Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 23:16

Maâtkas, sur les hauteurs de la wilaya de Tizi Ouzou
Au pays de la jarre et de l’olivier

Entourée par trois forêts, Maâtkas apparaît telle une perle dans un écrin de verdure.

Entre Amedjoudh au nord, El-Maj au sud et Boumahni à l’ouest, elle émerge silencieusement au milieu de massifs verdoyants d’oliviers et de chênes et une luxuriante végétation qui se dispute le sol. C’est à qui dessinera le meilleur tableau. Des sites féeriques que les visiteurs peuvent contempler tout au long du chemin menant vers la localité. C’est à partir de Maâtkas que la forêt de Boumahni s’offre sous son plus beau jour, disent les habitants jaloux de leur région. Aït Zaïm est le plus grand village de la commune.
Pas moins de 4 500 âmes y habitent. La route qui y mène a été revêtue et les eaux usées qui coulaient à ciel ouvert, lors de notre passage dans la région en 2005, font désormais partie du passé. Aujourd’hui, cette belle région de la wilaya de Tizi Ouzou aspire à un meilleur avenir. Les habitants croient fermement que leur savoir-faire peut contribuer à sortir la localité de l’anonymat. C’est ce qui a encouragé les membres de l’association Tiguejdidt et les comités du village d’Aït Zaïm, à organiser la première édition de la fête de l’Olivier, une manifestation culturelle qui a eu lieu du 22 au 27 mars dernier. Le village, avec ses 5 huileries et l’hospitalité de ses habitants, se prête naturellement à une telle manifestation. Cette dernière, signalons-le, est le second événement qu’organise la commune de Maâtkas qui célèbre aussi la fête de la poterie.
Un rendez-vous artisanal qui met en valeur un métier ancestral pratiqué, de nos jours encore, par les femmes qui l’ont hérité de leur mère de génération en génération.
Ces deux fêtes, la beauté de ses paysages, l’hospitalité de ses habitants et l’organisation de la vie sociale par les comités de village font que Maâtkas s’apprête à devenir un pôle de tourisme culturel pour peu qu’un travail de sensibilisation soit mené par les services concernés (direction du tourisme et de la culture, APC…).
Pour cela, il faut aussi qu’un concept de tourisme culturel soit développé pour mettre en valeur les sites touristiques et historiques de la région ainsi que le savoir-faire de la population locale. Il ne faut pas négliger aussi la prise en charge du problème d’insécurité même si la situation s’est nettement améliorée ces derniers mois.
Source Info Soir Par D. Madjda
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires