Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 08:19

Vœux pour 2012 - Algérie, terre promise

algerie-alger-panorama2.jpg

«Vivre sans espoir, c'est cesser de vivre» (Dostoïevski)

2012 a presque déroulé un mois et l'Algérie, comme le reste du monde, évalue son bilan et s'interroge sur son avenir.
Les débats sont chauds, passionnés (et passionnants) avec une constante dans tous les raisonnements : Bouteflika et ses 12 années de pouvoir.
Tous les raisonnements et les analyses se font et se défont autour de Abdelaziz Bouteflika. Somme toute, chose naturelle tant il est le 1er responsable de l'Algérie avec, Constitution nationale oblige, son programme politique et économique que les partis politiques lui ayant fait allégeance se sont engagés à respecter et à réaliser.
Du coup, ceux et celles qui adhérent au programme présidentiel lui trouvent toutes les vertus, y travaillent et le glorifient, alors que ceux et celles qui n'y adhérent pas ne lui reconnaissent rien d'exceptionnel, le critiquent et le dénoncent au détour de chaque échec, scandale économique ou émeute de rue, de village ou plus.
2012 et 12 ans de «bouteflikisme», 2012 et 12 ans de hauts et de bas, de moments de bonheur et de tristesse, d'espoirs et d'angoisse.
A la fin, l'Algérie est partagée, divisée entre ceux et celles dont les larmes ont coulé sous l'émotion de la joie et les autres dont les larmes traduisent encore l'amertume, la douleur et le désespoir.
Les «heureux» de l'ère Bouteflika vous rappellent d'où l'on vient, c'est-à-dire la terrible tragédie algérienne des années 90, l'isolement dans lequel était confiné l'Algérien, son immense solitude et s'émerveillent devant 1.300 km d'autoroute, du million de logements construits par l'Etat, de la dizaine de barrages d'eaux, du crédit auto, de la fin des pénuries alimentaires et, surtout, de la liberté de circuler sans crainte de «faux barrages» ou de massacres collectifs. C'est l'argumentaire des partisans et défenseurs du «bouteflikisme».
Les autres, eux, lèvent dans leurs plaidoyers des arguments aussi vrais que ceux des premiers : les émeutes continuelles çà et là, celles de janvier dernier, le chômage endémique chez les jeunes, la corruption partout, l'injustice, le nombre de mendiants dans les rues, les harraga, les immolés par le feu, l'anarchie sociale et économique et le monde qui tourne sans eux.
Qui a raison, qui a tort ? Tous les deux.
Cela dépend où l'on se situe sur l'échelle sociale de l'Algérie de fin 2011. Difficile de départager les «pour» et les «contre».
Et puis, il y a la «cagnotte» Algérie évaluée à près de 188 milliards de dollars et plus pour 2012 et devenue un sujet national. L'Algérie est donc riche avec un peuple pauvre selon les pessimistes. Non, rétorquent les autres, l'Algérie est pauvre avec un peuple riche et gâté par l'Etat. Le débat achoppe sur ces milliards de réserves de change.
Est-ce beaucoup pour un pays qui a besoin de tout ?
Est-ce rien pour un pays qui a besoin… de tout ?
D'où provient cette richesse, à quoi sert-elle et qui en profite ?
Peut-être faut-il que les experts nous disent clairement et simplement qui produit cette richesse dans un pays au chômage endémique et au pouvoir d'achat insignifiant. Parce qu'il faudra bien expliquer le pourquoi des immolés, des harraga, des émeutiers, des manifs des syndicats, etc.
Comme il faudra expliquer les coups de gueule des «gagnants» du système eux-mêmes, les importateurs de nourriture et de friperie, les «entrepreneurs» de tout et en tout, les trabendistes, les propriétaires de trottoirs, de rues et d'espaces privés, etc.
A la fin, riches et pauvres se plaignent l'un de l'autre et du «système».
Les riches ne se sentent pas heureux dans leurs richesses et les pauvres les regardent avec suspicion, méfiance et doute.
A bout de souffle et d'arguments, les Algériens se regardent sans se comprendre, puis regardent ailleurs, à côté et vers le monde dit libre.
Ah ! La «Liberté», voilà ce qui nous est commun se disent tous les Algériens.
C'est peut-être cela le secret du bonheur et de la réussite sociale. Là encore, le débat est plus tranché, dur et «indéchiffrable»: peut-on être libre en s'adossant à des modes de vie collective chargés d'intolérance et de peur de soi ? Peut-on être libre quand on regarde la femme comme une «tentation du diable» ? Peut-on être libre lorsqu'on applaudit quand la justice condamne une femme parce qu'elle avait sur elle la Bible, testament reconnu par l'islam, ou que l'on emprisonne des Algériens parce qu'ils n'observent pas le ramadhan ? Comment aspirer à la liberté en ne regardant que soi-même, ses convictions et en rejetant les autres et le reste ?
L'Algérie ne pourra croire en l'espérance d'une vie meilleure que lorsqu'elle aura admis que la «Liberté» n'est pas une notion théorique et qu'elle est possible et légitime pour tous. Bonne année 2012, qu'elle soit porteuse d'espoir et de liberté pour tous les Algériens.

Source Le Quotidien d'Oran M'hammedi Bouzina Med

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

PAPY MARTIAL 28/01/2012 22:01


L'Algérie un magnifique pays aux ressources inexploitées, le plus beau du maghreb. Quel gachis....Je l'ai connu sous des jours bien plus prospères...Des champs de blé à pertes de vue....A+

Le Pèlerin 29/01/2012 09:38



Bonjour Papy Martial


Je ne vais pas essayer de vous convaincre


Oui il y a des terres inexploitées


Oui il y a bien des choses à faire


Je ne pense pas que ce soit suffisant pour que la haine se developpe entre nos deux
pays


Car les gens sont charmants et ont le sens de l’accueil….Et ce sont des notions qui se
predent en France


Certains savent cultiver la haine de l’étranger le bouc émissaire de tous nos maux


La culture française se perd, la technologie française trouve de moins en moins d’adeptes,
notre balance des paiement présente des déficits jamais atteints


Voilà les résultats de nos comportements et de nos options


Nous aurions pu faire tant de choses ensemble…car moi aussi j’y étais à l’époque


Cordialement,


Le Pèlerin