Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 07:39

Mosquée El Ihssene : Prêche anti kabyle pour la prière de l’Aïd à Bouzaréah

Cela s’est passé à la mosquée El Ihssene Prêche anti kabyle pour la prière de l’Aïd à Bouzaréah

Les cercles intégristes ne sont pas prêts de déroger à leur règle consistant à cracher leur " haine et animosité " lors de prêches à tout bout de champs. Ainsi, les citoyens qui se sont rendus à la mosquée " El Ihssene " de Bouzaréah pour la prière de l’Aïd, ont eu la désagréable surprise d’écouter un prêche déformant l’histoire de l’apparition de l’acte de Sacrifice en religion ou la fête de l’immolation.
L’indélicat imam et non moins prêcheur de la mosquée, " El Ihssene ", n’a pas trouvé mieux que de faire endosser aux Kabyles de Tizi Ouzou et aux gens de l’est du pays ses affabulations déformantes. Selon ses dires, rapportés par des présents sur les lieux, " Sidna Ibrahim a voulu égorger Isaac et non Ismaïl, c’est ce que disent les Kabyles de Tizi Ouzou et une région de l’est du pays, NDLR ", a essayé le muezzin de la mosquée, de jeter l’anathème sur la Kabylie.
Cet acte de racisme délibéré contre la Kabylie, renseigne sur les visées peu nobles pour ce lieu de culte, où des novices sans foi ni loi sermonnent sans crainte.
La Kabylie, étant l’abcès de fixation de ces cercles islamistes, revient toujours dans leurs discours haineux, mais arriver à faire de son métier, par ailleurs fonctionnaire de l’Etat payé avec l’argent du contribuable, une tribune de haine et de ressentiment, interpelle les consciences.
Comment peut-on accepter qu’après plus de douze ans de résistance contre l’islamisme barbare, son aile idéologique et ses relais dans les institutions gérées par l’Etat puissent prendre, encore une fois, la relève d’un combat contre la République et les forces progressistes ?
Cette énième atteinte aux lois de la République appelle à une halte. Avons-nous le droit de baisser les bras devant cette remontée inquiétante du discours fondamentaliste ?
Le devoir de résistance accompli, héroïquement par les Algériennes et les Algériens durant les années sombres du terrorisme doit être couronné par un autre combat contre ce genre de dérives totalitaires des despotes islamistes. La levée de tout contrôle sur les prêches ouvre toutes les voies à ces " fous ", à telle enseigne que même les positions politiques de l’Etat sont passées au peigne fin. Le contrôle des prêches doit être la priorité du département de M. Ghlamallah.
L’argent déboursé par le Trésor public afin d’honorer les émoluments des imams doit passer par une surveillance et un contrôle. Le ministère des Affaires religieuses, le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales doivent, dans les plus brefs délais, mettre un terme à ces agissements qui ne manqueront pas de porter, pour la énième fois, atteinte, d’abord au caractère pacifique de la religion musulmane, et ensuite, ressusciter les vieux démons islamistes assoupis après une cinglante défaite contre les forces démocratiques et patriotiques.
Ces
prédications prônant l’inimitié et l’agressivité ne sont pas seulement l’affaire des institutions de l’Etat. Les citoyens qui tirent la sonnette d’alarme, à chaque dérive, font preuve de citoyenneté exemplaire.
Tout comme les Patriotes qui ont bravé l’épée assassine des violeurs de femmes, ces citoyens méritent tous les hommages.
En définitive, le combat contre le fondamentalisme religieux ne connaîtra son épilogue qu’en éradiquant cette maladie et ce à la racine.

Source la dépêche de Kabylie

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires