Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 00:05

Le crépuscule des généraux en Algérie
 

Récemment, un numéro du magazine Afrique a été interdit en Algérie suite à la publication de l'article ci-dessous. L'article parle des rapports avec les
généraux algériens et du 3eme mandat qui a été déjà établi.

certes, il est très long mais son contenu vaut largement la peine de le lire....bonne lecture à tout le monde alors.............
Début de citation
Afriquemagazine.com / 01.03.2009 /©AM International
Ils ont été au cœur du pouvoir depuis l’indépendance. Mais, aujourd’hui, le maître du jeu, c’est le chef de l’État.
Décembre 1993, l'Algérie vit des heures sombres. La guerre civile fait des dizaines de victimes au quotidien. L'économie périclite, les caisses de l'état sont vides et le pays subit un boycottage international pour cause de terrorisme et d’insécurité. À ce triste tableau, il faut ajouter que la fin du mandat du HCE (Haut Comité d'État, mis en place au lendemain de la démission du président Chadli, en janvier 1992) précipite l'Algérie dans une grave crise politique. Le mandat de ce comité de sages n'étant pas renouvelable, il faut donc trouver une nouvelle direction. Depuis l’indépendance, en 1962, c'est l'armée qui fait et défait les présidents. C’est elle qui a amené Ahmed Ben Bella, en 1962, avant de le déposer par un coup d’État, en juin 1965. C’est elle qui a désigné le colonel Chadli, à la mort du président Boumediène en 1979, avant de le mettre à la porte. C’est encore elle qui fait appel à Boudiaf pour assurer la présidence, avant qu’il soit assassiné. Une fois de plus, c’est cette institution qui doit désigner, en cette fin d’année 1993, un homme pour diriger l’Algérie. Si les militaires n’ont pas encore trouvé la bonne personne, ils ont déjà une idée du profil idéal... Il faut un homme à poigne, capable d’arrêter la spirale de violence, un civil qui pourrait redorer le blason du pays, le mener vers le progrès, la stabilité et la modernité. C’est ainsi que le nom d'Abdelaziz Bouteflika commence à circuler dans les salons d’Alger. En 1992, déjà, les militaires lui ont proposé d'intégrer le HCE, mais il a rejeté l'offre. Accepterait-il, cette fois-ci ? Retiré de la scène politique depuis 1981, installé entre la Suisse, la France et les émirats du Golfe, il ferait bien l'affaire. Ancien officier de l'ALN (Armée de libération nationale), il a participé à la guerre d'Algérie. Ex-ministre des Affaires étrangères, membre éminent du FLN (Front de libération nationale), on dit que c'est un bosseur, qu’il jouit d'une aura internationale et qu’il s’est tenu loin de cette terrible et sale guerre qui oppose militaires et terroristes, réconciliateurs et éradicateurs, modernistes et conservateurs. Bref, c'est l’homme de la situation...
Approché, Bouteflika accepte, mais souhaite rencontrer les principaux dirigeants de l’armée. Le premier conclave se déroule au mois de décembre, à Dar El Afia, dans un restaurant où les hauts gradés ont leurs habitudes. L'entrevue est cordiale, mais la méfiance est de mise. Bouteflika garde une certaine rancune à l'égard de ces gradés qui lui ont barré la route de la présidence en 1979, tandis qu'eux doutent de cet homme cultivé, indépendant et indocile. L’armée est disposée à l’introniser à la tête de l’état, mais il doit au préalable accepter d'être officiellement plébiscité à l’issue de la conférence du Dialogue national, qui se tiendra les 25 et 26 janvier 1994, au Club des Pins. Sur ses gardes, Bouteflika s’engage tout de même à étudier la proposition. Pendant plusieurs jours, il consulte, s'informe et demande conseil, si bien que, moins de trois semaines avant la tenue de cette fameuse conférence, il reprend langue avec les généraux pour poser de nouvelles conditions

lisez la suite ici : http://www.afriquemagazine.com/artic...3515625#photos

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires