Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 08:09

Algérie - Intempéries - Bejaia sous les eaux


 

Après les 100 mm de pluies qui se sont abattues ces 24 heures dernières, dans la plupart des communes, l’alerte est au rouge au niveau des services concernés comme la DTP, la protection civile et les services communaux.
La plus touchée est la commune de Béjaia, où des axes routiers sont fermés à la circulation, l’université et l’aéroport sont inondés par les eaux. Au niveau du campus Aboudaou, les cours sont suspendus car les déplacements. A l’aéroport, des vols ont été retardés, d’autres carrément annulés. Les RN26, 09 et 75, par endroits, sont devenues dangereuses à la circulation où les services de la DTP ont demandé aux automobilistes d’être prudents vu la persistance des intempéries où le débordement du lit de la Soummam plane comme une menace.
Dans les localités d’Akbou, comme à Ighrem et Ighil Ali, les rivières ont débordé charriant des troncs d’arbres et de la boue. La plupart des établissements scolaires ou de santé comme à Seddouk ont été fermés pour cause pour d’infiltrations d’eaux de pluies à pertir des toitures endommagées par les rafales de vent.
La situation est certes maitrisée dans les zones urbaines mais dans les régions montagneuses, la situation est délicate, notamment dans le rétablissement de l’électricité, à l’instar de Barbacha où la population est sans électricité depuis trois jours. La nuit de lundi à mardi fut des plus contraignantes pour les habitants de la commune de Bejaia et la grande majorité des villes de la wilaya où l’on a enregistré plus de 100 mm de pluies. Certes, la protection civile n’a pas cessé d’intervenir à travers les villages et les quartiers notamment la haute ville, comme ce fut le cas pour le plateau Ammimoun où cette cité de recasement a vécu de durs moments avec les inondations.
Cette situation a été aussi vécue par les différents quartiers de la commune de Bejaia qui furent inondés. Sur place, dès les premières heures du matin, les agents communaux et ceux de l’agence nationale d’assainissement travaillaient d’arrache pied pour assainir la situation en curant les avaloirs et les oueds. Ce fut le même situation vécus par les habitant de Sid Ali Labhar avec le débordement de l’oued Soummam. L’aéroport de Bejaia fut également inondé, ce qui a engendré un retard de plus de deux heures pour les voyageurs qui devaient prendre l’avion à destination de la France.

Source Horizons


Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires