ghardaïa n’a pas daigné répondre à une demande de rendez-vous émanant d’un groupe de députés. La demande d’autorisation de meeting déposée dans les délais et selon les dispositions réglementaires a été refusée», a dénoncé le RCD pour lequel «violation de la loi et répression sont ouvertement revendiquées par l’administration en tant que leviers de gestion de la vie publique». Face à ce déni de droit, le RCD ne restera pas sans réagir. Il informe avoir introduit des recours et avertit que «sitôt les voies de recours épuisées, les instances internationales seront saisies du dossier».
Une question écrite à Zerhouni

La destitution du maire RCD de Berriane mobilise les hautes instances du parti et son groupe parlementaire. Ce dernier, représenté par le député Mohammed Khendek, a destiné une question écrite au ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine-Yazid Zerhouni. Il a interrogé le ministre sur ce qu’il compte faire pour imposer le respect de la légalité et rendre toute sa force à la loi, par la réhabilitation de M. Nacer-Eddine Hadjadj à son poste de P/APC ainsi que sur les dispositions qu’il compte entreprendre à l’encontre des responsables de cette situation. A travers un long exposé des faits, choisi comme liminaire à la question, le député Khendek écrit que la destitution du P/APC est arbitraire et illégale et que «l’opération scélérate» s’est déroulée en trois jours. «Une session clandestine a eu lieu le 5/11/2008, en violation du code communal 90/08 du 7/4/1990, notamment ses articles 14,15,16 et 55. L’article 15 stipule que l’Assemblée populaire communale peut se réunir en séance extraordinaire, chaque fois que les affaires de la commune le commandent, à la demande de son président, du tiers de ses membres ou du wali. L’article 16 affirme aussi que les convocations aux réunions de l’Assemblée populaire communale sont adressées par son président et mentionnées au registre des délibérations de la commune », a rappelé Khendek avant de relever «qu’aucune demande de réunions émanant des autorités compétentes n’est parvenue au P/APC» et que «le P/APC n’a pas convoqué de réunion et aucune convocation n’est mentionnée au registre des délibérations». Le député fait également état de la violation des articles 48 et 51 du code communal qui disposent que «le P/APC est choisi sur la liste ayant obtenu la majorité et que quels que soient les motifs de la vacance du poste du P/APC, ce dernier est remplacé par un membre de sa liste». Khendek a fait savoir que le remplaçant du P/APC de Berriane destitué est choisi sur une liste autre que celle ayant la majorité à laquelle appartient l’élu déchu. La question adressée à Zerhouni est restée lettre morte, a informé le RCD

 

Source Le Soir d’Algérie

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires