Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 05:25

Abruzzes - Italie : ils ont vécu le séisme

Dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 avril, la terre a tremblé en Italie. Un séisme d'une magnitude de 6,3 sur l'échelle de Richter a frappé L'Aquila, une ville de 68 000 habitants dans la région montagneuse des Abruzzes sur la côte adriatique, à l'Est de la botte italienne.
Plus de 150 morts, 1.500 blessés et 50.000 sans-abri et des dégâts considérables...
Le centre de l'Italie a été frappé lundi par un violent tremblement de terre, le pire dans la Péninsule depuis plus de dix ans, qui a fait au moins 150 morts, 1.500 blessés, et 50.000 sans-abri, selon le dernier bilan provisoire.
Des sources hospitalières ont fait état de plus de 150 morts dont 98 identifiés lundi soir, selon les services de secours, cités par l'agence de presse Ansa.

Plus de cent personnes ont été sorties vivantes des décombres au cours de la journée, selon un nouveau bilan des pompiers.
Le nombre de sans-abri pourrait atteindre 70.000, selon une source gouvernementale.

L'Aquila, 60.000 habitants, capitale de la province montagneuse des Abruzzes (à environ 100 km au nord-est de Rome) a été dévastée ainsi que plusieurs bourgs environnants par la secousse qui a frappé la région à 03h30 (01h30 GMT) du matin.

"C'était l'apocalypse, vingt secondes d'enfer, c'était très long. Ma maison est détruite", a raconté une habitante, Maria Francesco.
Le chef du gouvernement Silvio Berlusconi, qui a décrété l'état d'urgence, s'est rendu sur place, promettant aux rescapés que "personne ne serait abandonné" et l'installation avant la nuit d'un village de tentes pouvant abriter de 16.000 à 20.000 personnes. Il a annoncé qu'il se rendrait de nouveau sur place mardi.
Lundi soir, un étrange silence planait sur L'Aquila qui avait l'allure d'une ville fantôme, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Une partie des habitants sont partis de leur propre gré, et d'autres y ont été incités par les autorités car de nombreux édifices sont devenus dangereux (...) la majorité du centre historique est à présent vide de ses habitants", a expliqué à l'AFP un responsable de la sécurité civile.

Beaucoup d'habitants de cette cité médiévale du XIIIe siècle, bourgeoise et commerçante, avaient commencé à quitter les lieux dès le début de la matinée par peur des répliques. Une valise à la main, une couverture sur les épaules.
La protection civile décompte plus de dix mille maisons et édifices endommagés dans la région par cette secousse d'une magnitude du moment de 6,2 et dont l'hypocentre se situait sous la ville.
Dans le centre historique, pas une rue n'a été épargnée, des tas de pierres, de tuiles et de gravats jonchent le sol. Dans cette zone riche en monuments baroques, plusieurs églises et un château du XVe siècle ont été endommagés. Un hôpital a dû être en partie évacué car il menaçait de s'effondrer. Les blessés les plus graves ont été évacués vers les hôpitaux les plus proches.
Des équipes de sauveteurs avec des chiens et des engins lourds se sont aussitôt mis au travail pour tenter de retrouver des survivants, tandis qu'un orage s'est abattu dans la région en soirée, compliquant les opérations de secours.

Le ministre de l'Intérieur Roberto Maroni, qui a annoncé l'arrivée de 1.700 hommes en renfort, dont 1.500 pompiers, a affirmé à la télévision que les recherches se "poursuivraient jour et nuit".
Les images en boucle des télévisions montrent des toits effondrés, des routes jonchées de pierres tombées de la montagne.
D
e nombreuses voitures sont écrasées par des moellons ou des corniches, un clocher s'est écroulé et la coupole d'une église s'est effondrée, laissant des fresques à l'air libre.

Une dizaine de casernes, stades ou gymnases ont été aménagés en centres d'accueil pour les habitants alors que la température chutait à 4° dans la soirée.
Trente millions d'euros ont été débloqués d'urgence, a annoncé M. Berlusconi à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire. Selon une première estimation du ministre des Infrastructures Altero Matteoli, des fonds d'1,3 milliard d'euros seront nécessaires pour la reconstruction des bâtiments et des maisons privées.
M. Berlusconi a précisé que "35 pays au total" avaient offert leur aide à l'Italie mais que "dans l'immédiat", celle-ci n'était "pas nécessaire".
Le pape Benoît XVI prie "pour les victimes, en particulier pour les enfants" décédés, a indiqué le Vatican.
Alors que le bilan ne cesse de s'alourdir après le séisme qui a frappé le centre de l'Italie, des habitants, encore sous le choc, témoignent.
« J'étais au lit et je me suis retrouvée par terre »
Angela, qui vit à Capistrello dans les Abruzzes, à moins d'une heure de L'Aquila, a ressenti le tremblement de terre : « j'étais au lit, seule ; la première secousse a eu lieu à 3h30 et je me suis retrouvée par terre, tout bougeait dans ma chambre. J'entendais des gens en bas mais moi je ne suis pas descendue et j'ai bien fait car avec la deuxième secousse, je risquais de tomber dans les escaliers. J'ai une voisine qui travaille à L'Aquila et qui y est allée ce matin... Elle m'a dit que c'est catastrophique là-bas ; il y a déjà plus de 30 morts ; une belle église du 17ème siècle s'est écroulée... Même dans mon village, quelques vieilles maisons sont tombées. Heureusement, il n'y a pas eu de mort à Capistrello mais la peur est là... »
« Je suis bloquée, je ne peux pas rentrer chez moi »
Natalia-Maria Coppa, consule française qui habite les Abruzzes, est en ce moment à Rome, qui est à environ 80 kilomètres de l'épicentre : « on ne peut pas traverser l'Autostrada et moi je suis bloquée, je ne peux pas rentrer chez moi. Je suis les nouvelles à la télévision et je parle régulièrement avec quelqu'un là-bas qui me dit "on est en train de travailler beaucoup pour voir s'il y a des gens encore sous les bâtiments qui sont tombés", comme l'église principale de L'Aquila et une partie de la préfecture. »
« Des séismes réguliers dans cette région »
Christiane Nicoli, analyste sismologue auprès du Réseau national de surveillance sismique, rappelle que « l'Italie est une région sismique, et en particulier la région montagneuse des Abruzzes où la chaîne des Apennins travaille. Il y a régulièrement des séismes dans cette région, ajoute-t-elle, mais celui-ci est relativement élevé avec plus de 6 de magnitude ; cela fait donc partie de ce qu'on appelle les séismes destructeurs. Depuis cet événement, il y a plein de répliques, plus faibles mais qui se font sentir. Les plus grosses secousses ayant l'air d'avoir eu lieu, on peut penser que ça va se calmer dans les heures à venir. »

Source RMC.fr/MSN

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

mehdi assem 21/05/2012 17:18


le séisme et les catastrophes naturelles est un ordre d'ALLAH donc après ce séisme en Italie avertissement d'ALLAH au pape aux italiens de convertir a l'islam pour éviter un fort séisme tsunami
volcan après le judaïsme et le christianisme l'islam après l'islam la fin du monde ALLAH a punit les pays musulmans par ces catastrophes révolte arabe terrorisme ces pays aucune relation avec le
vrai islam je suis un vrai musulman je suis convaincu si le pape ne convertit pas a l'islam la fin du monde

Le Pèlerin 21/05/2012 17:44



Bonjour Mehdi,


C’est votre droit de croire en vous….A ceci prêt que la raison ne vous permet pas
d’affirmer des choses auxquelles le monde ne croit pas


Je ne veux pas en rajouter car je reste un fidèle de Descartes et avant d’avoir foi en Dieu
(ce qui reste une relation toute personnelle),j’ai foi dans l’homme et dans la raison


Cordialement,


Le Pèlerin