Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:12

Les femmes dans l’antiquité et la femme africaine

La femme Grecque
Dans la Grèce Antique, les femmes sont inférieures aux hommes. Elles ne sont pas citoyennes. Le mari a «le droit de vie et de mort» sur l’épouse et les enfants. La domination masculine étouffait la voix des femmes comme on l’a rarement vérifié ailleurs. L’identité personnelle de la femme est niée. Elle est «fille de» ou «épouse de».
Aucune civilisation ancienne n’a accordé une place aussi visible, aussi tranquillement officielle, aux relations homosexuelles que celle de la Grèce antique. Le statut privilégié de l’homosexualité masculine est plus valorisant que la fréquentation des femmes dans la société grec. Les Grecs allaient jusqu’à mettre de jeunes garçons à la disposition des hommes de leur entourage.
Examinons les pensées de deux Grecs, Platon et Aristote :
Platon (429 - 347 av.J.-C.) Platon soutient que les hommes qui, dans leur première vie, «étaient lâches ou qui passaient leur vie dans l’injustice...furent changés en femmes à la seconde naissance», attestant ainsi de ce qu’être une femme est une punition du sort. Platon affirme que les femmes sont en toutes choses «moins bonnes» que les hommes. L’érotique homosexuelle masculine est valorisée dans la mesure où elle est le support de la transmission du savoir et de la pensée, de l’ancien au jeune (selon la pratique pédérastique de la cité grecque).
L’hétérosexualité quant à elle est associée au registre de la procréation. L’ homosexualité masculine est justifiée par une procréation intellectuelle et morale (accoucher les esprits). La procréation de l’esprit (homme avec homme) est supérieure à la procréation physique (femme avec homme). Chez Platon est suggéré une infériorité de la raison féminine par rapport à la raison masculine. Le père est ressource, la mère est pénurie. Les hommes qui cherchent la sagesse préfèrent la procréation par l’esprit, et se tournent vers les hommes ; ceux qui cherchent la procréation par le corps se tournent vers les femmes.
Aristote (384 - 322 av.J.-C.) Aristote situe la femme aux limites de la cité et de la sauvagerie, de l’humain et de la brute. La capacité délibérative de la femme est nulle. Elle ne partage pas la position constitutive du citoyen. Il n’y a même pas de mot pour désigner la citoyenne ou l’Athénienne dans la cité. Aristote rapproche le destin de la femme à celui de l’esclave. Les femmes sont une menace pour la vie harmonieuse de la cité. Le «désordre» des femmes est pire que celui que sèment «les ennemis eux-mêmes». Pour Aristote, la femme est un être «plutôt inférieur» alors que l’esclave «un être tout à fait médiocre». La femme et l’esclave sont «des êtres faits naturellement pour obéir». Les différences physiques ou «psychologiques» entre hommes et femmes ne sont pas seulement pensées en termes de supériorité-infériorité, mais définissent la «femelle» en termes de défectuosité, de manque, voire de monstruosité. Si le sperme du mâle dépérit, il engendre une femelle, qui ressemble à sa mère.
Si le sperme de mâle est fort, comme c’est la règle, il génère un mâle. Présentée comme une défectuosité, cette dissemblance qu’est la naissance d’une fille constitue pour Aristote le premier écart de l’humanité parfaite, la première manifestation de monstruosité. La femme est donc pour Aristote la première manifestation de la monstruosité. Le monstre est l’enfant qui ne ressemble pas à son père. Si il n’y avait que des géniteurs mâles, l’ humanité serait parfaite.
La procréation de l’esprit chez les grecs
(Cf. pour Platon : La République ; Le Timée ; Le Banquet) (Cf. pour Aristote : Politique ; De la génération des animaux) (Cf. F. Collin, E. Pisier, E. Varikas : Les Femmes de Platon à Dérrida)
La femme romaine
La femme romaine est une mineure perpétuelle. L’homme a droit de vie et de mort (uitae necisque potestas) sur sa femme (par exemple, le fait que sa femme boive du vin pouvait suffire !). La femme romaine reste sous la tutelle de son père jusqu’au mariage. Dans tous les cas, l’épouse a besoin du consentement de son tuteur.
Dans le droit romain, la condition des femmes est pire que celle des hommes, elles sont inférieures aux hommes. D’après D. Gourevitch (directrice d’études à l’École pratique des hautes études) et M-T Raepsaet-Charlier (professeur à l’Université libre de Bruxelles) : «Trois incapacités principales frappent la femme : la puissance paternelle (patria potestas) du père de famille (pater familias), la tutelle (tutela) qui en est le substitut pour les pupilles et pour les femmes après le décès de leur père, et la manus ( littéralement «la main», mais on emploie traditionnellement le terme latin pour désigner cette autorité maritale) du mari dans le cadre du mariage sous sa forme ancienne.» La femme n’a jamais eu sur ses enfants cette «puissance paternelle».
«Les femmes sont donc des mineurs perpétuelles» Le femme n’a aucun droit politique. Elle «ne peut exercer aucun des droits essentiels du citoyen romain». Elle est écartée de toutes les fonctions civiques ou publiques.
«L’obligation de fidélité conjugale n’existe à Rome qu’à charge de la femme.» Et pour la sociologie du mariage : «la charge la plus importante des femmes est de recevoir (le sperme) et de protéger le produit de la conception» Selon Pierre Brulé (Professeur d’histoire grecque à l’Université Rennes-II) : «Les Romains ne donne même pas de nom à la femme, qui n’est normalement désigné que par le nom de la famille de son père mis au féminin.» Selon Paul Veyne (Professeur au Collège de France) : «l’homosexualité active (masculine) est partout présente dans les textes romains».
Cicéron a chanté les baisers qu’il cueillait sur les lèvres de son secrétaire-esclave...Virgile avait le goût exclusif des garçons...Horace répète qu’il adore les «deux sexes» Plutarque écrivait : «La femme mariée idéale est muette et ne s’exprime pas en l’absence de son mari» Une autre phrase de l’époque qui veut tout dire : «Si nous pouvions vivre sans femmes, nous nous passerions volontiers de ce fardeau».
Source La Nouvelle République
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

révoltée 18/02/2010 20:52


C'est l'homme qui est un triste fardeau ...........il faut s'en débarasser le plus vite possible !
et ne pas subir ses caprices ! et sautes humeurs ! c'est un prédateur qui " saute " sur tout ce qui se présente ! celles qui n'ont pas cette volonté !.........subissent un triste sort ........
pour éviter tout ça .....Courage ........fuyons.........


Le Pèlerin 21/02/2010 19:57



Bonsoir Révoltée,
Entre temps j'ai écrit un blog en pensant à ce que vous me disiez...Je fera mon maximum pour l'émancipation de la femme...Mais ...t je parle en termes de généralités...La première ennemie de la
femme, c'est la femme elle même qui considère peu ou prou que la soumission de la femme est la volonté de Dieu
Or il n'en est rien...Mais les traditions les mentalités sont plus dures à changer que tout autre chose
Je ne crois pas que le succès de votre cause soit la fuite
La femme est l'avenir de l'homme dir Jean Ferrat dans sa chanson...Je le crois vraiment
Peut être qu'en Algérie cla mettra peu de temps mais cela se fera....N'hésitez pas à saisir toutes les opportunités qui se présentent....La première c'est l'éducation....Si ce n'est pas pour
vous...Malgré tous les défauts que l'on peut lui prêter l'éducation éveille les consciences ne loupez pas au moins cette marche
Ensuite vous avez les réunions entre femmes peut être un peu plus loin le réunions associatives...Le bain maure...Il ne faut rien négliger
Le pire est la soumission totale
Rien n'est pire d'être passée dans la vie sans faire autre chose que servir son mari
Vous êtes un être humain vous avez le droit de conduire votre vie...Ne soyez pas passéiste...Essayez de forger votre avenir
Bonne chance

Le Pèlerin



marie 23/08/2009 11:07

BonjourN'ayant pas trouvé ce texte sur votre blog.Je l'ai découvert sur google.........je ne pensais pas que ce dernier diffusait ce genre de poèsie.Veuillez m'excuser de vous avoir dérangé . MarieLe 15 août était le jour de l'assomption et fête de la Vierge. Nous avons eu une pensée pour notreéglise d'H-Dey qui s'appellait " NOTRE DAME de la NATIVITE "

Le Pèlerin 24/08/2009 05:23



Oui j’aurais pu écrire un texte sur la Nativité et notre chère église d’Hussein-Dey
Mais n’oublions pas qu’un blog est un échange d’idées, voir de textes
Croyez bien que la production de ces textes, me prend beaucoup de temps mais  c’est avec un plaisir immense que j’aime dialoguer avec mes Correspondants Proposez moi un texte, je le publi
serrez toujours la bienvenue erai en temps opportun  au pire le 15 aout 2010……..Non nous trouverons un moyen de le diffuser bientôt. Je crois avoir mis un visage sur votre personne….Vous
êtes la bienvenue sur ce  et vous pourrez intervenir autant de fois que vous le désirerez
Les amis je ne les oublie jamais
Cordialement;
Henri



marie 22/08/2009 13:36

Merci pour le renseignement, je vais "tenter "de le retrouver, c'est pour le transférer a un ami .Je pensais que vous l'aviez supprimé.CordialementMarie

Le Pèlerin 22/08/2009 23:38


Bonsoir Marie,
Tout le plaisir était pour moi,
Cordialement,
Le Pèlerin


marie 21/08/2009 22:16

Pourriez vous m'indiquer ou se trouve sur votre blog ce document intitulé" j'ai appris la vie " marie

Le Pèlerin 22/08/2009 10:56


Bonsoir Marie,
le titre exact est:
Société - Les leçons de la vie....J'ai appris...
l'article est paru le 31 juillet 2009
Cordialement,
Le Pèlerin



sabine bachelet femdusoleil 24/02/2009 10:59

Les femmes...les femmes...que deviendrait le monde sans elles..d abord..pas de procréation...pasq de descendances...mais surtout  avis uniforme...sans reliefs...les contraires doivent exister afin que puisses naitre..la discussion..les points de vue..ET d autre part si l on examine l HISTOIRE  avec un grand H...en fait ce sont elles qui toujours ont dirigé le monde..femmes d exception...Cléopatre...etc mais d autres ..plus subtiles..le truc ? c est d amener une conversation...un point de vue...et donner l illusion.."" aux  messieurs """ que ce sont elles qui ont eux qui ont eu l idée première...D autres part il y a eu aussi beaucoup de peuples où le matriarcat est roi..Lors de la bataille des Thermopiles...et leur sacrifice suprême...les femmes les ont habilement aidés..Et puis ? être jugées par des homosexuels ? tous ces personnages tournaient très facilement leur veste..et le dos..alors  qu ils aient le courage de reconnaitre qu ils ne peuvent rivaliser..Tout cela c est de l Envie...purement et simplement..Avis...Sabine Bachelet  Femdusoleil

Le Pèlerin 02/03/2009 23:17


Bonsoir Sabine, Oh que oui les femmes ont souvent eu leur mot à dire....Mais il s'agissait tout de même de femmes d'exception.....Non pas que leur intelligence eut été prise en défaut mais par le
poids des traditions encore tenace dans tous les pays du monde Oh certes tun m'en citeras des examples.....Mais globalement la statistique mettra en évidence une main mise de l'homme sur la femme
et parfois même, une grande detresse et même une soumission.....Pire parfois tu assistes à une amplification du phénomène ...............chez la femme qui, tellement plongée dans les traditions et
l'obscurantisme, considèrent qu'elles ne doivent pas se rebeller car cela offenserait Dieu lui même Et oui en Afrique on a ce genre de soumission dûment acceptée par la femme Je te souhaite une
bonne nuit Je suis désolé pour cette réponse tardive mais j'ai eu des problèmes d'ordi....J"avais des articles d'avance mais les commentaires.....!!!!....Je travaille actuellement avec des moyens
de fortune à la montagne Je redescend à la ville demain soir Grosses bises Le Pèlerin