Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 juin 2006 7 25 /06 /juin /2006 11:27

 Les ratés du sifflet

Polémique. Faute de réformes, l'arbitrage n'est pas au niveau du jeu et de l'organisation de ce mondial. victime numéro 1 : les bleus

Il n’y a pas plus conservateur que la FIFA   

Faute de pouvoir vous parler des buts marqués par l’équipe de France…Si nous parlions des buts que l’on a failli marquer.

Très exactement 31,5 centimètres… Les ordinateurs du site de la chaîne allemande Première ont mesuré avec haute précision la distance entre le point de la ligne le plus à l'intérieur du but et l'extrémité du ballon repoussé par le (bon) gardien coréen Jong. Vieira avait bien marqué de la tête le but du 2-0 sur le corner de Zidane. La dissection des images prouve que le ballon repris de façon similaire par le libero argentin Ayala lors du match face à la Côte d'Ivoire avait aussi franchi la ligne. Sans conséquence pour les Sud-Américains, cette injustice renforce doutes et paranoïa dans les têtes bleues.

Fautes accumulées

En criant au complot contre l'Afrique, le géant dégingandé du Togo Emmanuel Adebayor a tenu des propos très durs (et exagérés) sur les penalties évidents non sifflés en sa faveur sur des fautes du défenseur lyonnais Patrick Muller, décidément heureux avec les arbitres (sa main sur le tir d'Henry lors du match France-Suisse aurait pu être sanctionnée). « Oui, les Togolais comme les Français sont floués» avoue l'honnête sélectionneur suisse Jacob Kuhn. Tout cela, les caméras l'ont vu.

Mensonge et vidéo

Et si l'arbitre en avait une de caméra ? L'image ne résout pas tout mais ne ment pas. La Ligue nationale française a proposé maintes fois d'appliquer la vidéo, sur l'exemple du « football-rugby ». Comme sur les situations d'en-but pour le XV, l'usage de ce quatrième arbitre serait limité au franchissement de la ligne, aux buts de la main, aux fautes en limite de surface. Or cette FIFA qui diffuse l'information uniquement par le biais de son site internet pour mieux la contrôler, qui a vendu en ligne tous les billets de la coupe du monde pour diminuer ses charges, reste obscurantiste à la technologie la plus simple susceptible de rendre l'arbitrage plus juste. Même des essais en plein champ ont été interdits aux Français ! Le risque de contamination sans doute. Le patron de la FIFA Sepp Blatter s'obstine à inventer le ballon à puce, expérimenté lors du mondial junior mais qui ne détecte pas la ligne dans 100 % des situations. « Le ballon à puce sert surtout à enterrer notre dossier vidéo » explique-t-on à la Ligue Nationale où on ne décolère pas contre Platini, consultant de Blatter sur le sujet.

Choix arbitraires

Pour des raisons encore plus politiques, la FIFA refuse aussi une sélection mondialisée des arbitres. Si les 40 meilleurs de la planète officiaient en ce moment en Allemagne, le Mexicain Archundia de France-Corée, le Paraguayen et les Guatémaltèques de Suisse-Togo regarderaient les matches à la télé dirigés par des professionnels espagnols (les meilleurs), italiens, brésiliens, des « semi-pros» français et allemands rompus aux rythmes et aux placements du haut niveau. Mais pour atteindre les hautes sphères de l'ONU du football et y rester, rien ne vaut les vieilles recettes clientélistes : servir tout le monde et ne vexer personne, ni les petits pays qui pèsent une voix, ni le lobby des arbitres. Le conservatisme est inscrit dans les lois du football. Gravé dans le marbre ?

Réformes forcées

Si les erreurs persistent à peser aussi lourd sur une compétition par ailleurs la plus alléchante depuis longtemps sur le plan du jeu, la FIFA devra se convertir au réformisme. La coupe du monde engage tellement d'intérêts économiques et sociaux que les bailleurs de fonds du football ne supporteront pas longtemps cet aléa et les conséquences boursières voire les débordements qu'il peut entraîner dans les tribunes

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires