Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 23:10

Colère des paysannes de l'Atlas au sujet de l'huile d'argane

 

Cette production a été propulsée" sur le marché international vers 2004."Les grands laboratoires se sont mis à communiquer sur l'image de la femme berbère à qui ils donnaient du travail et de la dignité", ironise Mme Charouf.
En quelques années, tandis que les intermédiaires se multipliaient, des industriels marocains et européens ont installé à Casablanca et Marrakech de petites unités ou usines a fort potentiel, équipées en machines d'extraction capables de produire aux normes de l'exportation. Le marché du cosmétique est porteur en Europe, aux USA, au Canada et au Japon; l'huile d'argan y occupe les rayons beauté des supermarchés au sein d'une gamme de plus en plus large de produits vendus à grand renfort de marketing.
Toutefois, aucune machine ne brise correctement la noix d'argan. La plupart de ces industriels achètent donc pour une somme dérisoire des tonnes d'amandes à des grossistes. Ceux-ci s'approvisionnent auprès des paysannes isolées qui n'ont pas le pouvoir de négocier la valeur de ce qu'elles livrent, le fruit lui-même, sa récolte, son dépulpage et son concassage.
En coopérative, en revanche, une femme gagne au mois 4 euros par jour et bénéficie d'autres avantages (cours d'alphabétisation, crèche, éventuel partage des bénéfices), observe Mme Traabt Racmain, la président de l'Association nationale des coopératives d'argan (ANCA).Néanmoins ,elles ne parviennent pas à faire face à la guerre des prix que livrent les industriels: le coût de revient d'un litre d'huile en coopérative, rien qu'en matière première et en salaire, est, selon Mme Rachmain, d'au moins 18 euros. Or, des entreprises vendent le litre une vingtaine d'euros dans les supermarchés du Maroc (alors que le prix est entre huit et dix fois plus élevé en Europe).
Parmi ces industriels, l'entrepreneur français Benoit Robinne occupe l'une des premières places."Nous faisons travailler à façon 2000 à 3 000 femmes dans des douars, à qui nous livrons des sacs de fruits, les rémunérant 5,30 euros par kilo[donc par jour ]pour leur travail de concassage" assure-t-il. M.Robinne n'en a pas moins été filmé par les journalistes de l'émission télévisé "Envoyé Spécial" au souk , en compagnie d'un collaborateur portant une valise remplie de billets pour négocier de grosses quantités d'amandes. Sa société Absim, produit entre 8 000 et 12 000 litres par mois, selon la directrice de l'usine à Casablanca. En comparaison, une coopérative ne peut produire plus de 15 litres sur la même période.
Du coup, sous la pression de la demande, cette forêt qui s'étend sur 820 000 hectares est de plus en plus menacée, bien qu'elle ait été reconnues" réserve  de la biosphère" par l'UNESCO.
"Tous les fruits des arganiers sont ramassés a forêt ne se régénère plus naturellement. On voit même des gens gauler les fruits, ce qui nuit à la prochaine floraison, se plaint M. Azenfar. Pour ne rien arranger, les arganiers n'ont presque rien donné durant l'été 2008, du fait de la sécheresse devenue structurelle.
La matière première se raréfiant, son prix a alors triplé en deux mois. s spéculateurs ont déjà constitué des stocks de fruits pour le revendre à prix fort aux industriels obligés d'honorer leur commande. Des coopératives se sont arrêtées de produire faute de fonds pour s'approvisionner en fruits", s'alarme Mme ROCHMAIN .Si la récolte 2009 devrait être meilleur, la situation ne peut qu'empirer à long terme: les programmes de plantation de cet arbre qui donne des fruits seulement au bout de dix ans n'arrivent pas a compenser la perte d'environ 600 hectares de forêts par an.
Ainsi, la jeune coopérative Okhawa à Tadourant n'a reçu ni machines ni soutien financier .Malika, une jeune femme dont la ferme a été noyée par l'un des barrages d'Aoulouz, ne peut compter que sur la motivation et la solidarité d'une trentaine d'associées."Nous en avions marre de travailler pour les grandes fermes "expliquent la plus part d'entre elles. Les femmes du syndicat des paysans pauvres d'Aoulouz aimeraient aussi monter une coopérative. Mais ces deux groupes manquent de moyens. "Que faire d'autre ?"s'interrogent-elles.
L’élevage de chèvres, l'avancée du désert pousse les nomades du sud, avec leurs troupeaux, dans la forêt d'arganier-qui souffle déjà de surpâturage. Agriculture familiale, argan et élevage constituaient les trois ressources traditionnelles des paysannes berbères du Souss Massa Draa. Ces activités maintenaient une petite économie rurale assurant la sécurité alimentaire, assez des modes d'exploitation qui ne demandaient qu'à évoluer. C'est aussi la culture amazighe qui disparait.
Kabira exprime son inquiétude en un geste : elle mime le vol d'un avion en direction de l'Europe et elle lance :"ici walou ".


Source Actu-Dz.com Cécile Raimbeau

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

Amigo 16/11/2010 07:47



Une des chaines de France télécom (F2, F3 ou F5) a passé en 2008 un excellent documentaire sur la production de l'huile d'argan au Maroc, un véritable filon. Ce documentaire a mis en exergue le
gouffre qui existe entre ceux qui vendent les produits de beauté au niveau des capitales de ce monde et celles qui ramassent le fruits de l'arganier. Le lancement puis la modernisation de cette
industrie ont été l'oeuvre d'industriels Français. Cordialement



Le Pèlerin 16/11/2010 08:28



Salut l'Ami,


Tel est mon sentiment mon cher Belkacem...


Je ne savais pas qu'au Maroc les industriels français étaient à l'origine de
l'industrialisation de ce produit


Mais fais attention à ce que tu dis….Voir le commentaire précédent sur le sujet…


Dis moi dans l'un des commentaires précédents on m'a formulé une requête au sujet de Redha
Souilamas célèbre «médecin» que j’avais aperçu cette année chez toi au mois d’octobre


Pourrais-tu me dire comment lui faire passer le message ci-dessous?


Je n’ai pas connaissance du nom de l’auteur dont le pseudo est Abdelmalek


je suis très fier de lire ce commentaire sur un confrère qui a montré ses
connaissances devant les plus grandes écoles de médecines du monde ,mais nous avons besoin de notre Rédha: Je me propose d’organiser une journée nationale à Aïn Témouchent :qui a un hôpital tout
neuf et un amphi :et je souhaiterai que notre professeur soit parmi nous ,pour montrer et démontrer sa technologie médicale, nous souhaiterions la préparer pour le premier trimestre 2011.merci de
vouloir faire le nécessaire: Alger n'est pas l'Algérie, cher redha nous avons besoin de vous dans toute l'Algérie profonde :je m'estime comme votre ami et je vous salue.


Abdelmalek


Je te souhaite une bonne journée


Ici il pleut abondamment depuis deux jours


Henri



mec sage 16/11/2010 01:50



Le Maroc continuera à se développer malgré les ennemies et les jaloux.



Le Pèlerin 17/11/2010 21:18


Salut Mec sage, Le Maroc est un joli pays et les marocains des hommes courageux et sensés Ils ont signe un partenariat avec l'Europe et ils sont respectés Qui vous a dit le contraire ? Pourquoi
donc faire un complexe à un second degré Cordialement? Le Pèlerin


Démocrate 16/11/2010 01:31



L'raganeraie est ma terre natale, le marché de l'huile d'argan est mon sujet de thèse de Doctorat que je connai parfaitement par coeur. Toutes les informations cité dans ce soit disant article
reflètent parfaitement la haine et la jalousie de ses auteurs. Je me permets de dire que vous êtes vraiment des sous hommes.



Le Pèlerin 16/11/2010 07:21



Bonjour Démocrate,


Ce blog se veut le défenseur des opprimés…Les femmes en particulier


Peut être que ce sujet ne vous affecte que marginalement, vous qui avez soutenu une thèse
sur le sujet….Vous n’avez pourtant certainement pas omis de couvrir les aspects économiques sociaux et humains du sujet en question


J’espère que lors de votre soutenance de thèse vous n’avez pas présenté votre sujet en
disant C’est ça «  ya plus rien à voir »


Soutenir une thèse c’est accepter la contradiction et en débattre…


J’admire votre pseudo…


Vous devriez mettre un peu plus démocratie dans votre propos et retourner voir les
conditions matérielles vécues par ces travailleuses….. avant de traiter autrui de la manière dont vous le faites…


Si l’on veut être respecté il faut d’abord respecter autrui


Cordialement,


Le Pèlerin