Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 10:40

Prise en charge des problèmes des citoyens
Le discours et la réalité

Les problèmes des citoyens n’ont jamais été au centre des «préoccupations» des candidats que durant une période électorale : logement, hogra, bureaucratie, chômage… Mais quelle chance ont-ils eu ou auront-ils d’être pris en charge comme il se doit ? Et pourtant, dans les discours…
«Nous sommes 35 millions d’Algériens et il en y a autant, sinon le double ou le triple de problèmes», pour paraphraser un avocat exerçant au niveau du barreau d’Alger. Au-delà des difficultés quotidiennes auxquelles fait face quotidiennement le commun des citoyens et qui, globalement, sont surmontables, il y a des problèmes qui empoisonnent la vie tant ils semblent sinon insolubles, du moins difficiles à résoudre.
Si les uns finissent par baisser les bras après avoir frappé à toutes les portes sans grand succès, les autres ne perdent pas espoir et vont jusqu’à saisir les plus hautes autorités de l’Etat par le biais de la presse nationale à travers des lettres ouvertes adressées particulièrement au premier magistrat du pays.
Les rédactions de journaux reçoivent, chaque jour que Dieu fait, d’ailleurs, des dizaines de lettres de citoyens qui se plaignent d’être victimes d’injustices et d’abus d’autorité notamment. Pour sa part, la présidence de la République est submergée de courrier dénonçant des pratiques illégales, des comportements abusifs et des dénis de droit, entre autres. Pour avoir la certitude que leurs requêtes sont réellement prises en charge, certains préfèrent s’adresser directement au président de la République. Comment ? En mettant à profit les visites d’inspection qu’il effectue régulièrement dans différentes wilayas du pays pour lui exposer leurs problèmes dans des courriers détaillés qu’ils lui remettent en main propre. Cette attitude traduit, on ne peut mieux, le fossé qui sépare les administrateurs des administrés. «Les uns sont dans un oued et les autres dans un autre oued», comme on dit dans le langage populaire.
Pourtant, la prise en charge des problèmes des citoyens occupe une place de choix dans le discours officiel. «Rapprocher l’administration des administrés», «être à l’écoute des couches défavorisées» ou encore «prendre en charge les préoccupations du peuple» sont autant de slogans scandés par les autorités.
Des slogans qui sont rarement suivis d’actes dans bien des cas, le plus souvent par la faute de quelques responsables locaux censés exécuter à la lettre les décisions des hautes autorités du pays mais qui, dans les faits, n’en font qu’à leur tête. Résultat : la confiance des citoyens en l’Etat est fragilisée chaque jour davantage.

Source  Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Fethi 22/03/2009 13:34

Pour en revenir aux élections; dans les années 90.Je me suis trouvé dans un bureau de vote lors du dépouillement, et comment les partisans du RND; jonglaient avec les bulletins pour faire passer un de leur candidat; qui était aussi mon collègue au lycée... et ce candidat a été élu comme député; et avec lui; ça été l'embrouille totale depuis cette époque.L'algérien est imprévisible  et j'espère que la prochaine échéance améliorera son quotidien, Je voterai à Grenoble: en ayant une pensée pour la bas.Amicalement cher Henri et bon dimanche

Le Pèlerin 25/03/2009 21:47


Salut Fethi
OB m'agace..Je réponds à un commentaire; je m'assure qu'il est bien validé...Après avoir fait un copié collé car je sais que parfois le commentaire disparait...Et hop ...ok validé ..la réponse est
partie....je vérifie ...ok..le lendemain mon commentaire a disparu...Alors je râle
Je te disais ...mais c'est vrai que je suis parfois naïf que je faisais confiance dans l'avenir...Inch Allah

A+ mon cher Fethi

Le Pèlerin