Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juin 2006 3 14 /06 /juin /2006 16:42

 

 

 

 

 

Quelques Blagues pour reprendre

 

 

 

 

 

Quatre femmes sont assises à la terrasse d'un café : Une jalouse, une rêveuse, une romantique et une vierge.

Elles commandent toutes un café et toutes vont y mettre du lait, mais quelle quantité de lait vont-elles ajouter ?



La jalouse: Un soupçon.
La rêveuse: Un nuage.
La romantique: Une larme.
Et la vierge: Un doigt, bien eNTENDU

 

____________________________________________________

 

 

 

Harvard, Ena...
Une mère juive appelle son grand fils :
- Daviiiid, mon fils ! Écoute ta mère qui te parle ! Voilà : tu as voulu faire Harvard, je t'ai payé Harvard. Tu as voulu faire polytechnique et l'ENA, je t'ai payé polytechnique et l'ENA. Tu as voulu faire Oxford, je t'ai payé Oxford... Maintenant, il faut choisir : confection pour homme ou confection pour dame ?

 

___________________________________________________

 

Le jus d'orange !
C'est une prostituée qui est toujours parvenue à ce que sa grand-mère n'en sache rien. Un jour, la police fait une descente anti-racolage, et la fille aboutit au poste.
Les policiers font aligner toutes les filles dans l'attente d'un relevé de leur identité, lorsque la grand-mère fait irruption dans le commissariat. La grand-mère voit sa petite-fille qui fait la queue en compagnie des autres, et elle lui demande:
- Alors ma petite-fille, qu'est-ce que tu fais ici? Pourquoi fais-tu la queue?
Pour garder le secret, la fille lui répond:

 

 

 

- C'est parce qu'on nous distribue des oranges gratuitement mamie!
Alors la grand-mère se dit qu'elle aussi va faire la queue pour avoir des oranges gratuites. Finalement, lorsque toutes les filles ont donné leur identité et sont passées devant le policier, vient le tour de la grand-mère. Le policier lui demande:

 

Ben dites-donc grand-mère, vous êtes rudement vieille pour ça, comment vous faîtes?
Et mémé répond:
- Oh c'est facile. J'enlève mon dentier et je les suce à fond !

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

> Le médecin qui suivait une vieille dame de quatre-vingt ans prend sa
> retraite. Son nouveau médecin lui demande de lui apporter la  liste de
> ses prescriptions à sa prochaine visite. Alors que le jeune médecin
> parcourait la liste de ses médicaments, il écarquilla les yeux en
> voyant qu'elle avait une prescription pour la pilule contraceptive.
>
> -"Madame Dubois, est-ce que vous vous rendez compte que c'est LA
> PILULE ?"
>
> -"Bien  sûr, répondit-elle, ça m'aide à dormir."
>
> -  "Madame Dubois, je vous assure qu'il n'y a RIEN là-dedans pour
> faire  dormir, ce sont des pilules contraceptives. Vous n'en avez plus
> besoin."
>

 

-"Oui,  mon cher, je sais tout cela. Mais, chaque matin j'en écrase
> une et je la  mélange au jus d'orange de ma petite fille de seize ans.
> Et croyez-moi, ça  m'aide à dormir tranquilLE

 

_________________________________________________

 

Un avion de ligne tombe dans l'eau en plein Pacifique Sud.

 

 

 

Trois Survivants seulement : le pilote, un steward et une hôtesse. Ils s'accrochent aux débris qui flottent.

 

 

 

Après avoir dérivé pendant une semaine, ils arrivent sur une ile totalement déserte.
Au bout de quelques jours, ils commencent à comprendre qu'ils ne seront jamais secourus. La vie s'organise. Ils se construisent une

 

cabane. La nature généreuse leur fournit viande, fruits, eau fraîche. Ils sont beaux, jeunes...

Après un mois, l'hôtesse se décide à parler aux deux autres : "Ecoutez, nous sommes seuls... peut-être pour toujours. Nous nous sommes toujours respectés, nous avons notre intimité, tout est très chouette... Mais je sens que nous souffrons d'un certain manque. Je sais que vous n'ose pas en parler, alors je le dis moi-même : je suis d'accord. Il suffit de s'arranger, par exemple, toi les jours pairs et toi les jours impairs. S'il y a le moindre problème, on en parle."

Enchantés d'avoir pu en parler et de s'être organisés, ils passent des semaines fabuleuses. Chacun à son tour, dans un respect mutuel et une attente exemplaire, l'un les jours pairs, l'autre les jours impairs.

Malheureusement, après deux mois, la fille attrape un virus foudroyant et meurt...

Les deux autres sont terriblement tristes, mais la vie se réorganise...

Au bout d'un mois, l'un des deux s'adresse à l'autre :
"Ecoute vieux, le temps passe, c'est dur pour toi comme pour moi. Alors autant en parler. Je suis jeune, je suis en manque, ça ne peut pas durer comme ça. Qu'est-ce que tu en penses ?"

 

L'autre le remercie d'avoir osé en parler et tout de suite le rassure en lui disant que c'est la même chose pour lui.
"Tu penses comme moi alors ?"
"Oui, je suis d'accord, et si ça ne va pas on en parle."
"D'accord, comment on fait ? Toi les jours pairs et moi les jours impairs ?"
"D'accord, on essaie."

Ils passent des semaines formidables, mais un soir, l'un des deux dit à l'autre :
"Ecoute, on a dit que si ça n'allait pas on en parlait. Eh bien je trouve que ça ne va plus. On est seuls, on est jeunes d'accord, mais ce qu'on fait me gène, c'est contre nature."
"Tu me rassures dit l'autre, j'allais aussi t'en parler.
J'aimerais qu'on arrête. De toutes façons les sensations ne sont pas les mêmes qu'avant..."
"Tu es d'accord alors ?"
"Oui... et toi ?"
"Oui. "
"Bon... alors... on l'enterre."
_____________________________________________

>Un couple est invité à un bal masqué. Juste au moment de partir, la femme est prise d'une violente migraine.
Elle dit à son mari d'aller à la fête sans elle.
Le mari enfile alors son déguisement et s'en va, tandis que la femme va se coucher.
Après avoir dormi un peu, la femme se réveille en pleine forme.
Elle décide d'aller rejoindre son mari à la fête. Comme elle est un peu soupçonneuse, elle se dit qu'elle va le surprendre en se déguisant
avec un autre costume que celui qu'elle avait prévu...
Arrivée à la fête, elle repère son mari: il est en train de danser avec une fille, puis encore une autre, puis une autre encore.
Elle veut en savoir plus, et voir jusqu'où il est capable d'aller.
Elle l'aborde et l'invite à danser.
Sans la reconnaître, il lui susurre à l'oreille qu'ils pourraient s'isoler un petit peu, ce qu'ils font en allant directement faire l'amour dans une des
pièces de la maison...
L'affaire faite, la femme s'en va précipitamment et rentre chez elle.
Le mari rentre un peu plus tard.
Lorsqu'il se couche, sa femme lui demande, en masquant son émotion:
"Alors comment était la fête ?"
Il répond: "Ce n'était pas drôle sans toi chérie".
Elle dit: "Je ne te crois pas, je suis certaine que tu as bien rigolé !"
Il répond: "Non je t'assure. Quand je suis arrivé, il n'y avait pas d'ambiance, alors avec quelques gars qui étaient là et moi, on a décidé d'aller jouer au poker dans la cuisine... Mais par contre, j'ai passé mon costume à
un mec qui n'en avait pas, et lui m'a dit qu'il était tombé sur une sacrée salope et qu'il s'était régalé."

 

 

 

 

 

Un enfant demande à son père:

 

- Dit papa pourquoi on ne mange pas de singe?

 

- Le père un peu troublé par la question lui répond:

 

- Heu! C'est parce que nous descendons du singe, et que en manger voudrait dire en quelque sorte que nous mangerions nos ancêtres? 

 

Le petit garçon croit avoir compris et demanda:

 

- Et c'est pour ça que les arabes ne mangent pas de porc?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux chiantes de Ste-Foy prennent un café.
- Ma bonne est d'une honnêteté remarquable.
- Ah oui.
- Elle est d'une honnêteté presque maladive.
- Ah oui?
- C'et bien simple... Depuis qu'elle travaille chez moi, rien n'a disparu. Pas même un grain de poussière.

 

 

 

 

 

De la part d’une Correspondante

 

Relayée par

 

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires