Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 09:23

Après les promesses électorales, la réalité reprend le dessus

Devant une salle abritant son dernier meeting électoral et face à un public acquis à sa « volonté », Abdelaziz Bouteflika crie : « Antoum ahrar (vous êtes libres). » Une phrase clé de son vocable de campagne. Il s’adresse bien entendu aux électeurs, leur rappelant un droit « oublié », le droit de glisser le bulletin de vote dans une urne opaque. Cette liberté, dont le « candidat » parle, prend fin lorsque le « président » arrive. Elle est donc chronométrée : elle commence à l’ouverture des bureaux de vote et se termine à la proclamation de « sa » victoire ! Le peuple électeur n’a pas un droit de regard sur ce que fait l’« élu » de son mandat. Il n’a pas le droit de demander des comptes ni de « récupérer » le mandat en cas de dérive. Fini le vote, le citoyen est vite prié de ranger sa langue sauf pour acquiescer ou encenser la parole du maître.

M. Bouteflika a réussi en dix ans à renvoyer l’Algérie à la période de glaciation politique en instaurant un « pluralisme unique ». Les Algériens ont perdu en l’espace d’une décennie la liberté retrouvée au lendemain des « jacqueries » d’octobre 1988. Tour à tour, tous les espaces de la « libre » expression sont fermés. La télévision redevient une courroie de transmission de la voix officielle. Les chaînes de la Radio nationale n’ont plus de place pour les voix dissonantes. Des amendements ont été introduits au code pénal en 2001 à même de pouvoir mettre en prison les journalistes usant encore de leur libre ton hérité du « défunt » code de l’information. Les journalistes et les responsables de journaux indépendants, refusant de se résigner, se trouvent régulièrement au banc des accusés, appelés à répondre des plaintes de responsables…
Les libertés malmenées
Entre temps, les bénéficiaires de la concorde civile en 1999, puis ceux de la réconciliation nationale en 2005 se pavanent librement dans les rues des villes ensanglantées par une décennie de terrorisme. La chasse aux libertés ne se limite pas au domaine de la presse. Le royaume des interdits étend ses tentacules touchant à la vie privée des gens subissant une sorte de « police des mœurs », à l’image de ce qui se pratique dans les monarchies du Golfe. Sur le plan politique, il n’est plus possible de créer une formation politique. Des partis nouvellement créés tels que El Wafa de Taleb El Ibrahim ont essuyé un refus d’agrément. Ceux déjà agréés, et qui sont dans l’opposition, rencontrent des difficultés à organiser des activités, à véhiculer leur message et à faire connaître leurs programmes. Pas de pluralisme syndical. L’unique organisation nationale reconnue officielle demeure l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA). Plusieurs syndicats autonomes ne sont pas reconnus. Malgré leur représentativité démontrée à maintes reprises sur le terrain, ils sont interdits, leurs membres pourchassés, réprimés et même poursuivis en justice. Le mouvement associatif a été transformé en un simple appendice du pouvoir, sur lequel il s’appuie lors de rendez-vous électoraux. Les villes algériennes sont fermées à toute manifestation politique, syndicale ou associative. Cela depuis la marche historique de 2002 à Alger, conduite par le mouvement citoyen de Kabylie. Une marche réprimée dans le sang. L’état d’urgence, instauré en 1992, est toujours maintenu malgré les incessantes affirmations officielles du retour à la paix et à la sécurité. Des livres, comme Le Village allemand de Boualem Sansal ou Le journal d’un homme libre de Mohamed Benchicou, ont été censurés. Plusieurs titres de la presse étrangère, vendus en Algérie, subissent aussi la censure lorsqu’ils publient des articles critiques envers les gouvernants.
L’état d’urgence toujours maintenu
Plusieurs personnes se sont retrouvées devant les tribunaux, certaines pour « avoir porté atteinte » à la sacralité du mois de Ramadhan en refusant d’observer le jeûne. D’autres pour avoir osé épouser une autre religion que l’Islam. Il est ainsi aisé de relever qu’au bout de dix ans sous le règne de Bouteflika, l’Algérie fait un bond en arrière en termes de libertés. Les rapports d’ONG nationales et internationales ont été durant ces dernières années particulièrement accablantes sur ce sujet. Le dernier en date est celui du département d’Etat américain qui mettait l’Algérie sur une liste noire. Ce rapport parlait notamment d’une régression en matière de respect des libertés religieuses, de centres de détention en piteux état, de pression sur les médias et d’intrusion politique dans les mosquées. Le prochain quinquennat serait-il celui d’un grand retour à la pensée unique ?

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires