Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 09:06

Crise - Le face à face continue entre le pouvoir de Kadhafi et les manifestants anti-gouvernementaux...

contestation dans le monde arabe

 

19h28: Bedji Caid Sebsi nommé Premier ministre en Tunisie

Bedji Caid Sebsi a été nommé Premier ministre en Tunisie, en remplacement de Mohamed Ghannouchi.

18h28: Kadhafi annonce qu'il reste

«Je reste», déclare Kadhafi à la télévision serbe. Il a également condamné le Conseil de sécurité des Nations unies pour avoir décrété à l'unanimité des sanctions à son encontre, assurant que Tripoli, la capitale libyenne, était sûre.

17h45: Amr Moussa, président de la Ligue arabe se verrait bien candidat à la présidentielle égyptienne

La succession de Moubarak suscite des vocations. Le président de la Ligue araba Amr Moussa a annoncé sa candidature à la future élection présidentielle.

17h03 Hillary Clinton tend la main aux insurgés libyens

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton annonce que les Etats-Unis tendent la main aux groupes d'opposants libyens en Cyrénaïque.

16h39: un conseil national anti-Kadhafi

Des opposants à Mouammar Kadhafi ont annoncé dimanche à Benghazi, dans l'est de la Libye, la formation d'un Conseil national libyen qui, ont-ils souligné, n'est pas un gouvernement provisoire mais constitue la face politique du mouvement révolutionnaire.

16h20: Pour un fils Kadhafi, la Libye n'est pas plongée dans le chaos

L'un des fils du n°1 libyen, Saïf al Islam Kadhafi, a nié dans un entretien à ABC que son pays soit en proie au chaos et affirmé que l'armée n'avait pas usé de la force pour réprimer le soulèvement populaire. «Il existe un énorme, énorme fossé entre la réalité et les informations données par les médias», affirme-t-il sur cette chaîne de télévision américaine.

16h09: Démission de Mohamed Ghannouchi

Sa décision fait suite à une vague de manifestations de rue d'opposants, qui lui reprochent d'être trop proche de l'ancien régime du président Zine en Ali renversé le 14 janvier. Les manifestants l'accusent aussi de ne pas mettre en oeuvre des réformes.

16h01: le Premier ministre tunisien Mohamed Ghannouchi annonce sa démission à la télévision tunisienne

15h25: Le référendum voulu par l'armée égyptienne aura lieu en mars

Sobhi Saleh, membre du comité de juristes qui a dévoilé samedi des projets d'amendements de la Loi fondamentale, a déclaré à l'agence Reuters que cette consultation serait officiellement annoncée dans la semaine qui vient. Le référendum à proprement parler se tiendrait d'ici la fin mars. Ensuite, des élections législatives concernant les deux chambres du Parlement seront organisées. Les amendements présentés samedi par un comité de juristes prévoient de limiter à un maximum de deux mandats de quatre ans la durée d'exercice du pouvoir par les prochains chefs d'Etat  égyptiens.

15h: Une manifestation contre le confessionnalisme au Liban

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche à Beyrouth contre le système confessionnel au Liban, à l'appel de groupes de jeunes sur Facebook. «La révolution est partout... Liban, c'est à ton tour!», ont scandé les manifestants, en majorité des jeunes «Tyrans du Liban, votre tour viendra pour sûr», proclamaient leurs pancartes.

14h20: Le départ de Kadhafi est «inévitable» selon Franco Frattini

Le ministre italien des Affaires étrangères a indiqué que la situation «a atteint un point de non-retour. Nous n'avions jamais vu une situation où le chef d'un régime donne l'ordre de tuer ses propres soeurs et frères en allant jusqu'à payer des mercenaires».

14h07: Deux morts à Oman

La police du sultanat a tiré des balles en caoutchouc sur des manifestants lors d'un rassemblement d'opposants dans la ville de Sohar, faisant deux morts selon des témoins. Par la suite, un journaliste de Reuters a fait état d'un commissariat de police et d'un édifice public en flammes dans cette agglomération côtière située à 250 km au nord-ouest de la capitale, Mascate. L'armée a été déployée dans ville cité industrielle pour rétablir la sécurité dans le secteur, selon ces témoins. Il s'agit de la deuxième journée de manifestations à Sohar.

13h40: 1.800 évacués à Malte

Un ferry italien est arrivé dans le port de La Valette avec près de 1.800 employés de la compagnie brésilienne Odebrecht (travaillant dans le pétrole et le bâtiment), originaires notamment de pays d'Asie.

13h07: La contestation se poursuit dans les autres pays arabes

A Tunis, de nouveaux heurts opposent jeunes et policiers dans le centre-ville, au lendemain d'affrontements ayant fait trois morts. A Oman, une manifestation de chômeurs a eu lieu dans la ville de Sohar.

13h: Zaouiyah sous contrôle des rebelles

La ville située à 50 km à l'ouest de Tripoli est sous contrôle des rebelles qui ont hissé leur drapeau sur un bâtiment du centre-ville, a constaté une journaliste de Reuters. Zaouiyah est un lieu stratégique pour le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi car il s'agit de la dernière grande ville avant Tripoli, sur la route menant de la frontière tunisienne à la capitale.

12h40: Environ 4.600 étrangers évacués de Libye arrivent en Grèce

Ils sont majoritairement Chinois, et sont arrivés grâce à des ferries grecs. Quatre ont accosté au Pirée, près d'Athènes, et deux autres à Héraklion, en Crète. Plus de 12.000 personnes ont été évacuées via la Grèce depuis le début des violences.

12h12: Les étrangers vivant en Libye continuent de rentrer

Un navire militaire italien, le San Giorgio, a débarqué ce matin 258 étrangers, des Italiens et d'autres ressortissants européens, à Catane, en Sicile. «Pour nous, c'est une sorte de miracle que d'être parvenus à rentrer», a déclaré Francesco Baldassare, un Italien d'une trentaine d'années. A Malte, un navire est attendu avec environ 1.800 travailleurs, essentiellement coréens et philippins.

12h05: Angela Merkel appelle au départ du «despote» libyen

«Il est grand temps qu'il parte», a dit à son tour la chancelière allemande.

11h45: Le régime de Kadhafi offre 500 dinars par famille

«Pendant la nuit, les autorités ont envoyé des SMS aux habitants de Tripoli pour les inviter à aller à la banque et recevoir 500 dinars (environ 406 dollars)», raconte par téléphone un résident de la ville à l'AFP. «Ils disent d'apporter un livre de famille. Ils tentent d'acheter les gens.»

11h22: Kadhafi doit partir, dit la Grande-Bretagne

«Bien sûr il est temps que le colonel Kadhafi s'en aille», a dit le ministre des Affaires étrangères William Hague à la BBC. «La nuit dernière, j'ai signé une directive révoquant son immunité diplomatique au Royaume-Uni, mais également l'immunité diplomatique de ses fils, de sa famille, de son foyer, donc notre position sur son statut de chef d'Etat est très claire», a-t-il ajouté.

11h10: Près de 100.000 personnes ont fui la Libye cette semaine, selon le HCR

La majorité sont des travailleurs immigrants, précise le Haut commissariat pour les réfugiés.

Rien que samedi, plus de 10.000 personnes, en majorité des Egyptiens,, ont fui vers la Tunisie par le principal point de passage frontalier de Ras Jedir, a indiqué le Croissant Rouge local. Les douaniers libyens ont d'ailleurs déserté ce poste frontière, mais militaires et policiers fidèles à Kadhafi sont toujours présents.

11h: Catherine Ashton reste prudente

La chef de la diplomatie européenne a prévenu que la répression aura «des conséquences» pour les dirigeants libyens, sans toutefois appeler clairement au départ de Kadhafi, contrairement aux Etats-Unis ou à la France. Explication de cette prudence: certains des 27 pays de l'UE militent encore pour la retenue, par crainte de répercussions sur les citoyens européens encore présents en Libye ou, dans le cas de l'Italie ou de Malte, d'un afflux de réfugiés d'Afrique.

10h30: «Crise humanitaire» en Tunisie

Plus de 10.000 personnes, en majorité des Egyptiens, ont fui samedi la Libye vers la Tunisie par le principal point de passage frontalier de Ras Jedir. Le Croissant-Rouge local parle d'une «crise humanitaire» et appelle à l'aide.

10h: Violents affrontements à Zaouiah, 50 morts

Des violents affrontements entre des soldats fidèles au chef d'Etat libyen et des rebelles ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche à Zaouiah, située à 50 km à l'ouest de Tripoli. Au moins 50 civils ont péri lors des violences et beaucoup ont été blessés, a indiqué un témoin. «L'artillerie lourde était montée sur un véhicule et ils (les forces fidèles à Kadhafi) ont réuni de manière indistincte des habitants sur la place. Des jeunes, des enfants, des personnes âgées et des femmes sont morts», a déclaré le témoin à Reuters.

«Ils ont enlevé au moins 30 jeunes hommes âgés entre 17 et 35 ans vers un endroit inconnu», a-t-il ajouté. Des témoins ont indiqué à Reuters que Zaouiah était contrôlé par des opposants au régime de Kadhafi mais que les alentours étaient aux mains des soldats progouvernementaux. L'information n'a pas pu être confirmée.

9h: Les sanctions de l'Onu, un «soutien moral» aux anti-Kadhafi

La décision du Conseil va apporter un «soutien moral à notre peuple qui résiste», a estimé l'ambassadeur adjoint de l'Onu en Libye Ibrahim Dabbashi. «Cela nous aidera à mettre fin à ce régime fasciste qui est toujours debout à Tripoli», a-t-il ajouté.

7h: Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte des sanctions sévères contre le clan Kadhafi

Les quinze membres du Conseil ont considéré que «les attaques systématiques» contre la population civile en Libye «peuvent être assimilées à des crimes contre l'humanité» et décidé de demander la saisie de la Cour pénale internationale (CPI).

Parmi les sanctions, adoptées à l'unanimité, l'ONU a ordonné un gel des avoirs  à l'étranger du dirigeant libyen, de sa famille et de ses proches, et une interdiction de voyager, et décidé d'un embargo sur les ventes d'armes à la Libye.

Au treizième jour d'une révolte sans précédent, le colonel Kadhafi continue de résister à l'insurrection. A Tripoli, des miliciens pro-Kadhafi patrouillent dans la rue, et les Libyens sont terrés chez eux, alors qu'à Misrata, la 3e ville du pays, des mercenaires auraient été héliportés.

Le pouvoir estime  que la situation était «excellente» dans les trois-quarts du pays, alors que l'opposition prépare un gouvernement de transition dans l'est du pays, qu'elle contrôle.

Source 20minutes.fr

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires