Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 06:06

L'Abbaye de Fontfroide
 

L’ancienne abbaye est fondée dans le massif en 1093 par un groupe d’ermites. Elle devient cistercienne en 1145.
Le massif de Fontfroide constitue la partie septentrionale des Corbières et il s’étend sur environ dix mille hectares au sud est de Narbonne (Aude). Situé au cœur du Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, ce massif classé comporte de nombreux chemins accessibles en toutes sai­sons sur 55 km. Certains sont très anciens. Ils ont été ouverts dès l’An­tiquité à proximité de la Via Domitia, l’axe Aquitaine Espagne. Par la suite, au Moyen âge, les moines créent de nouvelles voies d’accès avec l’élevage des ovins et des caprins. La construction des granges cisterciennes façonne également le paysage. En réalité, les grandes forment de véritables fermes de cent à cinq cents hectares et com­muniquent avec l’abbaye. Au­jourd’hui, on peut apercevoir et admirer les vestiges de la Grange fortifiée de Foncalvy à moins d’une journée de marche de Fontfroide. L’abbaye en possédait 25 au temps de sa splendeur, c’est-à-dire au Xlirsiècle. L’on doit désormais au Groupement audois de recherche rurale interdisciplinaire (Garri) le premier guide consacré au milieu où les Moines se sont installés dès le XIe siècle. L’ouvrage « Le Massif de Fontfroide, promenades et ran­données autour de l’abbaye » est en vente à la boutique et il offre aux novices une première approche du massif au travers de quatre circuits de niveau facile et moyen. Deux des quatre promenades sont conseillées aux personnes désireuses de compléter la visite de l’abbaye par celle plus rapide de ses abords immédiats. En 50 minutes, « La Croix de Fontfroide » ou en 45 minutes « Le Tour du piton de la croix » au départ de la ferme restaurant donnent un aperçu de la beauté du massif, avec sa flore et sa faune méditerranéenne d’une variété infinie. Le massif de Fontfroide a longtemps porté les stigmates de l’incendie criminel allumé en juillet 1986. Les flammes ont alors détruit plusieurs centaines d’hectares et menacé les murs de l’abbaye. La roseraie et le vignoble séculier ont dû être entièrement replantés. À juste titre les guides rappellent aux promeneurs qu’il est interdit de fumer et de faire des feux dans le massif où le cers (vent de nord-ouest) souffle en rafales. Sans oublier le mercure qui grimpe en été dans le maquis jusqu’à plus de 40 degrés.
Itinéraire Le Circuit d'Aranon
1 Après avoir contourné la barrière interdisant l’accès des véhicules, suivre le chemin de l’Aragnon. 200 m plus loin, un rucher, à l’abri des plantes de la garrigue, témoigne de l’ancienne tradition du miel dans la région.
2 Le chemin se poursuit par un très beau panorama sur la croix de Fontfroide qui domine l’abbaye, le roc des Naux et le roc de Fontfroide. Il grimpe au milieu des pins, jusqu’au carrefour de la Pierre Dressée. Là, prendre à gauche le chemin qui conduit à la tour ouest. Le paysage se développe encore sur l’abbaye et les vestiges qui l’entourent.La tour ouest, d’origine médiévale, est très particulière. Construite en pierres de grés assemblées en tenons et mortaises, elle est ronde à l’extérieur et octogonale à l’intérieur.
3 Revenir sur vos pas pour retrouver le carrefour de la Pierre Dressée puis prendre à gauche le che­min initial qui serpente à flanc de coteau pour atteindre le domaine de l’Aragnon et ses cèdres géants. Le paysage est dominé à l’ouest par le châ­teau de Saint Martin de Toques et à l’est par la bergerie de l’Escalier. Le château de Saint Martin de Toques a été construit au Xe siècle à l’emplacement d’un poste de garde romain surveillant la voie des Corbières. Il fut la propriété de grandes familles de la région, et même italiennes. Longtemps à l’abandon, il a été récemment restauré (ne se visite pas).
4 Revenir à nouveau sur vos pas sur environ 900 m pour prendre, peu après un réservoir d’eau en béton, le chemin à droite qui descend dans l’étroit vallon où se trouve le ruisseau de Fontfroide.
5 Dans le vallon, suivre à gauche le sentier histo­rique qui longe en permanence les méandres du ruisseau Jusqu’à l’abbaye.
Extrait du guide «Le Massif de Fontfroide, promenades et randonnées autour de l’abbaye» publié par le Groupe Audois de recherche rurale interdisciplinaire (Garri).

Source « La Dépêche du Midi »

 

Le Pèlerin

 



Partager cet article
Repost0

commentaires

H

belle balade dans un coin que je connais bien !


Répondre
L

Bonjour Hélène,
Si vous avez des informations que vous désirez partager, écrivez moi quelques lignes et nous en ferons un blog
Je laisserai apparaitre, votre nom, votre pseudo ...ou rien du tout, à votre convenance
Si vous aimez cette région vous apprecierez de partager quelques informations avec autrui
Cordialement
Le Pèlerin