Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 23:15

  

 

Mardi 11 mai Angles – Castres  

Départ 8h00 Arrivée 32 km 309 km 

 

 

Nous sommes partis d’Anglès, un petit village tout de même fort sympathique.

Le temps était  assez agréable pour marcher. Le paysage est assez vallonné et très agréable.  

Rainer avait décidé de rejoindre l’étape suivante en stop car il devait consulter un médecin. Sa hanche, en effet,  lui faisait de plus en plus mal. Henry nous quittait en cours de chemin car il avait rendez-vous avec une copine qui habitait Mazamet. C’est donc une équipe réduite à quatre unités plus Nikita qui poursuivit son chemin. 

J’assurais sans cesse le train à l’arrière. Je rattrapais Greg, Jean-Paul et Murielle à Noailhac

J’étais quelque peu fatigué.  Pour ne plus les retarder mes compagnons de route, je décidais de partir devant pendant que le reste de la compagnie se restaurait. A un moment je loupais le GR, malgré les affirmations des gens interrogés qui m’avaient affirmé être sur le chemin….La dernière personne interrogée me précisa ma position en m’affirmant avoir allongé…Je décidais donc d’activer le pas….Je filais, filais pour rattraper mon petit monde. Je pris la Nationale 112 (Nouvellement D612, Raffarin décentralise…). En fait ces derniers croyant que je m’étais égaré, m’avaient  attendu…J’ai marché, marché énormément sur le goudron. Arrivé à Castres, je rejoignais l’Office de Tourisme  à 17h45. Personne n’était passé hormis Rainer qui était passé en matinée et était allé voir un médecin. Je les ai attendus plus d’une heure et demie. …Mais j’avais réservé à  l’hôtel « Le Périgord » et ne pouvais leur faire faux bond. 

Je me devais de donner une réponse avant de laisser filer la chambre qui m’avait été réservée. 

Je décidais donc de prendre possession des locaux …et alors que je me préparais à passer à table, qui je vis…le reste de mes compères….Il était 19h30…..Greg  était furieux de m’avoir tant attendu alors que j’étais devant….Murielle a encore une fois essayé d’amadouer le gérant de l’hôtel qui se montrera assez intransigeant…En fait elle ne paiera encore pas la chambre. 

Elle faisait tant la gueule qu’elle décidait même de se passer de dîner. 

Nous avons quand même pris un excellent repas ce soir là. 

Et à la salade de fromage prés (qu’il troqua contre une simple salade) et malgré son courroux du soir, Greg passera également une bonne soirée. 

Castres est vraiment agréable… J’y reviendrai, car en plus, ce n’est pas très loin de Toulouse. 

  Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires