Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 06:12

Festivités et expositions à Tipaza

Yennayer fait l’événement

C’est au niveau du centre culturel de Tipaza, que le Haut Commissariat à l’amazighité (HCA), en partenariat avec la wilaya de Tipaza, a organisé les festivités célébrant le nouvel an berbère : Yennayer. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du représentant du président de l’APN, en l’occurrence l’ex-ministre du Tourisme, Kara Mohamed Seghir, le wali de Tipaza et le secrétaire général du HCA.
Poètes, enseignants, chercheurs, artisans, artistes, juristes, venus des wilayas de Tizi Ouzou, Béjaïa, Sétif, Alger, Batna, Khenchela, Bouira, Ghardaïa, Oran, Tipaza, Tlemcen se sont ainsi donné rendez-vous cette année chez les Chenouis pour participer à la célébration de Yennayer 2959 et animer ces deux journées des 11 et 12 janvier. La qualité des expositions, portant sur les patrimoines culturels et les arts culinaires des différentes régions, a fait rêver les visiteurs nostalgiques, tout en les plongeant dans un passé lointain de prospérité et de solidarité. Nombreuses ont été les personnes charmées par les richesses de chacune des régions du pays. « Yennayer, une identité, un symbole et une tradition », tel a été le thème de la journée d’étude organisée hier, alors que celle d’aujourd’hui sera consacrée au patrimoine matériel et immatériel de la région de Tipaza. Le SG du HCA n’a pas manqué de rappeler, dans son intervention, la persistance des difficultés qui entravent l’institutionnalisation de cette date événement pour l’Algérie.
Il a déclaré en ce sens : « Nous ne cessons de demander aux décideurs de rendre Yennayer, à l’instar du nouvel an hégirien et du nouvel an grégorien, une journée fériée, chômée et payée afin de favoriser la réconciliation entre l’Algérien et son patrimoine. Notre institution saisit la moindre occasion pour remettre le problème de l’amazighité dans son contexte national, du moment que les tabous sont brisés. Les familles algériennes fêtent Yennayer sans se rendre compte de son importance. Le HCA veut conscientiser les populations de l’Algérie profonde sur cet événement. Il faut également faire en sorte que tamazight soit une matière d’enseignement obligatoire et non pas une matière optionnelle. » Les participants à ces festivités ne veulent plus se contenter de célébrations folkloriques, mais espèrent que tamazight devienne une réalité à travers tout le pays. Par ailleurs, c’est au niveau de la villa Angelvy de Tipaza que les cordons bleus du Chenoua exposent leurs menus bios réalisés à base d’herbes et de plants cueillis du mont Chenoua. Un artiste peintre de Gouraya, le jeune Benbouta, présente, en ces journées de célébration de Yennayer, des œuvres magnifiques qui n’ont pas manqué de séduire les visiteurs. Autant de festivités au programme pour s’imprégner de la culture du terroir et veiller à perpétuer ce patrimoine et préserver ainsi l’identité algérienne.

Source El Watan
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires