Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 23:52

Qui est cet Algérien dont on parle ?

En fait les vrais habitants de cette partie de l'Afrique se désignent eux-mêmes du nom d'Amazigh (Tamazight au féminin, Imazighen au pluriel) qui signifie « hommes libres ». Selon Julien, cette désignation signifie aussi les « nobles » et s'appliqua à plusieurs tribus bien avant l'occupation romaine. Quant au terme berbère, les habitants de l'Afrique du Nord le reçurent, selon Julien, des romains qui les jugeaient étrangers à leur civilisation et les qualifiaient de barbares (Barbari). Les Arabes en firent par la suite le mot Brâber, Berâber (au singulier, Berber, Berbéri).
Il semble donc bien établi que l'apport arabe en terme de population n'a pas été important au point de modifier de manière radicale la trame raciale des habitants de l'Afrique du Nord. Et l'apport essentiel des Arabes, apport qui explique leur persistance en Afrique du Nord, c'est d'abord leur venue tardive par rapport aux civilisations qui les ont précédé, ensuite, et c'est là le plus important : l'islamisation des populations. C'est donc surtout par la religion que les Arabes se sont le plus durablement implantés en Afrique du Nord, par la religion et ensuite par la langue arabe, langue du message coranique qui explique la propagation de l'utilisation de cette langue dans la région. Enfin par la durée de leur présence, chose qui a beaucoup contribuée à l'assimilation de la culture arabo-musulmane par les populations berbères. En effet, les Arabes sont restés en Afrique du Nord du VIIe siècle jusqu'au XVIe siècle. Ensuite ils furent relayés par les Turcs, qui n'ont fait que perpétuer en fait les traditions arabo-musulmanes dont ils étaient en quelque sorte les dépositaires et ce jusqu'à l'avènement de la conquête française en 1830.
Rappelons cependant qu'il y a eu deux grandes invasions arabes : une première, au VIIe siècle, oeuvre militaire de conquête qui s'est surtout bornée à « installer en Afrique des garnisons et des administrations », et une seconde au XIè siècle, « véritable migration de tribus avec armes et bagages, femmes et enfants, bêtes et tentes ». Pour Agéron (1964, p.3) « l'invasion arabe hilalienne du XIè siècle a amené dans une Berbérie faiblement peuplée des masses nomades de race arabes, qui vont bouleverser durablement la structure des pays maghrébins... ». On avance qu'ils furent près d'un million à venir ainsi coloniser l'Afrique du Nord.  Cependant, selon Berthier, ce chiffre avancé paraît fort exagéré. D'après cet auteur, on ne peut croire que ces bédoins venus de la haute Egypte aient pu, au nombre d'un million, traverser le Sahara. Le chiffre de 200 000, retenu par Gautier est plus vraisemblable selon lui. 200 000 qui arrivent dans un pays peuplé d'une dizaine de million de berbères. Si bien que d'après cet auteur, l'importance de l'apport de sang arabe serait donc dans la proportion de 200 000 à 10 000 000, soit deux centièmes » (Berthier, op.cit., p.26).
Nous ajouterons juste pour l'histoire que malgré la longue présence Arabe en Afrique du Nord, leur apport civilisationnel, mis à part la religion, reste pour ainsi dire insignifiant comparativement à ce que nous pouvons observer au sud de l'Espagne, c'est à dire l'ex Andalousie ou au moyen Orient (Bagdad notamment). De ce point de vue, l'Algérie a pour ainsi dire totalement méconnue certains aspects de la grande civilisation arabo-musulmane comme l'architecture, la philosophie, l'astronomie ou la médecine. Selon Berthier (op.cit., pp.27-29), « Cette civilisation a eu deux centres de floraison ; Bagdad à l'est, l'Espagne à l'ouest (...). L'Afrique du Nord ne fut en fait qu'une voie de passage. Quelques villes servirent de relais ; Alexandrie, Kairouan, Tunis, Tlemcen, Fez, Marrakech qui groupèrent autour de leurs mosquées de nombreuses et puissantes merderas. Mais c'est l'Espagne, qui accueillit avec le plus d'avidité ce riche apport de culture (...) La Berbérie n'a pour ainsi dire pas contribuer à ce mouvement. Si l'on peut citer les écoles d'astronomie de Tanger et de Fez, on ne trouve alors en Afrique du Nord ni un grand poète, ni un grand philosophe, ni un grand mathématicien, ni un grand médecin. L'historien Ibn-Khaldoun est une exception... »
L'histoire nous enseigne donc que, de toutes les conquêtes qu'a subi l'Afrique du Nord, la conquête arabe n'a représenté qu'une conquête parmi d'autres, et si la culture arabe s'est en définitive solidement installée dans cette contrée, ce n'est pas du fait de la colonisation humaine, car l'apport arabe proprement humain reste tout à fait insignifiant pour pouvoir modifier de quelque manière que ce soit les caractéristiques propres de la population originelle. C'est en fait par le biais de la religion que la culture arabe et la langue arabe ont pu s'implanter durablement en Afrique du nord. En effet, c'est la religion musulmane mise au niveau affectif des masses par des sociétés mystiques et par une aristocratie de personnages religieux marabouts et Chorfâ (descendants du prophète) qui a peu a peu arabisé le pays à tel point qu'Agéron (1969) a considéré l'action de ces sociétés mystiques et de ces familles comme une action décisive ayant permis de forger chez le Maghrébin une « personnalité incontestablement orientale ». Cependant, malgré cet apport arabe, il reste que parler en Algérie d'Arabes d'un côté et de Berbères de l'autre est historiquement parlant injustifié. Cela, aurait été possible si l'invasion arabe avait déferlé dans un pays vide d'hommes, mais c'est tout à fait le contraire, le pays était même bien peuplé si on se réfère à Berthier (op.cit.). Aussi, ne convient-il pas mieux, comme le font certains historiens, plutôt que de parler d'Arabes et de Berbères, d'admettre l'hypothèse d'une population de Berbères arabisés ? Quant à l'existence encore dans les pays du Maghreb de régions où le parler et les traditions berbères sont restées vivaces cela n'est-il pas dû au fait que ces régions ont pu, de par leur relief accidenté, opposer une plus grande résistance à la pénétration arabe comme elles l'ont d'ailleurs fait par le passé face aux autres invasions ?
Si le peuple algérien a pleinement intériorisé et assumé l'Islam. S'il a fait sienne cette grande religion, il reste que son arabité n'est pas du tout un fait avéré. Et si nous devons malgré tout parler d'arabité du peuple algérien, celle ci relève plutôt d'une identification fondée plus sur la religion que sur un quelconque facteur ethnique, car l'origine réelle du peuple algérien est plutôt berbère qu'arabe et comme l'écrivait Abbes en réaction à une déclaration faite par Ben-Bella à Tunis le 14 avril 1962 dans laquelle il a répété par trois fois nous sommes des Arabes: « Cette profession de foi n'est qu'à moitié vraie. Historiquement, nous sommes des Berbères chez qui le sang berbère prédomine. D'ailleurs c'est notre foi qui importe et non la race à laquelle nous appartenons » (in Ouerdane, 1993, p.112).
Conclusion
Si la religion en tant que facteur constitutif de l'identité nationale algérienne est indéniable, et si l'Algérien a fait sienne cette grande religion, il reste que son Arabité est historiquement une hypothèse hautement improbable. En fait, cette Arabité doit être considérée, comme le fait Guillaume, plus comme une « représentation » que comme un « ethnonyme », fondée plus sur des considérations d'ordre linguistiques que sur des considérations raciales. Quant à la Berbérité du peuple algérien, nous pouvons dire avec Ouerdane notamment qu'elle a toujours été combattue, refoulée et parfois même manipulée comme ça a été le cas à l'époque du colonialisme français et sa politique du « diviser pour régner ». Les Français qui, en se basant sur un facteur linguistique, ont tout fait pour créer un « mythe berbère » opposant les Arabes réfractaires à la civilisation occidentale aux kabyles plus ouverts et plus réceptifs à la modernité (sic). Le « mythe berbère » a surtout servi à entretenir volontairement cette dualité opposant l'image globalement négative de l'Arabe à celle plus positif et plus rassurante du kabyle.
Si à l'époque coloniale les Français se sont servis du mythe berbère dans le but de diviser pour mieux asseoir leur domination, chez les nationalistes algériens, cette dimension berbère a tout le temps été passée sous silence par peur justement des divisions que le colonisateur français a su habilement introduire au sein de la population algérienne entre Arabes et Kabyles. Cette peur du particularisme kabyle, susceptible de porter atteinte à l'unité nationale, n'a en fait jamais été abandonnée même après l'indépendance. Et ce n'est que trente ans plus tard que les tabous ont finalement été levés, mais à quel prix?
Si nous considérons que l'accès à son histoire, à une histoire démystifier, démythifiée et désacralisée est une condition sine qua non pour l'exercice d'une identité libre et assumée. Il se trouve concernant l'histoire de l'Algérie que des pans entiers de cette histoire sont occultés et remplacés par des constructions historiques mythiques. Nous pouvons lire à ce propos chez Z. Y., déjà cité, qu'« il y a une véritable occultation du patrimoine identitaire historique, patrimoine que l'on retrouve affirmé par ailleurs, selon cet auteur, dans toutes les sources et notamment le patrimoine matériel plusieurs fois millénaire incrusté sur le sol algérien, patrimoine de tout un peuple qui n'a jamais laissé son pays « bien vacant », ayant bien au contraire intégré les greffons humains et culturels divers. Z. Y. attribue cette occultation du patrimoine identitaire historique de l'Algérie à deux causes historiques. La première cause responsable de cette « amnésie » remonte à la période turque et le pouvoir daylical, quant à la seconde elle est reliée au comportement idéologique de la colonisation. Pour ce qui concerne la période turque, du XVIe siècle à 1830, l'Algérie aurait vécu, selon ce chercheur, une véritable catastrophe intellectuelle. En effet selon lui, aucun centre de rayonnement universitaire et culturel centralisateur et cristallisateur ne peut être relié à cette période.
De même aucune production littéraire ou historique digne de ce nom ne peut être citée si bien que pour Z. Y. une des causes profondes de la défaite en 1830 se ramène à cette « catastrophe ». Quant à la période coloniale française, la colonisation a développé, selon ce chercheur, une sorte de jacobinisme latino-chrétien « dominateur et agressif, niant l'existence de l'Algérie en tant qu'entité historique. Ce « Jacobinisme » réducteur généra à son tout un « contre-jacobinisme » simplificateur fondé sur le fait arabe et le fait islamique (...). C'est ainsi qu'à la latinité-chrétieneté on opposa l'arabite-islamité.
Cependant, selon Z. Y., si ce « contre-jacobinisme » était justifié durant la lutte de libération, il se trouve qu'il n'a malheureusement pas été révisé sur des bases objectives et scientifiques après 1962. Pour Z. Y., l'école algérienne s'est peu souciée de donner une culture historique de base réellement nationale à l'élève ; elle a même négligé la mise au point d'une conception objective et scientifique de l'histoire nationale : l'élève n'appréhende pas, à travers les programmes, les processus de fondation, de formation, d'évolution de l'Algérie, son pays, sa nation. Bref il ne voit pas, il ne « sent » pas l'Algérie dans ce qui lui est dispensé comme enseignement. De plus, l'élève et le citoyen en général, sont soumis à travers la télévision et certains colloques et séminaires, à un matraquage pseudo-historique, présenté par de dangereux apprentis-historiens dont l'ignorance le dispute à la suffisance et au crétinisme ».
Ainsi, la démarche qui consiste à occulter des pans entiers de l'histoire d'une nation pour des motivations purement idéologiques ne peut être qu'aliénante et « mystifiante ». Pour qu'une identité soit pleinement assumée, il faut comme l'écrit Camilléri (1990), « que l'individu devienne l'auteur de l'histoire de sa société. Pour ce faire, il doit cesser d'accepter l'identité que lui assigne son système ». Et pour qu'il puisse cesser d'en être seulement le spectateur, pour qu'il puisse éprouver ce sentiment de liberté et d'assomption personnelle, seules conditions à une construction identitaire active, il est impératif que cette histoire soit démythifiée et démystifiée. Sinon, l'assignation d'une identité quelle que soit la noblesse des objectifs visés, ne peut donner lieu qu'a une identité de « façade », une identité superficielle.
Ceci dit et pour clore notre propos, je dirais, du moins pour ce qui me concerne, que peu importe mon origine lointaine ou récente. En fait, je ne saurais jamais si je suis phénicien, romain, vandale, byzantin, turc, arabe, berbère ou même arabo-berbère tant le brassage des populations a été important en Afrique du Nord. Par ailleurs, peu importe l'outil linguistique dont je me sers, pourvu que cet outil me permette d'évoluer et d'accéder au savoir, car il ne restera qu'un outil, sans plus. Je peux donc parler arabe, berbère, français, chinois ou même martien cela n'ôtera rien a la seule certitude que j'ai, au seul sentiment qui ne souffre d'aucune équivoque : mon identité d'algérien, mon algérienneté riche de tous les apports qui ont contribué à sa construction. Je suis donc un algérien ni plus ni moins et je continuerai à le revendiquer avec fierté dans toutes les langues de la terre.

Source Le Quotidien d’Oran
Mohamed-Nadjib Nini

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires