Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 07:13

Faut-Il acheter en Hard Discount ?
leader_price_hard_discount.jpg 

Forcément des produits de consommation courante 30 à 50 % moins cher en hard
discount ça fait envie. Mais que valent vraiment les produits de chez Lidl,
Leader Price, Ed ou encore Aldi ? Nous avons testé pour vous.

1. Jambon blanc : de l'eau au prix de la viande !
Produits testés :
Jambon 4 tranches 180 g : Fleury Michon : 3,70 € (Houra.fr) ; Leader Price :
1,85 €

Verdict : bof !
La viande vient toujours du porc mais le prix dépend du morceau choisi. Le
jambon est en principe extrait de la cuisse arrière, plus riche en viande et
moins grasse. Mais dans ceux de qualité standard, on retrouve très souvent de
l’épaule, qui a été hachée, reconstituée et cuite, parfois avec os pour alourdir
la note.
Ils sont généralement préparés dans une saumure additionnée d’agents
conservateurs, exhausteurs de goûts, stabilisateurs et d’une plus grande
quantité de sel. Utiles pour la conservation, ils ont cependant une autre
propriété : celle d’augmenter la rétention d’eau du produit. On vend ainsi au
consommateur de l’eau au prix du jambon !

Prix retenus le 29 janvier 2009 à Paris dans les magasins Atac, Leader Price et
sur www.houra.fr (Carrefour en ligne)
2. Café et chocolat : une bonne affaire
Produits testés :
- Café paquet 250 g : Carte Noire 3,28 € (Houra.fr) ; Leader Price 1,13 €
- Chocolat au lait 100 g : Lindt 1,39 € (Atac) ; Leader Price 0,94 €

Verdict : Oui si le produit est bien choisi.
De marque ou discount, un produit 100 % café ne contient que… du café !
L’explication des différences de prix est plutôt à chercher du côté de la
variété, de sa provenance, de sa qualité et du type d’emballage utilisé.
Côté chocolat, vérifiez la composition du chocolat. En Europe, la législation
permet aux fabricants de remplacer jusqu’à 5 % de beurre de cacao par des
graisses végétales moins chères (huile de palme, mauvaise pour le coeur). Tenez
également compte du pourcentage des ingrédients : pâte et beurre de cacao
doivent être en bonne place avec au moins 30 % de cacao pour du chocolat au
lait, et 50 % pour du noir.
3. Poulet et bœuf : une viande qui n'en a que le nom...
Produits testés
:
-
Poulet 1,6 kg : fermier Label Rouge 12,34 € (Atac) ; standard Leader Price
4,79 €, Label Rouge Leader Price 7 €
- Steak de
bœuf 150 g : Charal 2,90 € (Atac) ; Leader Price 1,49 €

Verdict : Pas top.
Selon l’organisme "Protection nationale pour les animaux de ferme", les poulets
standards sont élevés intensivement dans des hangars sans fenêtre. Ils sont
abattus à environ 40 jours (deux fois plus tôt que les poulets Label Rouge ou
bio), sont plus gras, avec une chair moins ferme et des os cassants.
Côté bœuf, la viande n’en a que le nom : La plus grosse partie des produits
commercialisés provient de vieilles vaches laitières de réforme, de génisses et
de taurillons. Leur alimentation très riche leur donne une chair peu tendre.
Une surprise : On trouve chez certains discounters des poulets label rouge 30 %
moins chers
4. Plats préparés en conserve : à éviter
Produits testés :

Conserve Cassoulet 840 g : William Saurin 2,03 € (Atac) ; Leader Price 0,87 €
Verdict : Pas terrible.
"Manger trop de produits industriels n’est pas bon pour la santé, car les
fabricants rognent sur les matières premières pour faire baisser les prix",
explique le nutritionniste Jean-Michel Cohen dans son ouvrage Savoir manger, le
guide des aliments.
En clair, moins le prix est élevé, plus la qualité baisse. Les moins beaux
légumes sont ajoutés, il y a moins de viande, plus de pâtes, de riz ou de pommes
de terre aux coûts minimes et plus d’additifs et d’arômes artificiels pour
donner du goût. On ajoute même des protéines végétales (soja, blé…) pour simuler
une meilleure consistance.
5. Pâtes et riz : la bonne affaire ?
Produits testés :
- Spaghettis paquet 500 g : Panzani 1,39 € (Houra.fr) ; Leader Price 0,67 €
- Riz paquet 1 kg : Taureau ailé 2,78 € (Houra.fr) ; Leader Price 1,49 €

Verdict : Oui, mais...
Les pâtes alimentaires sont en général très correctes. Le prix est bas car les
discounters ont une marge très serrée, rognent sur le type d’emballage, la
présentation et la publicité. Côté riz, la différence est plutôt à chercher sur
la variété et la provenance.

Attention à certaines nouilles vendues dans les magasins d’origine allemande
comme Lidl ou Aldi. En France, les pâtes sont fabriquées avec du blé dur pour
une bonne tenue à la cuisson. Mais nos voisins allemands mélangent blé dur et
blé tendre (trois fois moins cher) pour un goût farineux et collant.
6. Confitures : peu de fruits, trop de sucre !
Produits testés :
Confiture de fraises pot 370 g : Bonne Maman 1,86 € (Houra.fr) ; Leader Price
1,23 €

Verdict : Evitez-les !
Dans une confiture de bonne qualité, on trouve dans la composition plus de
fruits que de sucre. Les proportions sont inversées pour le même produit version
discount, avec un détail important : le sucre a été remplacé par du sirop de
glucose-fructose, beaucoup moins cher. Mais sa consommation quotidienne favorise
le diabète et la constitution de stocks de graisses, notamment de triglycérides.
Il participe aussi à l’épidémie d’obésité et entraîne la survenue de maladies
cardio-vasculaires.

A savoir : On retrouve ce sirop dans de nombreux biscuits industriels, sodas et
boissons sucrées discount… mais aussi de marque ! Surveillez les étiquettes.

7. Lait, œufs, yaourts : attention aux arnaques !
Produits testés :
- Lait 1 litre demi-écrémé : Lactel 1,10 € (Atac) ; Leader Price 0,68 €
-12 œufs : Lustucru 3,59 € (Houra.fr) ; Leader Price 1,49 €
- Yaourts natures 16 pots 125 g : Danone 3,10 € (Houra.fr) ; Leader Price 1,95 €

Verdict : Pourquoi pas ?
Marque ou pas, le lait reste du lait et provient d’élevages intensifs.
Idem pour les œufs de poules élevées dans de piètres conditions, et dans
lesquelles on trouve des traces d’antibiotiques (administrés aux pondeuses pour
éviter les épidémies mais interdits pour les Label Rouge et bio).
Les yaourts sucrés discount sont moins intéressants car ils contiennent du sirop
de glucose-fructose.
Attention à cette arnaque fréquente : Une des techniques pour adoucir les prix
est de baisser le grammage. Ainsi, une crème dessert vendu par pack de 12 pèse
115 g, contre 125 g si elle est vendue par 4. Regardez le prix au kilo.
8. Lessives et produits d'entretien : moins efficaces
Produits testés :
- Lessive liquide 3 litres : Le Chat 8,20 € (Houra.fr) ; Leader Price 4,25 €
- Liquide vaisselle 750 ml : Palmolive 2,15 € (Houra.fr) : Leader Price 1,14 €

Verdict : Pas très concluant
Les lessives des magasins discount (Lidl, Leader Price…) affichent des prix très
attrayants : environ 4 € pour un bidon de 3 litres, contre près du double pour
celui d’une marque. Mais, selon une enquête de l’association 60 millions de
consommateurs fin 2006, les lessives discount sont pour la plupart moins
efficaces que celles des grandes marques. Ariel, Le Chat et Skip remportant la
palme de la performance.
Les liquides vaisselle, quant à eux, contiennent moins de matières détergentes.
Il faut donc en utiliser plus pour obtenir le même résultat de lavage.

9. Hard discount ou premiers prix : que choisir ?
Selon l’association Familles rurales, les "Premiers prix" (1+ chez Carrefour,
par exemple), lancés par les grandes surfaces il y a une dizaine d’années, sont
de moins bonne qualité nutritionnelle et gustative que les "MDD" (marques de
distributeur : Repère pour E.Leclerc) et les produits hard discount.

Un conseil : Préférez les marques de distributeurs et les produits hard
discount. Pour une MDD, les fabricants reproduisent la formule, presque à
l’identique, d’un produit de marque, en économisant les dépenses de recherche et
de marketing.

Les hard-discounters rognent sur la qualité mais moins que les Premiers prix,
avec en plus de belles surprises au détour d’un rayon : de nombreux produits bio
Source Seniorplanet
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires