Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 10:14

Le système sera généralisé progressivement
Tout ce qu’il faut savoir sur la carte chifa

 L’Algérie compte près de 6,5 millions d’assurés sociaux. 1 assuré sur 6 a reçu la carte Chifa.
La modernisation du secteur de la sécurité sociale devient incontournable face aux grandes mutations que connaît le monde en matière des technologies de l’information et de la communication. C’est dans cette optique que les autorités concernées ont mis en place le livret du tiers payant et la carte à puce Chifa au profit des assurés sociaux. La loi 08-01 du 26 janvier 2008 prévoit la généralisation de la carte Chifa après 3 années à compter de la date de son lancement, c’est-à-dire au plus tard en 2011. Il faut dire que le système de la carte magnétique a connu des avancées considérables. 17 wilayas à travers le pays sont dotées de ce système et le taux d’intégration dépasse largement les 90% dans la quasi-majorité de ces wilayas. Ce qui n’est pas le cas à Alger puisque le système vient juste d’y être mis en place.
Avec l’introduction du système chifa, l’on s’attend à ce que les choses s’améliorent. L’assuré pourra donc éviter les longues attentes devant les guichets pour se faire rembourser au niveau des centres payeurs, mais il évitera aussi de formuler à chaque acte médical une demande auprès de la Cnas. Cela permettra donc d’accélérer et de faciliter les procédures de remboursement tout en évitant des malversations dans l’opération. Cela permettra l’identification des assurés, mais aussi l’amélioration des relations entre les partenaires conventionnés dans le cadre du système du tiers-payant et de la carte Chifa.
Au-delà de ces objectifs principaux, il faut souligner que la carte à puce permet de faire valoir les droits des assurés auprès de tout prestataire de soins (médecin, hôpital, centre de santé, pharmacien, centre médico-social…).
Ce dispositif permet également de simplifier au maximum les formalités pour l’obtention des prestations qui sont remboursées directement au compte de l’assuré. D’une manière plus générale, le système Chifa vise essentiellement à préserver et à pérenniser le système de sécurité sociale dans l’intérêt, bien compris, des assurés sociaux. Il convient, par ailleurs, de signaler qu’en dépit des actions de sensibilisation menées par la tutelle en direction des citoyens, il s’avère qu’un bon nombre d’Algériens ignore encore le principe même de la carte Chifa. Pourtant, le système commence à s’étendre. Après avoir concerné, à son lancement en avril 2007, 5 agences-pilotes (Annaba Oum El-Bouaghi, Médéa, Tlemcen et Boumerdès), il a été étendu à 12 autres agences durant l’année 2008. A Alger, selon un responsable de la Cnas, sur les 430 000 assurés enregistrés au niveau de l’agence des fonctionnaires, 4 000 ont déjà bénéficié de la carte Chifa (les premiers bénéficiaires sont ceux qui ont déjà leur livret du tiers payant). Ces sites ont permis aux promoteurs du système de tester les procédures, les logiciels, les équipements, et la formation des utilisateurs.
Adieu la fraude ?
La carte chifa permet la limitation de la fraude, indique une responsable de la direction de la Cnas d’Alger. La carte à puce introduite par le pharmacien affichera automatiquement l’historique des prestations des médicaments qui ont été délivrés au malade. Et grâce au logiciel mis en place, le pharmacien pourra contrôler automatiquement si le malade a bénéficié d’autres médicaments auparavant. si c’est la cas, ledit logiciel pourra donc détecter cette anomalie et l’assuré sera contraint de passer un contrôle médical. Après chaque acte médical, le pharmacien devra fournir une facture électronique, qui sera transmise au centre de paiement qui la traitera électroniquement. Il n’y a, donc, aucun risque de falsification, contrairement aux documents (ordonnances, feuilles de soins…).

Source Info Soir

Le Pèlerin

PS Adieu pour les miséreux la possibilité de se faire soigner ...Ils n'avaient qu'un moyen: Frauder...Il ne leur restera plus qu'à s'abandonner aux mains de Dieu..!  

Partager cet article

Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog