Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 07:55

Les bulletins météorologiques spéciaux, des alertes à prendre au sérieux


De la pluie et de la neige tombent depuis hier dans plusieurs régions du pays.
Le week-end promet d’être froid et pluvieux si les précipitations annoncées par les services de la météo se poursuivent.
Les bulletins spéciaux se succèdent cet automne, présageant un hiver rigoureux avant l’heure comme le voudrait le calendrier.
Dans un bulletin spécial (BMS) établi hier matin, l’Office national de météorologie a annoncé des chutes de neige dans l’ensemble des reliefs et des hauts plateaux de l’ouest, au centre et dans l’est du pays, sur des hauteurs dépassant 800 mètres d’altitude. L’épaisseur des neiges qui devaient recouvrir dans l’après-midi d’hier les reliefs des wilayas de Tlemcen, Naama, El Bayadh, Sidi Bel Abbès, Saïda, Tiaret, Tissemsilt, Djelfa, Laghouat, Médéa, Blida, Aïn Defla, Bouira et Tizi Ouzou devait atteindre 20 cm, alors que pour la journée d’aujourd’hui, les flocons blancs qui tomberont dès ce matin sur les reliefs de l’Est dépassant 700 mètres d’altitude à partir de la matinée, et qui concerneront les wilayas de Béjaïa, Bordj Bou Arréridj, Sétif, Constantine, Souk Ahras, Batna, Khenchela, Oum El Bouaghi et Tébessa, devront atteindre une épaisseur de 30 cm.
Le BMS prévoit également des pluies assez marquées, parfois sous forme d’averses orageuses, accompagnées de rafales de vent dans les régions est, centre et ouest du pays. Ces pluies qui continueront d’affecter les wilayas de Tlemcen, Aïn Témouchent, Oran, le nord de Mascara, Relizane, le nord de Sidi Bel Abbès, Mostaganem et Chlef avec des cumuls de 30 mm, devront «arroser» le Centre et l’Est et concerneront les wilayas de Tipasa, Alger, Aïn Defla, Blida, Boumerdès, Tizi Ouzou, Bouira, Béjaïa, Jijel, Skikda, Annaba et El Tarf avec des cumuls qui atteindront localement 40 mm. Ces précipitations météorologiques interviennent alors que les municipalités et les entreprises communales de nettoiement tardent à agir pour éviter des inondations. De tels épisodes ont été vécus par certaines villes et communes, et se laisser surprendre par des pluies diluviennes relèverait de l’inconscience, si ce n’est de l’incompétence.
Des avaloirs et des regards bouchés, c’est l’image qui s’offre à la vue à longueur d’années sans que cela gène aucunement les autorités communales. Ordures et objets de toutes sortes s’entassent dans l’embouchure de ces dégagements et il suffirait d’une heure de fortes pluies pour que des quartiers entiers immergent sous l’eau.
Les pouvoirs publics ne l’ignorent pas pour avoir été confrontés à de telles circonstances. Si les BMS sont utiles à une chose, c’est bien pour prendre des dispositions afin de parer à ce genre de situation et pour éviter le désastre. L’exemple de la wilaya de Béchar est édifiant. Après les inondations qu’à vécues cette région, c’est suite à un bulletin météorologique spécial que l’alerte a été donnée rapidement, et que la population habitant près des oueds a été évacuée, ce qui a permis d’éviter une catastrophe de la dimension de celle de Ghardaïa. Sinon, à quoi bon rendre publiques des alertes de la météo si elles ne sont pas prises en compte.
Les pouvoirs publics doivent impérativement en tenir compte, s’ils ne veulent pas faire face à des situations désastreuses.


Source La Tribune


Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires